LE TERRORISME A UNE HISTOIRE

Les crânes oubliés de la conquête de l’Algérie Abonnés

1

Le

« Nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances. » Simple observation d’un général français en 1840, lors de la conquête de l’Algérie. En 2011, un chercheur algérien a découvert que des têtes coupées de ceux qui résistèrent sont empilées aujourd’hui au Musée de l’Homme à Paris dans l’indifférence générale.


Une pétition réclame le retour de ces crânes au pays natal. Il y a un lien entre la terreur colonialiste d’alors et le terrorisme d’aujourd’hui ; sans justice, la terreur s’enfonce dans l’inconscient des peuples comme ces bombes enfouies qu’un simple choc fait exploser bien des années plus tard.

« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… »  [1]

C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie.


« … Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… »

Un reportage radio d’Anaëlle VERZAUX et Rosa MOUSSAOUI.


REPORTAGE : Les crânes oubliés de la conquête d’Algérie (EXTRAIT)

Vous êtes sans doute déjà allé visiter le musée de l’Homme, place du Trocadéro à Paris… Mais les souterrains, avez-vous déjà pensé aux souterrains ? Dans les caves du musée de l’Homme, il y a des crânes, des murs de crânes !

18 000 crânes entreposés les uns à côté des autres, conservés, classés, répertoriés. Sur les étiquettes, on lit :

« Bou Amar Ben Kedida, crâne n°5 943. Boubaghla, crâne n°5 940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n°5 944. Cheikh Bouziane, crâne n°5 941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n°5 942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n°5 939… »

Ils sont trente-sept Algériens au total.

Les crânes de ces Algériens décapités pendant la conquête coloniale furent longtemps exhibés comme des trophées de guerre. Ils témoignent de la résistance tenace opposée, dès 1830, à la colonisation. Comme à Zaatcha, une oasis du sud-est algérien, théâtre, en 1849, d’un massacre colonial d’une rare barbarie…

Remisés dans les collections du Muséum national d’Histoire naturelle, jamais réclamés par l’Algérie, ces restes mortuaires sont tombés dans l’oubli. L’historien et anthropologue Ali Belkadi en a retrouvé la trace en 2011 et depuis, une pétition réclame leur retour au pays natal… Retour sur une histoire peu transmise et mal connue…

« Et je dis que de la colonisation à la civilisation, la distance est infinie ; que, de toutes les expéditions coloniales accumulées, de tous les statuts coloniaux élaborés, de toutes les circulaires ministérielles expédiées, on ne saurait réussir à extirper une seule valeur humaine. » Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme

Les différentes séquences du reportage :


Programmation musicale :
- Souad Massi : Raoui
- Serge Reggiani : Le Zouave Du Pont De L’Alma
- Gesky : Abd El-Kader
- Tramel : Qu’est-ce que t’attends pour aller aux colonies ?

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Anaëlle VERZAUX et Rosa MOUSSAOUI
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


En savoir plus :

« Les crânes de résistants algériens » n’ont rien à faire au Musée de l’homme

LE MONDE | 09.07.2016 à 13h30 | Par collectif

En mai 2011, l’archéologue et historien algérien Ali Farid Belkadi lançait une pétition « pour le rapatriement des restes mortuaires algériens conservés dans les musées français », en particulier les crânes de résistants algériens tués par le corps expéditionnaire français dans les années 1840 et 1850, qu’il venait de retrouver dans les réserves du Musée de l’homme à Paris.
Alors que cet appel était lancé un an après le vote, par le Parlement français, d’une loi exigeant la « restitution [à la Nouvelle-Zélande] de toutes les têtes maories détenues en France », il n’a eu malheureusement que très peu d’écho. En mai dernier, l’universitaire et écrivain algérien Brahim Senouci a lancé un nouvel appel pour que soient restituées les « têtes des résistants algériens détenues par le Musée de l’homme », afin que leur pays les honore, avec cette fois un écho nettement plus large.
Il nous a paru important de le relayer en rappelant la raison de la présence dans un musée parisien de ces restes mortuaires, à partir de l’histoire de l’un d’entre eux : le crâne du cheikh Bouziane, chef de la révolte de Zaâtcha en 1849, écrasée par une terrible répression, emblématique de la violence coloniale.

