Mai 1967, massacre en Guadeloupe. Un reportage à Pointe-à-Pitre de Daniel Mermet et Antoine Chao (2009)

Quand les nègres auront faim…

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail

    - MP3 - 11.6 Mo

  • Télécharger 02. Julien Mérion, politologue

    - MP3 - 15.3 Mo

  • Télécharger 03. Paul Tomiche, CGT Guadeloupe

    - MP3 - 13.8 Mo

  • Télécharger 04. Le GONG, Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe

    - MP3 - 10.8 Mo

  • Télécharger 05. Un tabou pendant 30 ans

    - MP3 - 11.1 Mo

Quand les nègres auront faim… [mars 2009]
Fresque en bas-relief de Philippe Laurent sur le mur du collège Kermadec (Pointe-à-Pitre, 2007)

Un massacre d’État toujours refoulé

Les 26 et 27 mai 1967, Pointe-à-Pitre a connu deux jours de manifs réprimées dans un bain de sang par les forces de l’ordre françaises, qui a fait de 7 à 87 morts. Cinquante ans après, malgré l’ouverture récente de certaines archives, malgré les recherches et les enquêtes, cette tâche sanglante reste méconnue, mais les Guadeloupéens n’oublient pas.

« Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail. » Cette phrase a-t-elle été oui ou non prononcée par le représentant du patronat Monsieur Brizard, à l’époque, en 1967 ? On n’en est pas sûr, mais la phrase a fait un malheur, a fait beaucoup de malheur. Un malheur longtemps enfoui dans la mémoire collective, en Guadeloupe en tout cas. Absolument enfouies et même absentes de la mémoire collective française, ces journées de mai 1967, 26 et 27 mai 1967.

Comme le dit Julien Mérion, c’était enfoui, cela fait partie de ces pages, comme la journée disparue du 17 octobre 1961 à Paris, ces pages qui longtemps dorment et semblent en voie de disparition, et soudain quelque chose les ramène à la surface. Le 26 mai 1967, à l’occasion d’une manifestation des ouvriers du bâtiment en grève, l’ordre a été donné de tirer sur la foule des manifestants. Le lendemain, les lycéens de Pointe-à-Pitre descendent dans la rue pour soutenir la lutte des ouvriers et de nouveau, ce jour-là, les forces de l’ordre font usage de leurs armes. En 1985, on apprendra de la bouche même du secrétaire d’État chargé des Départements et Territoires d’outre-mer de la France de l’époque, selon les archives, qu’il y aurait eu 87 morts. C’est l’état actuel des connaissances que l’on a quant au nombre de victimes, en tout cas, ça a été un drame terrible.

1967, c’est le général de Gaulle qui est au pouvoir. 1967, c’est cinq ans après l’indépendance de l’Algérie et les indépendances, c’est-à-dire les indépendances de l’Afrique noire et auparavant, de Madagascar, de l’Asie et de toutes nos belles colonies que nous avons perdues. La Guadeloupe et la Martinique sont départements français depuis 1946 et auparavant, elles étaient des colonies. Il est donc normal que les habitants de ces îles se sentent concernés par l’indépendance.

Alors il y aura deux plans : il y aura cette lutte des ouvriers du bâtiment. À cette époque, on construit très fort à Pointe-à-Pitre, donc il y a beaucoup d’ouvriers dans le bâtiment. Ce sont eux qui manifestent dans ces journées pour une augmentation de 2,5% de leur salaire. Mais il y aussi avec, et derrière, et en même temps la revendication nationaliste – une indépendance dont le général de Gaulle ne veut pas, ni lui, ni son gouvernement, ce qui explique probablement en grande partie la violence de cette répression.

Voilà. 26, 27 mai 1967. Pointe-à-Pitre.

Un reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao à Pointe-à-Pitre, diffusé sur France Inter les 03 et 04 mars 2009.

Écoutez l’émission par chapitres :

01. Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail
02. Julien Mérion, politologue
03. Paul Tomiche, CGT Guadeloupe

04. Le GONG, Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe
05. Un tabou pendant 30 ans

Programmation musicale :
- Soley Ka Leve : Mé 67
- Biloute : Mé Swasannsèt

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.

Nos grands entretiens à lire à tête reposée Jean Ziegler : « Le capitalisme tue, il faut qu’il disparaisse » AbonnésLire

Le

Camarades esclaves, exigeons des boulets moins lourds, demandons des chaînes plus longues, réclamons une réduction des coups de fouet ! Ou bien camarades, levons-nous, prenons les armes et pendons les tyrans. Vous souriez ? Oui, mais la question est toujours : réforme ou révolution ? Pour notre ami Jean Ziegler, c’est clair : le capitalisme n’est ni amendable, ni réformable. Voici la retranscription de l’entretien enregistré en mai dernier à l’occasion de la parution de son livre, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) (Le Seuil, 2018).