NEVER AGAIN IS NOW ! Une intervention claire et forte à l’ONU (VIDÉO : 11’23)

« PLUS JAMAIS ÇA » C’EST MAINTENANT !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

DÉNONCER LES CRIMES DE GUERRE COMMIS PAR ISRAËL À GAZA

Intervention de Nada Abu Tarbush, représentante de l’État de Palestine à l’ONU, le 17 novembre 2023.


Merci Monsieur le Président, étant donné qu’un certain nombre d’États ont parlé directement de la Palestine, nous avons préparé trois réponses que nous lirons l’une après l’autre et nous vous demandons de bien vouloir faire preuve d’indulgence à cet égard.

Nous répondrons tout d’abord à la déclaration d’Israël, Monsieur le Président, rappelons tout d’abord à Israël que notre nom n’est pas l’Autorité palestinienne mais l’État de Palestine.

Certes, votre ministre des Finances a déclaré lors d’un événement à Paris plus tôt cette année que le peuple palestinien n’existe pas et votre Premier ministre a brandi le 24 septembre une carte lors de l’assemblée générale intitulée le nouveau Moyen-Orient dans laquelle la Palestine a été supprimée et remplacé entièrement par Israël, mais si votre gouvernement est annexionniste et raciste, cet organe ne l’est pas et nous vous demandons de bien vouloir respecter le protocole et la nomenclature de l’ONU et de faire preuve de respect à l’égard de toutes les parties prenantes présentes dans cette salle.

Rappelons également au délégué israélien que l’absence de règles de procédure pour cette réunion ne lui donne pas le droit de perdre tout sens du savoir-vivre lorsqu’il s’adresse à ses interlocuteurs, aux autres États et à la société civile présents dans la salle.

Permettez-moi de simplifier la déclaration d’Israël pour vous en dehors des insultes et des accusations graves et sans fondement. Israël a dit quelque chose qui devrait tous vous faire frémir : il a effectivement dit : « Je peux tuer n’importe quelle personne à Gaza, les 2,3 millions d’habitants de Gaza sont soit des terroristes, soit des sympathisants de terroristes, soit des boucliers humains et sont donc des cibles légitimes ». Chaque personne, selon Israël, appartient à l’une de ces trois catégories un enfant, un journaliste, un médecin, un personnel de l’ONU, un nouveau-né dans une couveuse, et donc selon Israël il peut les tuer et ensuite avoir l’audace de venir dans cette salle et de dire au monde entier avec un visage impassible : «  Nous agissons en accord avec le droit international ».

La mort de chacune des plus de 11 350 personnes tuées au cours du mois dernier, qu’il s’agisse d’enfants, de journalistes, de personnel de l’ONU, de malades ou de personnes âgées, était justifiée selon Israël.

Réfléchissez-y un instant. Et prenez conscience.

Quiconque adopte cette logique tordue n’a aucune once d’humanité, aucun sens de la moralité et aucune connaissance de la légalité.

Mais devinez quoi ? Votre explication au ras du tapis pour le tapis de bombes ne tiendra pas la route. Les gens ne sont pas idiots, les personnes présentes dans cette salle sont des diplomates chevronnés qui ont une bonne connaissance de l’histoire et dont beaucoup ont vu votre gouvernement avancer les mêmes arguments lors de vos six précédentes agressions militaires contre Gaza au cours des 15 dernières années.

Ils vous ont vu recourir à la punition collective en ciblant les enfants palestiniens, les journalistes, le personnel médical et les travailleurs humanitaires avant de vous voir transférer de force nos communautés, coloniser nos terres, démolir nos maisons et expulser les familles de leurs propres propriétés depuis le 7 octobre et pendant les 75 années qui l’ont précédé.

Ils ont déjà vu auparavant vos campagnes de désinformatio , encore une fois nous ne sommes pas des imbéciles. N’insultez pas notre intelligence.

En disant qu’il agit conformément au droit international, Israël affirme en fait que le Secrétaire général de l’ONU, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits humains, l’UNICEF, les rapporteurs spéciaux de l’ONU, la Commission d’enquête indépendante de l’ONU sur la situation des droits humains, les organisations mondiales de désarmement du monde entier, les ONG humanitaires du monde entier, d’innombrables experts juridiques SE TROMPENT TOUS.

