C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot

Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] Abonnés

1

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Avant la première fois, il y a eu le premier émoi. Qu’est-ce qui a provoqué ce premier émoi ? La couture d’un bas, le tatouage d’un livreur, le Cantique des Cantiques, un porno sur YouTube, le catalogue de la Redoute, un nu de Modigliani, un graffiti dans les toilettes, un parfum, une boucle, un air… Et vous, qu’est-ce qui a éveillé vos premiers émois ?

Sophie nous fait découvrir des gens très proches, qui vivent dans des univers très différents. Gaudriole ou tabou, septième ciel ou cinquième dessous, bas de soie et don de soi, trace de rouge à lèvres sur le bord d’un tango, que savons-nous de cet oiseau rebelle qui nous hante et nous enchante bien plus que tout le reste, et qui se moque de la raison comme des lois ?

Oui, Carmen nous l’a bien dit, vous vous souvenez ?

« L’amour est un oiseau rebelle
Que nul ne peut apprivoiser
Et c’est bien en vain qu’on l’appelle
S’il lui convient de refuser
Rien n’y fait, menace ou prière
L’un parle bien, l’autre se tait
Et c’est l’autre que je préfère
Il n’a rien dit mais il me plaît

(…)

L’oiseau que tu croyais surprendre
Battit de l’aile et s’envola
L’amour est loin, tu peux l’attendre
Tu ne l’attends plus, il est là
Tout autour de toi, vite, vite
Il vient, s’en va, puis il revient
Tu crois le tenir, il t’évite
Tu crois l’éviter, il te tient »
 [1]


ÉPISODE 01/09 : les grands « canards » de 15 ans

« La valeur n’attend point le nombre des années. » À 15 ans, on peut avoir déjà beaucoup d’expérience, et des idées assez arrêtées sur l’Amour, avec un grand A.

ÉPISODE 01/09 : les grands « canards » de 15 ans

ÉPISODE 02/09 : la soupe à l’oignon

Pas facile, dans un deux-pièces exigu à Paris, de découvrir sa sexualité sans se faire surprendre…

ÉPISODE 03/09 : Messahouda

À 44 ans, Messahouda est en stage pour devenir éboueuse. Elle se souvient de l’Algérie, où elle est née et a grandi, où avoir un premier émoi était un peu plus compliqué qu’ici. « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle / Les souvenirs et les regrets aussi ».

ÉPISODE 04/09 : catalogue de la Redoute et libertinage

Ah, le mythe du catalogue de la Redoute et de ses pages lingeries. C’est un cliché, mais ça marche : « on était cinq frères, on se le prêtait ! »

ÉPISODE 05/09 : mon premier film de cul sur NT1

Un banc, deux filles qui fument un pétard. Un soir de nouvel an, pendant que les parents font la fête, les enfants regardent des films de cul sur NT1 : « t’es là, t’as envie de changer de chaîne, mais t’es curieux… »

ÉPISODE 06/09 : Rocco Siffredi

Deux amis Ivoiriens prennent le petit-déjeuner. Marqués par les films de Rocco Siffredi, ils en sont sûrs : « la taille, ça compte ! »

ÉPISODE 07/09 : le dossier est clos

À plus de 80 ans, la maladie fait parfois qu’il ne reste plus que les souvenirs. Mais quels souvenirs !

ÉPISODE 08/09 : les Castors Juniors

Eh oui, les enfants aussi ont une sexualité. Qui peut commencer très jeune. À 5 ans par exemple. Avec ce qu’on a sous la main…

ÉPISODE 09/09 : Vendredi ou les Limbes du Pacifique

Beaucoup d’enfants lisent Vendredi ou la Vie sauvage. Ce qu’ils savent moins, c’est que la version qu’ils en ont lue est une adaptation que Michel Tournier a faite pour les enfants d’un récit un peu différent…

Programmation musicale :
- SuperBravo : Un baiser, une bombe
- -M- : Sous les jupes des filles
- Maria Bethânia & Gal Costa : Sol Negro
- Miriam de Kova : Porte, porte-jarretelles
- Fifi Chachnil : Ma robe en soie
- Brigitte Fontaine : Dévaste-moi
- Juliette Gréco : Emma Bovary
- Luce : La fessée
- Katerine & Francis et ses peintres : Tout le monde le fait

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportages : Sophie Simonot
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Georges Bizet, Carmen, 1875.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Pourquoi toutes les séries policières se ressemblent-elles ? AbonnésVoir

Le

Le confinement quasi mondial a permis aux plateformes de vidéos en ligne d’augmenter leur audience et leur nombre d’abonnements. Pour attirer l’abonné, elles peuvent compter sur les séries policières, qui sont aussi la base du catalogue de toute chaîne télé, publique ou privée. Mais pourquoi toutes les séries policières, qu’elles soient françaises, danoises ou américaines, se ressemblent autant ? Le commissaire Mordillat a mené l’enquête… devant sa télé.