12 juillet, manif contre les ordonnances

Macron, patrons, copains comme cochons ! Abonnés

1

Le

Depuis des années, avec acharnement, les grands patrons du Medef luttent contre le droit social. Rien de nouveau, la lutte entre le capital et le travail est une longue histoire. Aujourd’hui, le but affiché par le Medef, c’est simplement de démolir la République sociale issue du Conseil National de la Résistance, ce qui entraînera la croissance et l’emploi, grâce à la flexibilité.

Depuis Raymond Barre, cette ficelle n’a jamais marché, mais l’oligarchie qui dispose de tous les moyens, moyens financiers, moyens médiatiques, moyens juridiques, ne cesse de marquer des points en rusant et en trompant une opinion qui rechigne et se défend avec des fortunes diverses.

Mais aujourd’hui, le gouvernement, que ces grands patrons du Medef ont largement contribué à porter au pouvoir, leur est ouvertement acquis, et l’assaut a été donné contre le code du travail. Sachant l’opposition profonde du pays contre cette démolition, le nouveau pouvoir va procéder par la force, c’est-à-dire par ordonnances, en profitant de l’été pour avancer ses pions.

Mercredi 13 juillet, la très docile majorité des députés ont adopté le projet de loi d’habilitation qui va permettre de réformer le code du travail par ordonnances à la rentrée de septembre. La veille, une poignée d’élus récalcitrants appelaient à manifester… et LÀ-BAS était là !

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Jonathan Duong
mixage : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

  • Notre nouvelle rubrique, avec Thomas Pietrois-Chabassier

    Les rois de la réforme Accès libre

    Voir
    Retour sur trente ans de simplifications et de corrections du code du travail, trente années qui ont permis à la France de retrouver le plein emploi. On rembobine avec notre nouvelle rubrique : « Mauvaise langue (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.