17 octobre 1961

Qui a tué Henri Curiel ? Abonnés

Le

(photo : Monique HERVO)

Ils sont quelques-uns à jeter quelques roses dans la Seine. C’est un hommage à la fois aux Algériens assassinés le 17 octobre 1961 par la police française à Paris, et aussi à Henri CURIEL, militant anticolonialiste proche de la cause algérienne, assassiné à Paris en 1978 par un mystérieux commando (Henri CURIEL était le père du journaliste Alain GRESH). Un hommage à celles et ceux qui continuent de combattre pour la justice au-delà des identités nationales et religieuses.

Un reportage de Dillah TEIBI.

REPORTAGE : Qui a tué Henri Curiel ? [EXTRAIT]

Il est des anniversaires qui couvrent d’un voile hideux l’histoire de France. Celui du 17 octobre 1961 où des Algériens ont été jetés dans la Seine parce qu’ils manifestaient contre le couvre-feu imposé en pleine guerre d’Algérie par le préfet Maurice PAPON. Celui du 04 avril 1978 où Henri CURIEL, militant communiste, anticolonialiste, juif, égyptien et porteur de valises pour le FLN, est assassiné par deux barbouzes d’extrême droite, proches du SAC et de l’OAS.

On ne connaît toujours pas ni le nombre exact des noyés, ni l’identité des tueurs. Par devoir de mémoire et de vérité, proches et militants ont rendu hommage aux victimes, en jetant des roses dans la Seine où les dizaines de corps ont été repêchés.

Il a fallu trente ans pour que cette « journée portée disparue » sorte du refoulement collectif. En 1991, avec le film Le Silence du fleuve, avec La Bataille de Paris, le livre du regretté Jean-Luc EINAUDI, avec une série d’émissions de LÀ-BAS, sur France Inter, beaucoup découvraient enfin ce massacre d’État. Difficile de mesurer les conséquences du ressentiment éprouvé alors par la génération issue de la colonisation. Mais aujourd’hui, à l’heure des replis identitaires et religieux, ce crime ne doit pas faire oublier tout celles et ceux qui en France ont soutenu le combat contre le colonialisme.

Hommage aussi à la mémoire de ceux, anonymes ou non, Français « de souche » ou apatrides qui, comme Henri CURIEL, ont lutté aux côtés du peuple algérien.

Un engagement important pour hier mais aussi pour aujourd’hui. Alors que la question de l’identité racornit le débat politique, elles montrent, comme le rappelle Alain GRESH, « qu’il est possible de choisir le combat pour la justice sociale au-delà des identités nationales et religieuses. »


Programmation musicale :
- Médine : 17 octobre

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
réalisation : Khoï NGUYEN

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.