Un siège de quatre mois
En 1847, après la reddition d’Abd-el- Kader, les militaires français croient que c’en est fini des combats en Algérie après plus de dix ans d’une guerre de conquête d’une sauvagerie inouïe. Mais, alors que le danger était surtout à l’ouest, il réapparaît à l’est début 1849, dans le Sud-Constantinois, près de Biskra, où le cheikh Bouziane reprend le flambeau de la résistance. Après des affrontements, il se retranche dans l’« oasis » de Zaâtcha, une véritable cité fortifiée où, outre des combattants retranchés, vivent des centaines d’habitants, toutes générations confondues.

« Le cheikh Bouziane reprend le flambeau de la résistance. Après des affrontements, il se retranche dans l’« oasis » de Zaâtcha, une véritable cité fortifiée où, outre des combattants retranchés, vivent des centaines d’habitants, toutes générations confondues ».
Le 17 juillet 1849, les troupes françaises envoyées en hâte entament un siège, qui durera quatre mois. Après un premier assaut infructueux, l’état-major prend la mesure de la résistance et envoie une colonne de renfort de plus de 5 000 hommes, commandée par le général Émile Herbillon (1794-1866), commandant de la province de Constantine, suivie d’une autre, des zouaves dirigés par le colonel François Canrobert (1809-1895). Deux officiers supérieurs, plusieurs milliers d’hommes contre une localité du grand sud algérien, deux décennies après la prise d’Alger : la résistance algérienne était d’une ampleur et d’une efficacité exceptionnelles.
Le 26 novembre, les assiégeants, exaspérés par la longueur du siège, voyant beaucoup de leurs camarades mourir (des combats et du choléra), informés du sort que les quelques Français prisonniers avaient subi (tortures, décapitations, émasculations…), s’élancent à l’assaut de la ville. Chaque maison devient un fortin, chaque terrasse un lieu d’embuscade contre les assaillants. Après d’âpres combats, au cours desquels les Français subissent de lourdes pertes, le drapeau tricolore flotte sur le point culminant de l’oasis.
Deux ans plus tard, Charles Bourseul, un « ancien officier de l’armée d’Afrique » ayant participé à l’assaut, publiera son témoignage : « Les maisons, les terrasses sont partout envahies. Des feux de peloton couchent sur le sol tous les groupes d’Arabes que l’on rencontre. Tout ce qui reste debout dans ces groupes tombe immédiatement sous la baïonnette. Ce qui n’est pas atteint par le feu périt par le fer. Pas un seul des défenseurs de Zaâtcha ne cherche son salut dans la fuite, pas un seul n’implore la pitié du vainqueur, tous succombent les armes à la main, en vendant chèrement leur vie, et leurs bras ne cessent de combattre que lorsque la mort les a rendus immobiles. ». Il s’agissait là des combattants.

Destruction méthodique
Or, l’oasis abritait aussi des femmes, des vieillards, des enfants, des adolescents. La destruction de la ville fut totale, méthodique. Les maisons encore debout furent minées, toute la végétation arrachée. Les « indigènes » qui n’étaient pas ensevelis furent passés au fil de la baïonnette.
Dans son livre La Guerre et le gouvernement de l’Algérie, le journaliste Louis de Baudicour racontera en 1853 avoir vu les zouaves « se précipiter avec fureur sur les malheureuses créatures qui n’avaient pu fuir », puis s’acharner : « Ici un soldat amputait, en plaisantant, le sein d’une pauvre femme qui demandait comme une grâce d’être achevée, et expirait quelques instants après dans les souffrances ; là, un autre soldat prenait par les jambes un petit enfant et lui brisait la cervelle contre une muraille ; ailleurs, c’étaient d’autres scènes qu’un être dégradé peut seul comprendre et qu’une bouche honnête ne peut raconter. Des procédés aussi barbares n’étaient pas nécessaires, et il est très fâcheux que nos officiers ne soient pas plus maîtres en expédition de leurs troupes d’élite, qu’un chasseur ne l’est d’une meute de chiens courants quand elle arrive avant lui sur sa proie. »
D’après les estimations les plus basses, il y eut ce jour-là huit cents Algériens massacrés. Tous les habitants tués ? Non. Le général Herbillon se crut obligé de fournir cette précision : « Un aveugle et quelques femmes furent seuls épargnés ». Le pire est que la presse française d’alors reprit ce rapport cynique.

