MANDOLINE, LA TONDUE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

16 août 1944, rue Collin-d’Harleville, à Chartres (photo : Robert Capa © International Center of Photography / MAGNUM PHOTOS)

[RADIO] Mandoline, la tondue [03 décembre 2003]

« Traînée, pouffiasse, paillasse à boches ! » À la Libération, plus de 20 000 femmes accusées sans preuve de « collaboration horizontale » furent tondues en public un peu partout en France. Les exécutants, juges et bourreaux, étaient bien souvent des combattants de la vingt-cinquième heure, des faux résistants d’une rare veulerie.

Des chercheurs ont vu dans ces scènes un moyen pour les hommes de réaffirmer leur autorité et leur virilité après des années de défaite et d’humiliation. Comme si, pour retrouver l’estime de soi, il fallait humilier quelqu’un d’autre, quelqu’un de plus vulnérable, le plus souvent. C’est la mécanique du racisme, et c’est la mécanique du lynchage, avec la même joie abjecte de la populace que montre les nombreuses photos faites pour célébrer ce « carnaval moche », comme l’appelle Alain Brossat.

Longtemps, l’opinion générale ne trouvait là rien à redire. Il s’agissait d’une forme d’épuration et voilà tout. En 1964, l’hommage de Brassens à la TONDUE fit scandale. Il n’avait pas osé s’interposer, il avait juste ramassé une mèche de cheveux qu’il avait mise à sa boutonnière. Brassens était fier de n’avoir mérité aucune décoration mais, chantait-il, « j’ai ma rosette à moi : c’est un accroche-cœur ».

La plupart de ces femmes ont caché toute leur vie cette torture morale et physique. Beaucoup sont aujourd’hui disparues, la plupart sans en avoir parlé. En 2002, nous avions rencontré MANDOLINE, qui avait voulu pour la première fois à 81 ans raconter son histoire.

Une émission diffusée la première fois le 7 janvier 2002 sur France Inter.

Montélimar, 20 août 1944

Marcelle Polge a été fusillée le 02 octobre 1944 à Nîmes, après avoir été tondue. Son cadavre a été mutilé, un manche à balai planté dans le vagin.

Les tondues de la Gironde, 29 août 1944

France, 1944

Programmation musicale :
- Zarah Leander : Sag’ mir nicht Adieu
- Georges Brassens : La Tondue

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »