Quand les flics de la BAC agressent Là-bas

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Samedi 8 décembre, 18h40, non loin des Champs-Élysées, à quelques rues du palais de l’Élysée. Nos reporters Dillah Teibi et Gaylord Van Wymeersch rentrent d’une journée de reportage sur le mouvement (ou plutôt le « blocus policier ») des Gilets jaunes.

Depuis le matin, mais particulièrement en cette fin de journée, les BAC (brigades anti-criminalité de la Police nationale qui sont déployées massivement et en tenue civile, avec ou sans brassard, dans Paris ce samedi 8 décembre) se lancent par groupes d’une dizaine ou d’une vingtaine d’agents à la poursuite de jeunes et de moins jeunes, portant ou ne portant pas de gilet jaune, casseurs et non casseurs… certains parce qu’ils relancent des plots de lacrymogènes vers les forces de l’ordre, d’autres simplement parce qu’ils se trouvent là, comme nous avons pu le constater.

Les agents de la BAC sont équipés de LBD (lanceurs de balles de défense, communément appelés « flash-balls »), de matraques télescopiques et de bombes lacrymogènes. Ils portent jambières, plastrons, casques, lunettes ou masques de protection intégrale et cagoules.

Alors que Dillah Teibi et Gaylord Van Wymeersch sont à l’intersection de la rue Miromesnil et de la rue de Penthièvre, dans le 8ème arrondissement, trois ou quatre personnes poursuivies par une dizaine d’hommes de la BAC arrivent en courant.

Nos deux reporters se reculent, dos contre la façade du commerce qui fait l’angle, pour laisser passer les hommes de la brigade de police et les laisser intervenir.

Sur leur droite, un homme à terre a été interpellé. Il est violemment frappé par deux agents, coincé le long d’une voiture. Notre reporter Gaylord Van Wymeersch décide alors de filmer la scène avec son téléphone portable et Dillah Teibi branche son micro :

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.