Pour célébrer le Premier mai, découvrez l’exemplaire lutte des ouvriers limonadiers restaurateurs pour le droit au port de la moustache (et autres droits sociaux), une réjouissante BD de Mathieu Colloghan

Quand les serveurs luttaient pour porter la moustache

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Une grande histoire dessinée, voilà notre façon de célébrer avec vous la fête des travailleurs cette année.

LE DROIT UNIVERSEL À PORTER LA MOUSTACHE

Lutter pour porter la moustache ? Tu rigoles. C’est pas une vraie lutte, une de ces grandes luttes des mineurs ou des sidérurgistes. Pourtant, Mathieu Colloghan se souvenait vaguement de cette histoire, une grève des garçons de café pour le droit de porter la moustache. Mais quand ? Pourquoi ? Et d’abord, avaient-ils gagné ? Mystère. Ça le turlupinait, mais chaque fois, il se répondait à lui-même : « on n’invente pas une grève pour le droit à la moustache ».

Mais, confinement oblige, il a fini par faire des recherches. Il s’est replongé dans Trop jeune pour mourir, le pavé de Guillaume Davranche sur le mouvement ouvrier révolutionnaire d’avant 14 [1]. Sans succès.

Il a trouvé une phrase (et des dates) sur le sujet dans Ces messieurs de la CGT [2]. Mais guère plus. Et même le Maitron, la bible du mouvement ouvrier, rechigne à livrer plus d’infos. Google renvoie vers des sites de coiffeurs barbiers ou des blogs sur les grandes brasseries qui, tous, évoquent en trois lignes la même info sans plus de détails. Manifestement, le sujet n’a pas passionné les historiens.

Reste le journalisme.

Et là, très excité, Colloghan raconte : « équipé uniquement de l’année et de la saison de ce mouvement social, je me plonge dans les quotidiens de l’époque sur le site de la Bibliothèque nationale de France. Et là, délice ! Je découvre que cette lutte ne fut en rien clandestine. Toute la presse, de l’extrême droite aux anarchistes, couvre quotidiennement le mouvement, par le menu. Les communiqués de la préfecture, les AG à la bourse du travail, les faits divers et les bruits de couloirs ministériels. Au quotidien, des centaines d’articles qui racontent ce mouvement oublié par le menu. Et c’est passionnant. Haletant. Le préfet a-t-il réussi à verrouiller la bourse du travail ? Je me précipite sur l’édition du soir de L’Aurore. Et l’AG reconduit-elle la grève ? C’est dans L’Huma du lendemain. »

De quoi faire une belle histoire, que voici !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.