LÀ-BAS Hebdo n°10, première partie

Monique, du courage pour chaque jour Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : La Voix du Nord)

LÀ-BAS Hebdo n°10, première partie.
Bientôt ils seront en haut de l’affiche, au festival d’Avignon, sur toutes les radios, à la télévision, y’a pas de raison ! « Les gueules cassées montent sur les planches » : le présentateur les présentera comme ça, les "gueules cassées", les "cas sociaux" de Sallaumines. Et sur une carte de France, on montrera Sallaumines, dans le Pas-de-Calais, l’ancien pays minier dévasté, en friche, abandonné, sans avenir.
Et là on entendra un éclat de rire. Un éclat de rire de Maurice, d’Annick, de Martine, de Marie-France, de Louise, de Françoise, de l’un des comédiens, de l’une des artistes. Et le journaliste leur fera raconter leur histoire : « On était des ombres, des cas sociaux, des gens que les autres ne regardent pas. Alors on s’est fait voir, on a raconté notre propre histoire, on est monté sur les planches. » Et le présentateur racontera comment ces gens-là, adultes handicapés, allocataires du minimum vieillesse, ont joué la vie malgré tout. Une formidable envie de vie. Y’a pas de raison !
Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Monique, du courage pour... (extrait)

Montrer aux uns comment vivent les autres, c’est le rôle des médias, le boulot des journalistes. Écouter les inaudibles, comment ils résistent, comment ils existent, mettre en lumière ceux qui disent « nous étions des ombres ». Et peut-être, alors, le résultat des élections départementales dimanche serait différent. Parce que des années de mépris, d’oubli, d’humiliation finissent par peser. Dimanche dernier à Sallaumines, le Front National a obtenu 41,87% des voix, le Front de gauche 27,64%, avec 54% d’abstention. Cela aurait peut-être été différent. Y’a pas de raison.

Parmi les rires qu’on entendra dans cette émission, qui – n’en doutons pas – un beau jour existera, il y aura celui de Monique, qu’on avait rencontrée en juin dernier à la Maison de la Citoyenneté de Sallaumines. Monique, une formidable envie de vie, Monique, du courage pour chaque jour.


Partie 1ère : vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


Partie 2 : Sallaumines, ville "d’échanges et de communication"

Sallaumines, Nord-Pas-de-Calais. Une petite ville de l’ancien bassin minier où les gueules noires ont laissé la place, avec la fermeture des mines, à des précaires, des chômeurs, des allocataires du RSA. Monique organise des activités pour les personnes en difficulté à la Maison de la Citoyenneté. Militante au Parti Communiste, elle redoute le score élevé annoncé pour le Front National.

La fosse 5 de Sallaumines dans les années 1970

Partie 3 : « On guérit pas de son enfance »

Monique s’occupe de la Maison de la Citoyenneté depuis six ans, « pour redonner ce qu’on a fait pour elle. » Monique a toujours habité Sallaumines, elle habite encore dans les corons. Ses grand-parents, Slovènes, sont arrivés en 1923 dans le nord de la France, sa mère travaillait à la fosse. Depuis la fermeture des mines il y a 25 ans, le chômage ne cesse d’augmenter dans le Pas-de-Calais, laissant dans une misère sociale de nombreuses personnes habituées au paternalisme des Houillères, à laquelle l’État n’a pas succédé.


Partie 4 : « Je voterai pour les personnes qu’il faut »

À l’approche des élections départementales, Monique tracte dans le quartier de la Fosse 4. Ce quartier tire son nom du puits n°4 de la Compagnie des mines de Courrières, là où eut lieu la catastrophe dite "de Courrières". Ce 10 mars 1906, 1 099 mineurs sont tués par le coup de grisou, certains survivants restent coincés trois semaines dans les galeries éboulées avant de remonter à la surface, les mineurs entament alors une grève de 51 jours, qui aboutit notamment à l’instauration du repos hebdomadaire.

La "catastrophe de Courrières" en mars 1906 a fait plus de 1000 morts

Merci à Monique Mahieu, Maurice et Mauricette, Annick, Martine, Marie-France, Louise, Françoise et toute la bande.

Rendez-vous demain pour la seconde partie de LÀ-BAS Hebdo n°10, avec un reportage de Gaylord VAN WYMEERSCH sur la lutte des salariés de Radio France.


Programmation musicale :
- Perds pas l’Nord, par Raoul de Godewarsvelde
- El pinsionnée, par Renaud
- Une pipe à Pépé, par Henri Tachan

À écouter :
- Le théâtre comme si c’était moi, un reportage d’Anaëlle Verzaux dans Là-bas si j’y suis du 25 juin 2014

Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Anaëlle VERZAUX
Présentation : Daniel MERMET
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Réalisation : Franck HADERER et Guillaume GIRAULT
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.

Nos grands entretiens à lire à tête reposée Jean Ziegler : « Le capitalisme tue, il faut qu’il disparaisse » AbonnésLire

Le

Camarades esclaves, exigeons des boulets moins lourds, demandons des chaînes plus longues, réclamons une réduction des coups de fouet ! Ou bien camarades, levons-nous, prenons les armes et pendons les tyrans. Vous souriez ? Oui, mais la question est toujours : réforme ou révolution ? Pour notre ami Jean Ziegler, c’est clair : le capitalisme n’est ni amendable, ni réformable. Voici la retranscription de l’entretien enregistré en mai dernier à l’occasion de la parution de son livre, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) (Le Seuil, 2018).