1998. Dans nos archives, l’histoire étonnante de l’Internationnale.[PODCAST]

« Nous avons perdu toutes les batailles, mais c’est nous qui avions les plus belles chansons ». Une autre histoire de l’Internationale

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Nous avons perdu toutes les batailles mais c’est nous qui avions les plus belles chansons ».

Une phrase qui n’est pas sans lien avec ces jours que nous traversons après le premier tour des élections. Cette phrase, on l’attribue à un combattant républicain espagnol qui fuyait Franco. Grands penseurs et gens sérieux ne font pas grands cas de ce que chante la populace, jusqu’au jour où le bon peuple accroche par le cou les aristocrates à la lanterne. Mais comment faire taire ? Vous pouvez bâillonner la chanteuse, vous pouvez fusiller le chanteur, mais vous ne pouvez pas tuer la chanson. De toutes les armes, c’est le chant qui porte le plus loin la rébellion, au plus profond, au confluent des âmes et des cœurs.

En 1998, l’historien Marc Ferro nous racontait l’histoire de l’Internationale avec des archives rares et quelques unes des innombrables versions du chef d’œuvre d’Eugène Pottier et Pierre Degeyter. « On reprend l’Internationale, disait Marc Ferro, quand on en a plein le cœur et qu’on veut faire quelque chose de nouveau ».
Donc, c’est maintenant.

Là-bas


Écouter le reportage

[RADIO] « Nous avons perdu toutes les batailles, mais c’est nous qui avions les plus belles chansons ». Une autre histoire de l’Internationale

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils ont inventé le chômage Le chômage tue 100 fois plus que le terrorisme AbonnésVoir

Le

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en 2015, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.
Voici une farce lucide et grinçante contre les inventeurs et les profiteurs du chômage jouée par des chômeurs, les Z’EN TROP.

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.