Dans la huitième manif anti-passe et « antivax » à Paris. Un reportage étonnant de Dillah Teibi. Radio PODCAST

Mobilisation contre le passe sanitaire : « J’ai perdu totalement confiance en nos dirigeants » Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Mobilisation contre le passe sanitaire : « J’ai perdu totalement confiance en nos dirigeants » [RADIO]

Colère des irréductibles Gaulois ou glissement général vers l’extrême droite ? Ou les deux ? Chaque samedi, les manifs étonnent et inquiètent. Comment s’y repérer parmi ces revendications si diverses et si contradictoires ? Le mot « hétéroclite » revient le plus souvent. Dans la manif de samedi à Paris, un reportage étonnant de Dillah Teibi.

On sait bien que tout ce qui bouge n’est pas rouge. Mais alors : de quelle couleur, la manif ? La réponse doit s’écrire pour le moins au pluriel. Dans la confusion générale, les manifestants ont un point commun, une défiance totale envers les pouvoirs politiques, médiatiques et scientifiques, avec aussi la hantise de se voir surveillés et contrôlés jusque dans leur intimité. Piégés, en somme. Ils refusent la contrainte autoritaire. Le vaccin est une arme efficace mais limitée surtout face aux nouveaux variants.

Pour ce huitième samedi de mobilisation, 142 000 personnes ont manifesté à travers la France, selon le ministère de l’Intérieur. C’est moins que la semaine précédente, sauf à Paris où la manifestation a gagné en nombre. Si la vitalité de ces manifs, en pleine période estivale, étonne beaucoup de commentateurs, certains voient déjà les anti-passe dans l’impasse. Selon plusieurs sondages, entre 64 % et 77 % des Français acceptent cette mesure. Quand à la vaccination, bon gré mal gré, 73 % ont reçu une dose et 67 % ont reçu deux doses à ce jour [1].

Pour ce qui est des personnels de santé, la vaccination des soignants a fait un bond en quelques semaines. Selon Santé publique France, huit soignants sur dix en hôpital ou en Ehpad, et neuf libéraux sur dix, avaient reçu une première injection début août [2].

Les autres ont encore jusqu’au 15 septembre pour se faire inoculer la première dose de vaccin contre le Covid, sous peine de suspension de leur contrat de travail et donc de suspension de leur salaire.

Parmi les sujets qui « fâchent », le vaccin est un de ces grands facteurs de division et de diversion dont se pourlèchent les pouvoirs partout et en tout temps. Cette fois, qui ramassera la mise ?

Là-bas


Programmation musicale :
- Anthony Joubert : Pass sanitaire

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Pierre Breteau , Gary Dagorn et Léa Sanchez, « Vaccination contre le Covid-19 : le tableau de bord en France et dans le monde », Le Monde, 2 septembre 2021.

[2AFP, « Hôpitaux, Ehpad : au moins une dose de vaccin pour 8 soignants sur 10 », 12 août 2021.

Sur notre site

À écouter

  • Un reportage étonnant de Dillah Teibi au cœur des manifs du 31 à Paris. RADIO PODCAST

    ANTIVAX, ANTI-PASSE FACE AU MÉPRIS Abonnés

    Écouter
    « Antivax » convaincus, « anti-passe » farouches, la colère ne s’éteint pas face au mépris du pouvoir et des élites. Mais d’où viennent ces multiples rancunes ? Un mouvement d’humeur ou le signe d’un mal plus profond ? L’historien Marc Ferro (...)
  • Convaincre ou contraindre, notre monarque a choisi. Reportage radio dans la manif à Paris. Podcast

    Les dégâts du passe autoritaire Abonnés

    Écouter
    Au lieu de susciter la solidarité nécessaire, l’autoritarisme imbécile de Macron allume un peu partout la rage et la colère. Une aubaine pour les complotistes et les malins de l’extrême droite, qui croient le jour de gloire arrivé. On a vu (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

« LE JOURNALISME DOIT DÉFIER L’AUTORITÉ. » Le journaliste Robert Fisk est mort à 74 ans QUAND ROBERT RENCONTRE BEN LADEN Accès libreÉcouter

Le

Le grand journaliste Robert Fisk est mort. Pas du tout l’air d’un baroudeur, mais plutôt d’un brave irlandais, amateur de rugby, qui sort de son pub. Depuis quarante ans, il était sur tous les coups et toutes les guerres : Liban, Syrie, Irak, Iran, Algérie, Bosnie, Afghanistan, la liste est longue. Toujours à rebrousse-poil et à contre-courant, toujours sur le terrain, le calepin à la main. Contesté, jalousé, respecté, ses papiers – très suivis par le public – agaçaient les professionnels de la profession. Il avait reçu quantité de prix et de récompenses.

Texte à l’appui. Une grande enquête de David Garcia (texte) Sportifs, militaires, travailleurs, fous de Dieu et Joe Biden : tous dopés ? AbonnésLire

Le

Diego Maradona est mort l’année dernière. Le divin footballeur argentin se dopait, comme le président Kennedy avant lui, ou un empereur chinois il y a 5 000 ans. Belligérants du conflit mondial de 1939-1945, militaires français de la première guerre du Golfe, combattants de l’État islamique se gavaient de stimulants. En 2021, étudiants, cadres d’entreprise, intellectuels, journalistes, travailleurs en général, gentilles et méchantes personnes, tout le monde se dope… Loin d’être un phénomène cantonné au monde du sport, le dopage gangrène toutes les sociétés, et depuis toujours. Où il y a compétition entre les hommes, entre les entreprises, entre les États, il y a dopage. Dès lors que le néolibéralisme mondialisé pousse vers toujours plus de « concurrence libre et non faussée », le dopage a de beaux jours devant lui. Entretien documenté avec le docteur Jean-Pierre de Mondenard, le spécialiste du dopage qui n’épargne personne.

Joe Biden est-il devenu président des États-Unis grâce au dopage ? « Ses performances lors des débats ont été INÉGALES comme jamais, pour dire les choses gentiment. Seuls des médicaments ont-ils pu provoquer ces écarts ??? », tweetait Donald Trump le 27 septembre 2020, à l’avant-veille du premier débat télévisé entre les deux candidats. Avant d’exiger « avec fermeté un test antidopage pour Joe Biden l’endormi ». Tout en promettant de passer lui-même au contrôle…