MANDOLINE, LA TONDUE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

16 août 1944, rue Collin-d’Harleville, à Chartres (photo : Robert Capa © International Center of Photography / MAGNUM PHOTOS)

[RADIO] Mandoline, la tondue [03 décembre 2003]

« Traînée, pouffiasse, paillasse à boches ! » À la Libération, plus de 20 000 femmes accusées sans preuve de « collaboration horizontale » furent tondues en public un peu partout en France. Les exécutants, juges et bourreaux, étaient bien souvent des combattants de la vingt-cinquième heure, des faux résistants d’une rare veulerie.

Des chercheurs ont vu dans ces scènes un moyen pour les hommes de réaffirmer leur autorité et leur virilité après des années de défaite et d’humiliation. Comme si, pour retrouver l’estime de soi, il fallait humilier quelqu’un d’autre, quelqu’un de plus vulnérable, le plus souvent. C’est la mécanique du racisme, et c’est la mécanique du lynchage, avec la même joie abjecte de la populace que montre les nombreuses photos faites pour célébrer ce « carnaval moche », comme l’appelle Alain Brossat.

Longtemps, l’opinion générale ne trouvait là rien à redire. Il s’agissait d’une forme d’épuration et voilà tout. En 1964, l’hommage de Brassens à la TONDUE fit scandale. Il n’avait pas osé s’interposer, il avait juste ramassé une mèche de cheveux qu’il avait mise à sa boutonnière. Brassens était fier de n’avoir mérité aucune décoration mais, chantait-il, « j’ai ma rosette à moi : c’est un accroche-cœur ».

La plupart de ces femmes ont caché toute leur vie cette torture morale et physique. Beaucoup sont aujourd’hui disparues, la plupart sans en avoir parlé. En 2002, nous avions rencontré MANDOLINE, qui avait voulu pour la première fois à 81 ans raconter son histoire.

Une émission diffusée la première fois le 7 janvier 2002 sur France Inter.

Montélimar, 20 août 1944

Marcelle Polge a été fusillée le 02 octobre 1944 à Nîmes, après avoir été tondue. Son cadavre a été mutilé, un manche à balai planté dans le vagin.

Les tondues de la Gironde, 29 août 1944

France, 1944

Programmation musicale :
- Zarah Leander : Sag’ mir nicht Adieu
- Georges Brassens : La Tondue

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).