Reportages : En France comme dans le monde, avec le virus, les prisons sont des machines à tuer [PODCAST 15’50 et VIDÉO 7’57]

PRISONS, VERS LA MUTINERIE GÉNÉRALE ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« À trois pour deux lits dans neuf mètres carrés »

Depuis plus d’un mois, la panique a gagné les prisons et partout la révolte gronde. Le pouvoir redoute une mutinerie générale.
On connait les conditions « inhumaines et dégradantes » des prisons françaises, dix-sept fois condamnées par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, ainsi que par l’ONU.

Le danger mortel du virus augmente encore cette inhumanité.
La suppression des parloirs le 17 mars et l’absence de protéction pour les détenus comme pour les gardiens, a entraîné de violentes mutineries, comme à Uzerche le 22 mars, où des témoins ont parlé de « scène de guerre » au cours d’une nuit d’émeutes où deux bâtiments ont été détruits, et des détenus intoxiqués, ou comme à Grasse, où les surveillants ont tiré des coups de feu à balles réelles.

Au total, on compte une cinquantaine de mutineries depuis un mois. Le pouvoir redoute une mutinerie qui serait déclenchée partout au même instant grâce aux réseaux sociaux, ce que les forces de l’ordre seraient incapable de maîtriser simultanément.

Déjà en mars, à travers l’Italie, émeutes et mutineries ont fait officiellement douze morts, suivis d’évasions en masse.

Aux États-Unis, avec 2,2 millions de détenus, les prisons qui sont les plus peuplées au monde, constituent de redoutables incubateurs pour le virus. Des milliers de détenus ont été brusquement libérés, beaucoup se retrouvant dehors, entièrement démunis et hébétés, dans un pays à l’arrêt. Cette situation concerne les 11 millions de détenus au total à travers le monde. Et l’on ne parle pas ici des conditions dans les prisons en Chine, en Russie ou en Inde ou ailleurs.

En France c’est près de 10 000 détenus (9 923) qui ont été libérés depuis le 16 mars. Le peu gauchiste Jacques Toubon, Défenseur des Droits, tout comme Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation des libertés, demandent des libérations en nombre beaucoup plus important pour limiter la contagion. Les avocats de la Conférence des Avocats du Barreau de Paris dénoncent « une prison machine à tuer » et demandent « la libération massive des détenus ».

Mais à quoi ressemble la vie - ou la survie - à l’intérieur ?

- Reportage à la sortie de la prison de Fresnes [PODCAST 15’50]

Said, 23 ans.

Saïd, à la sortie de Fresnes

« On est trois dans neuf mètres carrés »

"On était trois dans 9m2"

Entretien VIDÉO avec un détenu incarcéré à Villepinte [7’57] :

Entretien avec un détenu incarcéré à Villepinte
par Là-bas si j'y suis

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]