Reportages : En France comme dans le monde, avec le virus, les prisons sont des machines à tuer [PODCAST 15’50 et VIDÉO 7’57]

PRISONS, VERS LA MUTINERIE GÉNÉRALE ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« À trois pour deux lits dans neuf mètres carrés »

Depuis plus d’un mois, la panique a gagné les prisons et partout la révolte gronde. Le pouvoir redoute une mutinerie générale.
On connait les conditions « inhumaines et dégradantes » des prisons françaises, dix-sept fois condamnées par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, ainsi que par l’ONU.

Le danger mortel du virus augmente encore cette inhumanité.
La suppression des parloirs le 17 mars et l’absence de protéction pour les détenus comme pour les gardiens, a entraîné de violentes mutineries, comme à Uzerche le 22 mars, où des témoins ont parlé de « scène de guerre » au cours d’une nuit d’émeutes où deux bâtiments ont été détruits, et des détenus intoxiqués, ou comme à Grasse, où les surveillants ont tiré des coups de feu à balles réelles.

Au total, on compte une cinquantaine de mutineries depuis un mois. Le pouvoir redoute une mutinerie qui serait déclenchée partout au même instant grâce aux réseaux sociaux, ce que les forces de l’ordre seraient incapable de maîtriser simultanément.

Déjà en mars, à travers l’Italie, émeutes et mutineries ont fait officiellement douze morts, suivis d’évasions en masse.

Aux États-Unis, avec 2,2 millions de détenus, les prisons qui sont les plus peuplées au monde, constituent de redoutables incubateurs pour le virus. Des milliers de détenus ont été brusquement libérés, beaucoup se retrouvant dehors, entièrement démunis et hébétés, dans un pays à l’arrêt. Cette situation concerne les 11 millions de détenus au total à travers le monde. Et l’on ne parle pas ici des conditions dans les prisons en Chine, en Russie ou en Inde ou ailleurs.

En France c’est près de 10 000 détenus (9 923) qui ont été libérés depuis le 16 mars. Le peu gauchiste Jacques Toubon, Défenseur des Droits, tout comme Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation des libertés, demandent des libérations en nombre beaucoup plus important pour limiter la contagion. Les avocats de la Conférence des Avocats du Barreau de Paris dénoncent « une prison machine à tuer » et demandent « la libération massive des détenus ».

Mais à quoi ressemble la vie - ou la survie - à l’intérieur ?

- Reportage à la sortie de la prison de Fresnes [PODCAST 15’50]

Said, 23 ans.

Saïd, à la sortie de Fresnes

« On est trois dans neuf mètres carrés »

"On était trois dans 9m2"

Entretien VIDÉO avec un détenu incarcéré à Villepinte [7’57] :

Entretien avec un détenu incarcéré à Villepinte
par Là-bas si j'y suis

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.