Tous mentent sur le fait qu’Israël viole le droit international et on nous demande de croire Israël, l’État qui est en train de tuer sans discernement.

Il est intéressant de noter qu’en affirmant que « même les guerres ont des règles », Israël a cité le même secrétaire général de l’ONU dont il a demandé la démission parce qu’il avait osé dire qu’Israël a un passé d’occupation des terres palestiniennes.

La dissonance d’entendre le représentant israélien parler de guerres ayant des règles alors qu’il commet un génocide et viole toutes les règles en vigueur, en direct sur nos écrans de télévision, c’est vraiment quelque chose !

À Israël, nous disons que nous voyons à travers vos relations publiques et votre désinformation, le monde entier voit à travers vos relations publiques et votre désinformation. Les millions de personnes qui ressentent ce sentiment dans les rues de toutes les grandes capitales du monde, vous appelant au génocide, voient à travers vos relations publiques et votre désinformation.

Peut-être pensez-vous qu’avec votre rhétorique incendiaire, nous oublierons tous, l’incitation, les déclarations et les actes des responsables israéliens, le peuple que vous représentez, d’anéantir Gaza, de larguer une bombe nucléaire sur le peuple palestinien, de détruire les animaux humains et les enfants de l’obscurité.

Peut-être pensez-vous que votre intimidation constante et votre langage menaçant feront oublier au monde entier qu’Israël tue en ce moment même des bébés, des jeunes, des femmes, des hommes, des personnes âgées, et que personne n’est trop petit, trop vieux ou trop malade pour être épargné par sa colère ?

Peut-être pensez-vous qu’en coupant les télécommunications et en imposant un nouveau black-out à Gaza, vous pouvez continuer à commettre un génocide tout en évitant le désagrément aux gens qui ne sont pas en mesure d’utiliser leurs téléphones et leurs ordinateurs pour rendre compte de la situation.

Peut-être pensez-vous qu’alors que vos soldats à la gâchette facile continuent de tuer des journalistes, 41 jusqu’à présent, le plus grand nombre de journalistes tués sur une période de 4 semaines que dans n’importe quel conflit au cours des trois dernières décennies, vous pensez qu’il n’y aura plus personne pour dénoncer vos crimes ?

Peut-être pensez-vous qu’en essayant de faire taire tous ceux qui tentent de parler de vos crimes, des violations du droit international d’un État, en les traitant d’antisémites ou de partisans de la terreur, les gens se tairont.

Et votre campagne d’intimidation ne connaît pas de limites : elle s’attaque aux Palestiniens, aux Juifs, aux Israéliens, aux fonctionnaires de l’ONU, aux politiciens, aux parlementaires, aux professeurs d’université et à tous ceux qui, dans le monde entier, vous dénoncent pour vos violations du droit international.

Mais devinez quoi ?

Mais devinez quoi, votre intimidation et votre réduction au silence ne fonctionneront pas. Nous, ainsi que toutes les nations pacifiques et toutes les personnes de conscience du monde entier, ne resterons pas silencieux, nous continuerons à vous interpeller sur vos crimes, à demander des comptes sur vos violations, à réclamer des sanctions, alors que votre gouvernement continue à rejeter les appels au cessez-le-feu, à massacrer notre peuple et à consolider votre occupation coloniale et votre régime d’apartheid.

Ce que votre pays aurait dû apprendre au cours des 75 dernières années, c’est que le peuple palestinien est un peuple qui refuse de disparaître. Et vos menaces nucléaires, vos bombes, vos chars et vos bulldozers ne briseront jamais la volonté du peuple palestinien d’être libre et de vivre dans la dignité et la paix auxquelles tous les peuples ont droit.

Contrairement à vous, nous avons toujours pris position dans ce forum en appelant au respect du droit international, pour que des principes éthiques guident le comportement des États, pour la paix plutôt que la guerre, pour l’humanité plutôt que les intérêts nationaux, pour le désarmement plutôt que la destruction.

