17 octobre 1961

Qui a tué Henri Curiel ? Abonnés

Le

(photo : Monique HERVO)

Ils sont quelques-uns à jeter quelques roses dans la Seine. C’est un hommage à la fois aux Algériens assassinés le 17 octobre 1961 par la police française à Paris, et aussi à Henri CURIEL, militant anticolonialiste proche de la cause algérienne, assassiné à Paris en 1978 par un mystérieux commando (Henri CURIEL était le père du journaliste Alain GRESH). Un hommage à celles et ceux qui continuent de combattre pour la justice au-delà des identités nationales et religieuses.

Un reportage de Dillah TEIBI.

REPORTAGE : Qui a tué Henri Curiel ? [EXTRAIT]

Il est des anniversaires qui couvrent d’un voile hideux l’histoire de France. Celui du 17 octobre 1961 où des Algériens ont été jetés dans la Seine parce qu’ils manifestaient contre le couvre-feu imposé en pleine guerre d’Algérie par le préfet Maurice PAPON. Celui du 04 avril 1978 où Henri CURIEL, militant communiste, anticolonialiste, juif, égyptien et porteur de valises pour le FLN, est assassiné par deux barbouzes d’extrême droite, proches du SAC et de l’OAS.

On ne connaît toujours pas ni le nombre exact des noyés, ni l’identité des tueurs. Par devoir de mémoire et de vérité, proches et militants ont rendu hommage aux victimes, en jetant des roses dans la Seine où les dizaines de corps ont été repêchés.

Il a fallu trente ans pour que cette « journée portée disparue » sorte du refoulement collectif. En 1991, avec le film Le Silence du fleuve, avec La Bataille de Paris, le livre du regretté Jean-Luc EINAUDI, avec une série d’émissions de LÀ-BAS, sur France Inter, beaucoup découvraient enfin ce massacre d’État. Difficile de mesurer les conséquences du ressentiment éprouvé alors par la génération issue de la colonisation. Mais aujourd’hui, à l’heure des replis identitaires et religieux, ce crime ne doit pas faire oublier tout celles et ceux qui en France ont soutenu le combat contre le colonialisme.

Hommage aussi à la mémoire de ceux, anonymes ou non, Français « de souche » ou apatrides qui, comme Henri CURIEL, ont lutté aux côtés du peuple algérien.

Un engagement important pour hier mais aussi pour aujourd’hui. Alors que la question de l’identité racornit le débat politique, elles montrent, comme le rappelle Alain GRESH, « qu’il est possible de choisir le combat pour la justice sociale au-delà des identités nationales et religieuses. »


Programmation musicale :
- Médine : 17 octobre

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
réalisation : Khoï NGUYEN

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante.

L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Repaire de Nice aura lieu au café-cantine associatif de la Falabrac Fabrik (3 Rue Benoît Bunico). Au menu : petit tour d’horizon de l’actu nationale et internationale. Un point sera fait sur la situation en Catalogne entre mobilisation populaire salvatrice pour le peuple à disposer de (...)

    Nice

  • Le Travail, composante de nos vies, fait l’objet de multiples approches. Qu’il soit valorisé ou rétrogradé en simple acte quotidien, considéré comme un épanouissement ou une nécessaire souffrance, nous en avons tous une vision différente. Lors de ce premier Repaire de la saison, nous tenterons d’amener (...)

    Abbeville
    Boulevard Vauban

  • Centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, nous allons parler des soldats fusillés pour l’exemple qui n’ont toujours pas été réhabilités. Pour décourager les actes de désobéissance des soldats qui se multipliaient, sur demande de l’État-major français, 639 soldats ont été fusillés entre 1914 et (...)

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

La guerre des idées. Transcription de l’entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO La violence que prépare Macron Lire

Le

" Il faut absolument se redonner les armes pour repenser ce qui nous a menés jusqu’ici " Vous avez été passionnés par l’entretien vidéo d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, 28 ans, nouvelle figure de la gauche intello. L’été est propice pour ralentir et approfondir, voici la transcription de cet entretien particulièrement stimulant pour préparer une rentrée qui pourrait surprendre

"La guerre des idées" du 18 juillet 2017 « Macron ou la tentation autoritaire ». Un entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, l’avocat français du fondateur de Wikileaks, Julian Assange. A lire et à relire à tête reposée.

« Fainéants, cyniques, extrêmes » : Macron provoque à la castagne DIX PORTRAITS DE LA FRANCE QUI NE BAISSE PAS LES BRAS AbonnésÉcouter

Le

Macron, ils n’en veulent pas, ni Macron ni son monde, mais qui sont-ils, que veulent-ils ? Âge, sensibilité, parcours, ils sont différents mais ils seront tous dans les prochaines manifs, l’un « pour que ça pète », une autre « pour pas être seule à être contre ». Lucas, Marie, Lionel, Kamel… Attention écoutez-bien, toute ressemblance avec vous ne serait pas fortuite, avec vous ou avec quelqu’un près de vous dans la manif.

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Un reportage de Dillah Teibi Un petit patron contre la loi Travail AbonnésÉcouter

Le

En France, plus de trois millions de petits patrons. Beaucoup ne roulent pas sur l’or, bossent beaucoup et galèrent pas mal. Rien à voir avec les grands requins du CAC 40 et les dirigeants du Medef qui pourtant parlent en leur nom. Écoutez Jean-Marie VIEILLE, un patron à fond contre Macron. Est-ce que la gauche n’a pas des amis à se faire côté petits patrons ?