Filmé par Les MUTINS de PANGÉE, « MERCI PATRON » SORT MERCREDI 24

MERCI PATRON ! Courez voir le film de François RUFFIN

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

MERCI PATRON ! Le film de François Ruffin fait un tabac et c’est tant mieux. Il y a un moment où, à force de descendre, votre gros orteil touche le fond de la piscine et hop, vous remontez. Le film de RUFFIN, c’est le déclic qui va vous faire remonter et vous regonfler. Car le message est très simple, « NOUS N’AVONS EN FACE DE NOUS QU’UN TIGRE DE PAPIER. » Ruffin ne fait qu’appliquer la pensée de Mao Tsé-Toung. On se demande comment on a pu oublier une chose aussi évidente. Et d’ailleurs Mao Tsé-Toung ajoutait, « à la fin c’est nous qu’on va gagner ! »
Dans Merci Patron !, le tigre de papier s’appelle Bernard ARNAULT, dont le groupe LVMH fait délocaliser en Pologne l’usine de Poix-du-Nord, là où travaillaient Jocelyne et Serge KLUR. Licencié, endetté, au chômage, le couple KLUR, aidé de François RUFFIN, va réussir à faire plier Bernard ARNAULT et retrouver du boulot.
Mais pour ceux qui veulent aller plus loin, il faut revenir en arrière, MERCI PATRON a une longue histoire qui vient de LÀ-BAS SI J’Y SUIS. Nous avons retrouvé quelques épisodes pour vous régaler les oreilles :

- MAI 2007 : UN COSTARD POUR LE ROI DU LUXE (reportage : Pascale Pascariello et François Ruffin)

En mai 2007 – bientôt dix ans (!) – l’équipe de LÀ-BAS s’invite déjà à l’assemblée des actionnaires de LVMH. Il suffit d’acheter une action pour y participer, c’est notre ami Jean-Luc Porquet du Canard enchaîné qui nous a donné ce tuyau qu’il a lui-même utilisé.

Aussitôt François Ruffin et Pascale Pascariello, qui rêvent d’approcher le Roi du Luxe, deviennent actionnaires et se préparent pour l’assemblée. Ils ne sont pas seuls. Ils invitent des ouvrières du Nord et des salariés de la Samaritaine.

En effet le premier groupe de luxe au monde, LVMH, va délocaliser sa production de costumes Kenzo en Pologne. Mais les ouvrières du sous-traitant ne se laissent pas faire. Avec Marie-Hélène Bourlard, déléguée syndicale et formidable lutteuse sociale, elles arrivent donc pour "discuter" avec Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, lors de cette Assemblée Générale des actionnaires à Paris. Les salariés de la Samaritaine, également licenciés par LVMH, viennent les épauler, ainsi que Monsieur Baudoux, le maire d’Aulnoye-Aymeries.

Marie-Hélène Bourlard raconte aujourd’hui dans la Voix du Nord, sa rencontre avec François Ruffin. « Il est venu à l’usine pour France Inter, c’était au moment des élections présidentielles » ( Mars 2007) Ruffin lui souffle l’idée d’acheter une action LVMH et d’intervenir devant l’assemblée des actionnaires. « Nous avons acheté à plusieurs une action. Ça nous a coûté 100 euros. J’ai dit aux filles qu’on allait manifester à Paris. Elle ne savait pas qu’on irait au Carroussel du Louvre devant les actionnaires de LVMH. » Marie-Hélène Bourlard s’en souvient « comme si c’était hier. Bernard Arnault parlait à la tribune. Je lui ai posé la question : il y a 147 chômeurs dehors qui attendent que vous renégociez un nouveau contrat avec Kenzo. François Ruffin était dans la salle. Bernard Arnault s’est fâché ».

Vous pouvez (ré)écouter ces trois émissions :

Un costard pour le roi du luxe, une émission du 29 mai 2007

Un costard pour le roi du luxe I (29-05-2007)

Un costard pour le roi du luxe : waiting for Nanard, deuxième partie du 30 mai 2007

Un costard pour le roi du luxe II (30-05-2007)

Un costard pour le roi du luxe, troisième et dernière partie du 31 mai 2007

Un costard pour le roix du luxe III (31-05-2010)
reportage : Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Yann CHOUQUET et Khoï NGUYEN

-AVRIL 2010 : L’ASSEMBLÉE DES ACTIONNAIRES

LÀ-BAS récidive. Cette fois, Pascale PASCARIELLO ( toujours) et François RUFFIN (encore) honorent de leur présence l’ASSEMBLÉE des ACTIONNAIRES de CASINO. Mais, là encore ils ne viennent pas seuls. Il y a aussi Christophe et Roger, anciens gérants de Casino, il y a Maguy, Lionel, Jean-Louis et François, anciens salariés de Moulinex qui ont déjà témoigné dans nos reportages. Tout a été minutieusement préparé par la fine équipe de LA-BAS.

Casino c’est Jean-Charles NAOURI, certes moins fameux que Bernard ARNAULT, mais pas mal non plus. La première émission, diffusée le 02 juin 2010 fut un beau succès, mais ne fut pas vraiment du goût du directeur de France Inter, Philippe VAL, indigné par ces attaques « ad hominem », qui méritaient selon lui « des poursuites en justice ».

Nous avons tout de même diffusé la seconde émission le lendemain, avec, à la fin, l’intervention d’un certain LORDON Frédéric, qui brossait un délicat portrait de Jean-Charles NAOURI (61ème fortune française…). Philippe Val lui a-t-il suggéré d’entamer des poursuites en justice contre LÀ-BAS ? En tout cas, Daniel Mermet fut poursuivi (avec une charmante mise en examen) pour « injure publique » suite à des messages d’auditeurs sur le répondeur (et par voix de conséquence, Jean-Luc HEES fut également poursuivi en tant que directeur de la publication !). François Ruffin lui, fut poursuivi pour les articles tirés de ce reportage publiés dans son journal FAKIR. À la fin, après deux ans de procédures assez noueuses, Casino a plié et l’affaire s’est terminée par un non-lieu en juin 2012.

Voici ce reportage de Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN en deux parties :

L’Assemblée des actionnaires (I) , une émission du 02 juin 2010

L’Assemblée des actionnaires I (02-06-2010)

L’Assemblée des actionnaires (II) , seconde partie du 03 juin 2010

L’Assemblée des actionnaires (II) (03-06-2010)
reportage : Pascale PASCARIELLO et François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Khoï NGUYEN et Raphaël MOUTERDE

-MARS 2012 : SAINT BERNARD, NOTRE SAUVEUR SI MODESTE

Cette fois, c’est un autre Bernard Arnault que nous allons découvrir dans ce nouveau reportage de François Ruffin (oui, encore lui). Une merveilleuse histoire, celle des couturières de Lejaby sauvées par l’empereur du luxe, quatrième fortune mondiale, célébré par les grands médias, ami des arts, admiré de tous, et qui, sous des dehors réservés et modestes, se révèle un homme de cœur doué d’une profonde conscience sociale.

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste, une émission du 12 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste I (12-03-2012)

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste (II), deuxième partie du 13 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste II (13-03-2012)

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste (III), troisième et dernière partie du 14 mars 2012

Saint Bernard Arnault, notre sauveur si modeste III (14-03-2012)
reportage : François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Bertrand CHAUMETON et Franck HADERER

La bande-annonce du film Merci Patron !, en salles le 24 février :

BANDE-ANNONCE Merci patron !
par jour2fete

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

En salles le 24 février :
Merci Patron !, un film de François RUFFIN (2016, 1h24) >>> toutes les infos sur la page Facebook du film

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.