Convaincre ou contraindre, notre monarque a choisi. Reportage radio dans la manif à Paris. Podcast

Les dégâts du passe autoritaire Abonnés

1

Le

Samedi 21 juillet, près de 161 000 personnes ont manifesté dans toute la France contre le « pass sanitaire », d’après le ministère de l’Intérieur, dont 11 000 à Paris (photo : Dillah Teibi)

Au lieu de susciter la solidarité nécessaire, l’autoritarisme méprisant de Macron allume un peu partout la rage et la colère. Une aubaine pour les complotistes et les malins de l’extrême droite, qui croient le jour de gloire arrivé. On a vu des crétins incultes détourner les symboles de la destruction des Juifs en se parant d’étoiles jaunes, en évoquant le « passe nazitaire ». On a vu des journalistes se faire cogner. On a vu la gauche à la remorque des récupérateurs de droite. Les réseaux se régalent de ces images qui résultent du génie de notre monarque. Mais pour la majorité déboussolée de ces manifestants, l’angoisse et les questions qu’ils se posent sont sincères et légitimes.

Reportage de Dillah Teibi dans la manif de samedi à Paris.

En menaçant de licenciement les aides-soignants récalcitrants à la vaccination, alors même que les forces de l’ordre n’ont pas d’obligation vaccinale, Macron montre à la fois son parfait mépris social et sa soumission à la manière forte. Au service exclusif des riches, il n’a pas d’autre légitimité politique et donc aucune autorité pour faire accepter la vaccination dans l’intérêt général, sinon la violence de la contrainte. À d’autres moments, les Français ont accepté des mesures imposées. La ceinture de sécurité, les limitations de vitesse, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, et aussi… les vaccins ! Chaque fois, bien sûr, on a entendu des cris d’orfraie au nom de « la liberté et de la démocratie ». À chaque fois, ces « moi ma gueule » se sont fait entendre, mais chaque fois l’intérêt général a prévalu.

Aujourd’hui, le point commun à ce ras-le-bol hétéroclite, d’une ampleur inattendue, c’est une perte de confiance totale, à la fois envers le monde politique, le monde scientifique et le monde médiatique (et même du monde judiciaire avec l’affaire Dupond-Moretti). Ça fait beaucoup, et c’est la porte ouverte aux camelots des réseaux. Mais le point commun le plus explosif, c’est le mépris. Comme nous dit une dame dans la manif, le mépris « des petits morveux ». Il est urgent de se débarrasser de ces monarques renouvelés tout les cinq ans. Voyez notre reportage sur le Chili, ça redonne la patate !

Daniel Mermet


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
mixage : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

À voir

  • Au Chili, un mouvement social qui réussit : comment ? Pourquoi ? Un exemple à suivre ?

    Et si les Chiliens nous redonnaient la patate ? Abonnés

    Voir
    Se débarrasser du méprisant Macron ? En finir avec la monarchie républicaine ? Construire une 6e République, avec une nouvelle constitution, en passant par une assemblée constituante ? Bof, vous dit-on, c’est trop abstrait, c’est trop (...)

À lire

  • POINT DE VUE. Dominique Vidal répond à ses détracteurs (texte)

    « ANTIVAX » : CINQ QUESTIONS SIMPLES Accès libre

    Lire
    Quiconque a un minimum d’expérience politique connaît cette pratique. Elle consiste à défendre une position sans l’assumer, donc sans dialoguer. Aucun de ceux qui commentent de manière violemment critique ma page Facebook n’est « antivax ». (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.

Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? AbonnésÉcouter

Le

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie.

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…