Fusillés puis décapités
Il y eut trois autres « épargnés »… provisoirement. Les Français voulurent capturer vivant – dans le but de faire un exemple – le chef de la résistance, le cheikh Bouziane. Au terme des combats, il fut fait prisonnier. Son fils, âgé de quinze ans, l’accompagna, ainsi que Si-Moussa, présenté comme un marabout. Que faire d’eux ? Ces « sauvages » n’eurent pas droit aux honneurs dus aux combattants.
Le général Herbillon ordonna qu’ils soient fusillés sur place, puis décapités. Leurs têtes, au bout de piques, furent emmenées jusqu’à Biskra et exposées sur la place du marché, afin d’augmenter l’effroi de la population. Un observateur, le docteur Ferdinand Quesnoy, qui accompagnait la colonne, dessina cette macabre mise en scène qu’il publia en 1888 dans un livre, témoignage promis à un certain avenir…
Que devinrent les têtes détachées des corps des combattants algériens ? Qui a eu l’idée de les conserver, pratique alors courante ? Où le furent-elles et dans quelles conditions ? Quand a eu lieu leur sordide transfert en « métropole » ? Cela reste à établir, même si certaines sources indiquent la date de 1874, d’autres la décennie 1880. Il semble certaines d’elles aient été d’abord exposées à la Société d’anthropologie de Paris, puis transférées au Musée de l’homme. Elles y sont encore aujourd’hui.
Soutenir les appels de citoyens algériens à rapatrier ces dépouilles dans leur pays, pour leur donner une sépulture digne comme cela fut fait pour les rebelles maori ou les résistants kanak Ataï et ses compagnons (en 2014), ne revient aucunement pour nous à céder à un quelconque tropisme de « repentance » ou d’une supposée « guerre des mémoires », ce qui n’aurait strictement aucun sens. Il s’agit seulement de contribuer à sortir de l’oubli l’une des pages sombres de l’histoire de France, celles dont l’effacement participe aujourd’hui aux dérives xénophobes qui gangrènent la société française.

Les signataires : Pascal Blanchard historien ; Raphaëlle Branche, historienne ; Christiane Chaulet Achour, universitaire ; Didier Daeninckx, écrivain ; René Gallissot, historien ; François Gèze, éditeur ; Mohammed Harbi, historien ; Aïssa Kadri, sociologue ; Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire ; Gilles Manceron, historien ; Gilbert Meynier, historien ; François Nadiras, Ligue des droits de l’homme ; Tramor Quemeneur, historien ; Malika Rahal, historienne ; Alain Ruscio, historien ; Benjamin Stora, historien ; Mohamed Tayeb Achour, universitaire.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Notes

[1Le Cour Grandmaison, Olivier, Coloniser - Exterminer – Sur la guerre et l’État Colonial, Fayard, 2004, p. 158-159, note 1

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Là-bas fête ses trente ans. Une nouvelle série de Rencontres de Sophie en huit podcasts AVEC LAQUELLE, SUR L’ÎLE DÉSERTE ? (04/08) Abonnés

    -

    Écouter

    Quelle émission vous emporteriez parmi celles qui vous ont surpris, enchantés, choqués, bouleversés ou ravi vos oreilles depuis trente ans ? On a reçu un tas de superbes réponses, merci à vous chères et chers AMG, on s’y attendait mais pas à ce point-là. Dans tout ça, Sophie a choisi huit messages, suivis de huit rencontres à savourer en huit podcasts. Huit fois la preuve que c’est vous les meilleurs…

  • Les illustres illustrateurs. OH, LIEBE ! Un texte de Daniel Mermet Connaissez-vous les érotiques de Mihály von Zichy ? Abonnés

    -

    Lire

    Une pipe, un coup par devant, un coup par derrière, et hop l’éjaculation. Ne dites pas que je vous choque, on compte au moins cent millions de vues par jour rien que pour le site Pornhub. Quel remède contre cette banalisation et cette indigence ? L’art érotique est le plus ancien et le plus universel pour célébrer à la fois le trouble, la puissance et l’énigme du désir. Connaissez-vous « OH LIEBE », une série de dessins restée longtemps secrète du génial MIHÁLY von ZICHY ?

