Qui cueille mes fraises, qui ramasse mes asperges, qui met mes radis en bottes ?

QUELS BRAS POUR NOS ASSIETTES ? Abonnés

1

Le

Quels sont les fruits et légumes les plus riches en pesticides ? Aujourd’hui, le consommateur hésite à se laisser empoisonner, et l’industrie alimentaire est obligée de tout repeindre en vert et en bio. Mais qui fait le boulot ? Qui cueille mes fraises, qui ramasse mes asperges, qui met mes radis en bottes ? Réponse : des étrangers.

À 80% la main-d’œuvre dans le maraîchage en France, vient de Roumanie, de Pologne, du Portugal ou du Maghreb, selon l’Office Français de l’Immigration. Que des étrangers. Quand Marine Le Pen sera au pouvoir, la France sucera des cailloux. Et là, avec la Covid, on n’en était pas loin. Les frontières étant fermées, on craignait de voir arriver la pénurie alimentaire. Nos domestiques ne pouvaient plus venir se casser les reins dix heures par jour pour garnir nos assiettes. Même panique à travers toute l’Europe, du moins chez les riches.

C’est alors qu’un certain Didier Guillaume lança un appel grandiose. « Rejoignez la grande armée de l’agriculture française ! » Un ton moitié de Gaulle, moitié Mao Tse-toung. On était le 24 mars et Didier Guillaume est le ministre français de l’Agriculture [1]. 200 000 emplois étaient à pourvoir de toute urgence, selon le ministre. 300 000 se sont tout de suite inscrits, toujours selon le ministre. « Inscrits » ne veut pas dire au travail. En réalité, à peine 15 000 se sont présentés et la plupart ne sont pas restés.

Et pourquoi ça ?

Parce que le Français, c’est bien connu, ne veut pas bosser, surtout la jeunesse. Notez, c’est peut-être qu’ils ne sont pas formés, ou bien parce qu’ils ne sont pas de la campagne, c’est pour ça.

Mais peu, bien peu de voix pour dire tout simplement que le boulot est très dur, payé au minimum, plus de dix heures par jour, plus de 70 heures par semaine, sous des serres parfois à 50 degrés. Bref, pas très engageant. Alors, sous la pression des exploitants (ne pas forcément confondre exploitant et exploiteur), le gouvernement a dû ouvrir les frontières aux saisonniers étrangers. Mais attention, uniquement les Européens. Pas question d’employer des réfugiés en renfort. Macron préfèrerait nous voir crever de pénurie alimentaire, plutôt que de froisser la sensibilité d’un électeur d’extrême droite.

En Italie, pour combler le manque de main-d’œuvre dans l’agriculture, le gouvernement envisage de régulariser 200 000 migrants illégaux [2]. Évidemment, l’extrême droite hurle comme le cochon qu’on égorge. En réalité, ces 200 000 illégaux sont depuis longtemps exploités et sous-payés par des entreprises contrôlées par des mafias, qui ont une conception très spéciale du dialogue social.

Mais le gouvernement français n’a pas eu cette intrépidité. Le saisonnier agricole doit être strictement européen. Faites-le entrer, et vite. Avec les consignes de protection, bien entendu.

En réalité, vu l’urgence, il ne fut pas question de masques, gel, gants, et autres « gestes barrières ». Nos fraises et nos radis passent d’abord.

Mais pourquoi ces saisonniers acceptent-ils ces conditions ?

Affaire de survie, et de niveau de vie, bien sûr. En France, ces travailleurs en bavent, mais ils touchent deux à trois fois plus que pour le même travail dans leurs pays. Le SMIC polonais est à 600 euros, le SMIC roumain à 466 euros et le salaire minimum portugais à 740 euros [3].

On retrouve cette forme d’exploitation partout et depuis longtemps. Naguère, c’était les « chemineaux » ou les « trimards », qui vendaient leurs bras d’une récolte à l’autre, des pommes aux betteraves, des moissons aux vendanges, exploitables et corvéables à merci, le baluchon au bout d’un bâton sur le dos.

Les saisonnières polonaises font partie de la première ligne, puisqu’il s’agit d’une guerre, nous dit-on. Une guerre avec ses planqués, ses profiteurs, ses bourreurs de crâne et avec toute cette piétaille, les soignants, les aides à domicile, les caissières, les livreurs, les chauffeurs, les éboueurs et toute la chair à canon. On les appelle aussi les « key workers » : ceux qui font les boulots indispensables. Le virus les a mis en évidence à travers le monde.

Au monstre nommé coronavirus, les anciens auront payé le plus lourd tribut, mais aussi les modestes et les vulnérables. Une récente étude de l’Observatoire régional de santé Île-de-France montre une surmortalité exceptionnelle dans la Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre [4]. Les premiers de cordée ont envoyé les premiers de corvée au casse-pipe et ils ont laissé les quartiers pauvres sous les bombes. Oui, c’est une guerre, c’est leur guerre.

Daniel Mermet


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]