Une fois de plus, nous nous présentons dans ce forum pour appeler tous les États à respecter et à faire respecter le droit international. Que le droit soit la mesure par laquelle tous sont jugés, et non la propagande et les propos haineux et tendancieux imprégnés de racisme.

Quant à l’affirmation absurde d’Israël selon laquelle les Palestiniens ont un problème avec les personnes de confession juive, et l’impression donnée qu’il s’agit d’un conflit religieux, disons-le haut et fort ; Ce n’est pas, et cela n’a jamais été une question de religion. Si les occupants de notre terre ou les violateurs de nos droits aient été musulmans, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, athées ou de toute autre confession , nous les aurions dénoncés de la même manière.

La Palestine a toujours été multiraciale, multiethnique et multireligieuse.

Les personnes de confession juive ont vécu en Palestine historique en tant que Palestiniens pendant des siècles et nous les considérons comme nos frères et sœurs.

Et puisque la mémoire de l’Holocauste a été invoquée, affirmons haut et fort notre plus grande solidarité avec les victimes et les survivants de l’Holocauste.

Ce ne sont pas les Palestiniens qui ont commis cet horrible génocide, mais les forces fascistes engendrées par l’Europe, et il est inadmissible qu’un certain nombre de dirigeants européens battent à nouveau le tambour alors qu’un autre génocide est en cours à Gaza.

Nous sommes unis avec ces centaines de milliers de Juifs du monde entier, y compris des organisations comme Jewish voice for peace, If not now, Na’omodUK, qui dénoncent ce génocide et scandent dans les rues de New York, Londres, Paris, Berlin, Sydney, Toronto et de toutes les grandes villes occidentales afin que leurs gouvernements puissent entendre « Pas en notre nom » et « Fin du génocide à Gaza ». Avec eux, nous sommes unis pour mettre un terme à cette douleur et à cette souffrance.

Ensemble nous ne permettrons pas que cela se produise. « Plus Jamais !, C’est maintenant ».

En réponse à l’Union européenne et aux états qui prétendent qu’Israël agit en état de légitime défense, je suis maintenant convaincue qu’il existe une autre loi internationale que nous ne connaissons pas, à laquelle l’Union européenne, la Suisse, les États-Unis et d’autres se réfèrent lorsqu’ils utilisent le terme de légitime défense pour décrire la commission de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité à grande échelle .

Une loi qui autorise les punitions collectives et les attaques indiscriminée, la destruction aveugle, la discrimination raciale, pour autant que votre nom est Israël.

Ils ont simplement oublié de nous enseigner cette loi au lycée. C’est pourquoi il y a un tel malentendu entre nous.

Lorsqu’ils affirment qu’Israël a le droit de se défendre à Gaza , peut-être voudraient-ils définir leur utilisation du terme pour tous ceux qui sont dans cette salle ?

Êtes-vous en train de dire que larguer l’équivalent de deux bombes nucléaires sur la tête de 2,3 millions de personnes dans l’une des régions les plus densément peuplées de la planète constitue un acte de légitime défense ?

Est-ce que la destruction de plus de 50 % des infrastructures civiles est de la légitime défense ?

Affamer les civils ? Imposer un siège médiéval ? Déplacer de force des millions de personnes ? Tuer le personnel de l’ONU ? S’agit-il de légitime défense ?

Vos gouvernements n’éprouvent aucune honte à utiliser un langage destiné à justifier le meurtre de milliers d’enfants ?

Permettez-moi donc de vous apporter un correctif.

Bombarder une population occupée, assiégée et colonisée avec la technologie militaire la plus récente n’est pas de l’autodéfense, c’est une agression génocidaire.

Et nous encourageons vos gouvernements à demander un avis juridique avant de faire de telles déclarations.

En vertu du droit international, une puissance occupante n’a pas le droit de se défendre contre le territoire qu’elle occupe, et je vous renvoie au paragraphe 139 de l’avis consultatif de la CPI affiché au mur.

Nada Abu Tarbush, représentante de la Palestine à l’ONU

Le texte du discours de Nada Abu Tarbush a été publié sur le site de L’UJFP. Vous pouvez le retrouver ici : https://ujfp.org/intervention-de-la-representante-de-la-palestine-a-lonu-sous-titree-francais/

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.