REPORTAGE dans la manif à Paris : convergence des « gilets jaunes » et des syndicats ?

« On veut plus de cette vie qu’ils nous imposent ! » Abonnés

1

Le

Était-ce le premier acte de la convergence entre les syndicats et les « gilets jaunes » ce mardi 5 février ? La Confédération générale du travail (CGT) avait appelé à une journée de grève générale, reprise par des figures des « gilets jaunes », telles que Éric Drouet et Jérôme Rodrigues.

C’est la première fois depuis le 17 novembre 2018 qu’une centrale syndicale de premier plan marche aux côtés des inclassables « gilets jaunes », qui jusqu’à présent refusaient toute affiliation, toute couleur autre que celle de leurs gilets.

Près de 300 000 personnes ont défilé dans 200 villes selon la CGT, 137 200 manifestants selon le ministère de l’Intérieur. Au-delà des chiffres, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a préféré parler d’« un succès qui en appelle d’autres ».

La CGT a en effet recensé 30 000 personnes entre l’hôtel de ville et la place de la Concorde, 18 000 pour la préfecture de police, 14 000 d’après le cabinet privé Occurrence, mandaté par un collectif de médias.

Les revendications étaient nombreuses : hausse des salaires, justice fiscale, opposition à l’augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers, ou encore défense du service public.

D’autres forces politiques et syndicales, qui portent les mêmes revendications, étaient aussi présentes : La France insoumise, le Parti communiste français, le Nouveau parti anticapitaliste, Ensemble ! (mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire), des étudiants, des lycéens, l’union syndicale Solidaires, ou encore certaines fédérations de Force Ouvrière.

Mais ce qui a surtout retenu l’attention, c’est la présence des « gilets jaunes » dans les cortèges. Des « gilets jaunes » qui marchaient en tête du cortège parisien, devant toutes les banderoles et drapeaux des forces en présence. Une façon de rappeler que ce mouvement inédit n’a pas l’intention de se diluer ni d’être récupéré.

Même si parfois un morceau de gilet rouge dépasse du gilet jaune… Paroles de « gilets jaunes » et de « gilets rouges » dans la manif de Paris.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi et Jonathan Duong
mixage : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Dossier : Là-bas si j’y suis et les Gilets jaunes

Des dizaines de reportages, d’émissions, de chroniques et de dessins : Là-bas si j’y suis et les Gilets jaunes, notre dossier.

Voir le dossier

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.