Filmé par Les MUTINS de PANGÉE, « MERCI PATRON » SORT MERCREDI 24

MERCI PATRON ! Courez voir le film de François RUFFIN

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

MERCI PATRON ! Le film de François Ruffin fait un tabac et c’est tant mieux. Il y a un moment où, à force de descendre, votre gros orteil touche le fond de la piscine et hop, vous remontez. Le film de RUFFIN, c’est le déclic qui va vous faire remonter et vous regonfler. Car le message est très simple, « NOUS N’AVONS EN FACE DE NOUS QU’UN TIGRE DE PAPIER. » Ruffin ne fait qu’appliquer la pensée de Mao Tsé-Toung. On se demande comment on a pu oublier une chose aussi évidente. Et d’ailleurs Mao Tsé-Toung ajoutait, « à la fin c’est nous qu’on va gagner ! »
Dans Merci Patron !, le tigre de papier s’appelle Bernard ARNAULT, dont le groupe LVMH fait délocaliser en Pologne l’usine de Poix-du-Nord, là où travaillaient Jocelyne et Serge KLUR. Licencié, endetté, au chômage, le couple KLUR, aidé de François RUFFIN, va réussir à faire plier Bernard ARNAULT et retrouver du boulot.
Mais pour ceux qui veulent aller plus loin, il faut revenir en arrière, MERCI PATRON a une longue histoire qui vient de LÀ-BAS SI J’Y SUIS. Nous avons retrouvé quelques épisodes pour vous régaler les oreilles :

- MAI 2007 : UN COSTARD POUR LE ROI DU LUXE (reportage : Pascale Pascariello et François Ruffin)

En mai 2007 – bientôt dix ans (!) – l’équipe de LÀ-BAS s’invite déjà à l’assemblée des actionnaires de LVMH. Il suffit d’acheter une action pour y participer, c’est notre ami Jean-Luc Porquet du Canard enchaîné qui nous a donné ce tuyau qu’il a lui-même utilisé.

Aussitôt François Ruffin et Pascale Pascariello, qui rêvent d’approcher le Roi du Luxe, deviennent actionnaires et se préparent pour l’assemblée. Ils ne sont pas seuls. Ils invitent des ouvrières du Nord et des salariés de la Samaritaine.

En effet le premier groupe de luxe au monde, LVMH, va délocaliser sa production de costumes Kenzo en Pologne. Mais les ouvrières du sous-traitant ne se laissent pas faire. Avec Marie-Hélène Bourlard, déléguée syndicale et formidable lutteuse sociale, elles arrivent donc pour "discuter" avec Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, lors de cette Assemblée Générale des actionnaires à Paris. Les salariés de la Samaritaine, également licenciés par LVMH, viennent les épauler, ainsi que Monsieur Baudoux, le maire d’Aulnoye-Aymeries.

Marie-Hélène Bourlard raconte aujourd’hui dans la Voix du Nord, sa rencontre avec François Ruffin. « Il est venu à l’usine pour France Inter, c’était au moment des élections présidentielles » ( Mars 2007) Ruffin lui souffle l’idée d’acheter une action LVMH et d’intervenir devant l’assemblée des actionnaires. « Nous avons acheté à plusieurs une action. Ça nous a coûté 100 euros. J’ai dit aux filles qu’on allait manifester à Paris. Elle ne savait pas qu’on irait au Carroussel du Louvre devant les actionnaires de LVMH. » Marie-Hélène Bourlard s’en souvient « comme si c’était hier. Bernard Arnault parlait à la tribune. Je lui ai posé la question : il y a 147 chômeurs dehors qui attendent que vous renégociez un nouveau contrat avec Kenzo. François Ruffin était dans la salle. Bernard Arnault s’est fâché ».

