EXCLUSIF. Pour la première fois, un flic victime du racisme de ses collègues porte plainte contre la police

RACISME : UN POLICIER PORTE PLAINTE CONTRE LA POLICE Abonnés

1

Le

C’est une première : un flic dénonce le racisme dont il est victime dans sa brigade à Strasbourg. Il porte plainte contre sa propre institution, la Police nationale.

Haykal Rezgui Raouaji est motard. Il a 37 ans. Un flic exemplaire. En 2016, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve en personne le décore après le sauvetage de deux enfants dans un incendie. Ses 16 ans de carrière sans tache l’ont mené à Nice, Nîmes, Vannes, l’Île-de-France et Strasbourg aujourd’hui. Et c’est là que, pour Haykal, les choses ont basculé. Dès son premier jour, en septembre 2018, un de ses collègues balance : « encore un nom bien de chez nous ! » Les saloperies racistes se succèdent, Haykal Rezgui Raouaji va vivre l’enfer. D’autant plus dur qu’il est venu pour vivre là avec sa femme, Françoise, policière elle aussi, et leurs deux enfants.

« Sale bicot », « bougnoule », « nègre », ça n’arrête pas. Haykal ne peut plus encaisser. Au bout de trois mois, il décide d’alerter sa hiérarchie. Réponse ? Sa carrière est stoppée net. Finie la moto, il se retrouve au placard, lui qui se fait une si noble idée de la police et de son rôle. Et bien sûr, les collègues racistes ne sont pas sanctionnés. Il se tourne alors vers l’inspection générale de la Police nationale (IGPN) de la région. Circulez, y’a rien à voir. Il tente tous les recours. En vain. Il s’enfonce dans la déprime. Mais finalement, avec le soutien de sa femme Françoise, il entame une démarche sans précédent, il porte plainte contre la Police nationale.

Depuis quelques mois, les langues se délient à l’intérieur de la police, contre l’impunité et l’omerta dans ce grand corps malade. Pour Haykal, c’est un long combat qui s’engage.

Voici son témoignage et l’analyse de son avocate, Maître Kaoutare Choukour :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)

Texte à l’appui. CONNAISSEZ-VOUS LE PCPE ? Un texte de Daniel Mermet Enfin toute la vérité sur le PCPE, le plus grand parti au monde ! AbonnésLire

Le

Le PCPE est le plus grand parti du monde, et pourtant bien peu le connaissent. À cela, il y a deux raisons. La première, c’est que ceux qui en font partie gardent farouchement le secret. La seconde, c’est que la majorité de ceux qui en font partie ignorent totalement qu’ils en font partie. Les PCPE sont innombrables, mais ils l’ignorent. Vous avez, sans le savoir, un PCPE dans votre entourage, votre employeur, votre conjoint ou votre coiffeur, et eux-mêmes n’en ont pas conscience. De même, il y a peut-être en vous un PCPE qui sommeille à votre insu. Et c’est peut-être, allez savoir, le cas de l’auteur de ces lignes. Il est donc important de révéler toute la vérité sur le PCPE.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Comment on commémore chaque année (sans le savoir) les émeutes de Stonewall du 28 juin 1969 AbonnésVoir

Le

Saviez-vous que c’est en souvenir du 28 juin 1969 qu’est organisée chaque été la Marche des fiertés ? La nuit du 27 au 28 juin 1969, une descente de police vise un bar fréquenté par des homosexuels, le Stonewall Inn, situé au n°53 de la Christopher Street à New York. L’arrestation particulièrement violente des personnes en infraction – parce que dépourvues de carte d’identité ou portant des vêtements habituellement réservés au genre opposé – provoque une réaction inédite de la population de Greenwich Village, lassée des exactions contre les homosexuels.