Salariés et employés, premières victimes de l’épidémie

Les soldats inconnus de la « guerre » sanitaire Abonnés

1

Le

(illustration : Confédération nationale du travail)

[EXTRAIT] Les soldats inconnus de la « guerre » sanitaire [RADIO]

Les hommes pauvres meurent en moyenne treize ans plus tôt que les riches dans notre beau pays (les femmes, huit ans plus tôt) [1]. Face à la Covid, c’est pire. Le pouvoir et les médias donnent beaucoup de chiffres sur la mortalité par tranche d’âge et par région, mais beaucoup moins selon les milieux sociaux.

Début mai, une étude montrait que le 93, le département le plus pauvre de métropole, était le plus touché et comptait le plus gros pourcentage de décès supplémentaires [2]. Le 7 juillet, une nouvelle étude est venue confirmer que les « personnes nées à l’étranger » avaient payé le prix le plus fort avec une hausse des décès deux fois plus élevée [3]. Ces personnes nées à l’étranger (Maghreb, Asie, Afrique subsaharienne), on les retrouve parmi les « premiers de corvée », caissières, magasiniers, livreurs, éboueurs, égoutiers, agents de sécurité, etc. Et ces travailleurs « clés » – qui n’ont pas eu recours au télétravail – ont multiplié les risques : logements plus exigus que la moyenne, obligation de prendre les transports en commun, etc. Beaucoup ont agi par solidarité, dans l’intérêt général. Aujourd’hui, après aumône et bonne parole, ils sont oubliés.

Si la Covid fait son retour, combien de temps durerait la vie sur cette planète si les emplois « clés » lâchaient l’affaire ?

Un reportage de Dillah Teibi.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).