Convaincre ou contraindre, notre monarque a choisi. Reportage radio dans la manif à Paris. Podcast

Les dégâts du passe autoritaire Abonnés

1

Le

Samedi 21 juillet, près de 161 000 personnes ont manifesté dans toute la France contre le « pass sanitaire », d’après le ministère de l’Intérieur, dont 11 000 à Paris (photo : Dillah Teibi)

Au lieu de susciter la solidarité nécessaire, l’autoritarisme méprisant de Macron allume un peu partout la rage et la colère. Une aubaine pour les complotistes et les malins de l’extrême droite, qui croient le jour de gloire arrivé. On a vu des crétins incultes détourner les symboles de la destruction des Juifs en se parant d’étoiles jaunes, en évoquant le « passe nazitaire ». On a vu des journalistes se faire cogner. On a vu la gauche à la remorque des récupérateurs de droite. Les réseaux se régalent de ces images qui résultent du génie de notre monarque. Mais pour la majorité déboussolée de ces manifestants, l’angoisse et les questions qu’ils se posent sont sincères et légitimes.

Reportage de Dillah Teibi dans la manif de samedi à Paris.

En menaçant de licenciement les aides-soignants récalcitrants à la vaccination, alors même que les forces de l’ordre n’ont pas d’obligation vaccinale, Macron montre à la fois son parfait mépris social et sa soumission à la manière forte. Au service exclusif des riches, il n’a pas d’autre légitimité politique et donc aucune autorité pour faire accepter la vaccination dans l’intérêt général, sinon la violence de la contrainte. À d’autres moments, les Français ont accepté des mesures imposées. La ceinture de sécurité, les limitations de vitesse, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, et aussi… les vaccins ! Chaque fois, bien sûr, on a entendu des cris d’orfraie au nom de « la liberté et de la démocratie ». À chaque fois, ces « moi ma gueule » se sont fait entendre, mais chaque fois l’intérêt général a prévalu.

Aujourd’hui, le point commun à ce ras-le-bol hétéroclite, d’une ampleur inattendue, c’est une perte de confiance totale, à la fois envers le monde politique, le monde scientifique et le monde médiatique (et même du monde judiciaire avec l’affaire Dupond-Moretti). Ça fait beaucoup, et c’est la porte ouverte aux camelots des réseaux. Mais le point commun le plus explosif, c’est le mépris. Comme nous dit une dame dans la manif, le mépris « des petits morveux ». Il est urgent de se débarrasser de ces monarques renouvelés tout les cinq ans. Voyez notre reportage sur le Chili, ça redonne la patate !

Daniel Mermet


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
mixage : Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

À voir

  • Au Chili, un mouvement social qui réussit : comment ? Pourquoi ? Un exemple à suivre ?

    Et si les Chiliens nous redonnaient la patate ? Abonnés

    Voir
    Se débarrasser du méprisant Macron ? En finir avec la monarchie républicaine ? Construire une 6e République, avec une nouvelle constitution, en passant par une assemblée constituante ? Bof, vous dit-on, c’est trop abstrait, c’est trop (...)

À lire

  • POINT DE VUE. Dominique Vidal répond à ses détracteurs (texte)

    « ANTIVAX » : CINQ QUESTIONS SIMPLES Accès libre

    Lire
    Quiconque a un minimum d’expérience politique connaît cette pratique. Elle consiste à défendre une position sans l’assumer, donc sans dialoguer. Aucun de ceux qui commentent de manière violemment critique ma page Facebook n’est « antivax ». (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Daniel MERMET avec Olivier BESANCENOT BESANCENOT, BENSAÏD, RÉSISTANCE, ESPÉRANCE AbonnésVoir

Le

Disparu il y a dix ans, le philosophe et militant, Daniel Bensaïd laisse une œuvre toujours utile aujourd’hui, pour celles et ceux qui ne se contentent pas du monde tel qu’il est mais qui n’osent à peine imaginer ce que l’on pourrait en faire. Comment passer de la résistance à l’espérance ? Comment renouer avec le fil de l’histoire progressiste rompu par la catastrophe stalinienne ? Comment trouver des braises dans les cendres des grands échecs ? Ami proche de Bensaïd et de ses idées, Olivier BESANCENOT nous en donne un mode d’emploi pour aujourd’hui.

« LE JOURNALISME DOIT DÉFIER L’AUTORITÉ. » Le journaliste Robert Fisk est mort à 74 ans QUAND ROBERT RENCONTRE BEN LADEN Accès libreÉcouter

Le

Le grand journaliste Robert Fisk est mort. Pas du tout l’air d’un baroudeur, mais plutôt d’un brave irlandais, amateur de rugby, qui sort de son pub. Depuis quarante ans, il était sur tous les coups et toutes les guerres : Liban, Syrie, Irak, Iran, Algérie, Bosnie, Afghanistan, la liste est longue. Toujours à rebrousse-poil et à contre-courant, toujours sur le terrain, le calepin à la main. Contesté, jalousé, respecté, ses papiers – très suivis par le public – agaçaient les professionnels de la profession. Il avait reçu quantité de prix et de récompenses.