Vous pouvez (ré)écouter ces trois émissions :

Un costard pour le roi du luxe, une émission du 29 mai 2007

Un costard pour le roi du luxe I (29-05-2007)

Un costard pour le roi du luxe : waiting for Nanard, deuxième partie du 30 mai 2007

Un costard pour le roi du luxe II (30-05-2007)

Un costard pour le roi du luxe, troisième et dernière partie du 31 mai 2007

Un costard pour le roix du luxe III (31-05-2010)
reportage : Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Yann CHOUQUET et Khoï NGUYEN

-AVRIL 2010 : L’ASSEMBLÉE DES ACTIONNAIRES

LÀ-BAS récidive. Cette fois, Pascale PASCARIELLO ( toujours) et François RUFFIN (encore) honorent de leur présence l’ASSEMBLÉE des ACTIONNAIRES de CASINO. Mais, là encore ils ne viennent pas seuls. Il y a aussi Christophe et Roger, anciens gérants de Casino, il y a Maguy, Lionel, Jean-Louis et François, anciens salariés de Moulinex qui ont déjà témoigné dans nos reportages. Tout a été minutieusement préparé par la fine équipe de LA-BAS.

Casino c’est Jean-Charles NAOURI, certes moins fameux que Bernard ARNAULT, mais pas mal non plus. La première émission, diffusée le 02 juin 2010 fut un beau succès, mais ne fut pas vraiment du goût du directeur de France Inter, Philippe VAL, indigné par ces attaques « ad hominem », qui méritaient selon lui « des poursuites en justice ».

Nous avons tout de même diffusé la seconde émission le lendemain, avec, à la fin, l’intervention d’un certain LORDON Frédéric, qui brossait un délicat portrait de Jean-Charles NAOURI (61ème fortune française…). Philippe Val lui a-t-il suggéré d’entamer des poursuites en justice contre LÀ-BAS ? En tout cas, Daniel Mermet fut poursuivi (avec une charmante mise en examen) pour « injure publique » suite à des messages d’auditeurs sur le répondeur (et par voix de conséquence, Jean-Luc HEES fut également poursuivi en tant que directeur de la publication !). François Ruffin lui, fut poursuivi pour les articles tirés de ce reportage publiés dans son journal FAKIR. À la fin, après deux ans de procédures assez noueuses, Casino a plié et l’affaire s’est terminée par un non-lieu en juin 2012.

Voici ce reportage de Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN en deux parties :

L’Assemblée des actionnaires (I) , une émission du 02 juin 2010

L’Assemblée des actionnaires I (02-06-2010)

L’Assemblée des actionnaires (II) , seconde partie du 03 juin 2010

L’Assemblée des actionnaires (II) (03-06-2010)
reportage : Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Khoï NGUYEN et Raphaël MOUTERDE

-MARS 2012 : SAINT BERNARD, NOTRE SAUVEUR SI MODESTE

Cette fois, c’est un autre Bernard Arnault que nous allons découvrir dans ce nouveau reportage de François Ruffin (oui, encore lui). Une merveilleuse histoire, celle des couturières de Lejaby sauvées par l’empereur du luxe, quatrième fortune mondiale, célébré par les grands médias, ami des arts, admiré de tous, et qui, sous des dehors réservés et modestes, se révèle un homme de cœur doué d’une profonde conscience sociale.

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste, une émission du 12 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste I (12-03-2012)

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste (II), deuxième partie du 13 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste II (13-03-2012)

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste (III), troisième et dernière partie du 14 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste III (14-03-2012)
reportage : François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Bertrand CHAUMETON et Franck HADERER

La bande-annonce du film Merci Patron !, en salles le 24 février :

BANDE-ANNONCE Merci patron !
par jour2fete

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

En salles le 24 février :
Merci Patron !, un film de François RUFFIN (2016, 1h24) >>> toutes les infos sur la page Facebook du film

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire d’Aix vous invite le mardi 23 octobre 2018 à 19h au Restaurant "Le Coton Rouge", 4, chemin du Coton Rouge (à côté de la cité Universitaire Arc de Meyran). Brigitte présentera "Milieu animal et milieu humain" de Jakob von UEXKÜLL. Les recherches de Uexküll expriment l’abandon sans (...)

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.