    En 2019 dans le monde, les sites pornos ont reçu 42 milliards de visites, 220 000 vidéos pornos sont vues chaque minute sur cette planète et c’est gratuit de sept à cent sept ans. Que se passerait-il dans la tête de madame Yvonne de Gaulle l’épouse du Général si elle revenait sur cette terre, elle qui dans les années soixante, interdisait l’accès de l’Elysée aux personnes divorcées ou coupables d’adultère ? Comment lui expliquer qu’elle peut commander son plug anal sur le net en toute discrétion ? De nos jours l’industrie pornographique réalise un chiffre d’affaire de huit milliards d’euros par an. Jamais dans l’histoire humaine, le sexe humain n’a rapporté autant, jamais l’égout séminal n’a été aussi rentable ni aussi aseptisé, ni aussi impéccablement contrôlé.

    « Nos désirs font désordre » braillait le jeunesse soixante huitarde. Plus de désordre aujourd’hui, plus de désir de désordre, les milliardaires de la pornosphère vous expliqueront que c’est là un grand progrès par rapport aux névroses du puritanisme de jadis.

  • Hommage à Gisèle Halimi Gisèle, une belle vie Accès libre

    -

    Lire

    Sans jamais lâcher la main de la fillette qu’elle fut, Gisèle Halimi s’est mêlée de tout ce dont une femme ne devait pas se mêler. Lutte contre le machisme, l’obscurantisme religieux, le colonialisme, le capitalisme entre autres. On trouve normal et banal aujourd’hui que les femmes soient mêlées à toutes ces causes. C’est pourtant le résultat d’une longue révolution dont Gisèle Halimi avec son inlassable colère restera une superbe héroïne.

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas si j’y suis Mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Abonnés

    -

    Voir

    Dernier numéro avant la pause estivale tant attendue par notre « employé de la semaine » du mois de l’année, Jonathan Duong ! Jonathan s’est posé une question qui a déjà traversé la tête de tout le monde sans que personne n’ose la formuler aussi clairement : mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Pas plus tard que lundi dernier, Jonathan a regardé sur TMC – et en entier ! – un reportage en immersion avec des légionnaires qui s’entraînent. La réponse à sa question est peut-être que l’exaltation de l’effort et de l’abnégation jusqu’à l’extrême que véhicule ce genre de reportages ne doit sans doute pas déroger à l’idée qu’un Macron peut se faire du don de soi et du management moderne. Regardez plutôt.

  • Retour au Blanc-Mesnil. Reportage vidéo et podcast Dans le 93, on n’a pas l’argent mais on a les gens (suite) Accès libre

    -

    Voir

    « SOLIDARITÉ EN BANDE ORGANISÉE », c’était la une de Match. Ça les a révoltés, les gens du 93. Pour les médias, les « quartiers », c’est d’abord ça, des bandes organisées, même quand la solidarité s’organise entre les habitants. Ce racisme social dure depuis longtemps, c’est un racisme qui tue. Avec une surmortalité de 118 %, le 93 a été le département d’Île-de-France le plus touché par la pandémie. Ailleurs, on accumule le fric, ici on accumule les risques : économiques, sanitaires, sociaux.

  • Pour une recherche publique, libre et désintéressée. Reportage vidéo et podcast (30:12) VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON Abonnés

    -

    Voir

    En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

  • C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas Michelle Obama, papesse du développement personnel Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte profite de ses vacances bien méritées, mais notre employé de la semaine, lui, ne s’arrête jamais ! Même si Jonathan Duong ne s’est pas foulé cette semaine. Il s’est vautré dans son canapé pour regarder le documentaire que Netflix consacre à Michelle Obama. Avec plus de dix millions d’exemplaires vendus dans vingt-quatre langues différentes, l’autobiographie de l’ancienne first lady est un succès commercial. De quoi donner envie à l’épouse de Barack Obama de capitaliser sur son histoire — sa story ! —, celle d’une descendante d’esclaves élevée dans une famille modeste du sud de Chicago devenue la femme la plus admirée du pays. Une histoire à succès (une success story !) extrêmement rentable pour le couple Obama.

  • Dominique Vidal Le CRIF panique et menace Accès libre

    -

    Lire

    L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme légalisant le boycott comme un droit citoyen radicalise les dirigeants sionistes.

    Si l’avocat Marc Bensimhon appelle l’État français à faire un recours, le président du CRIF Midi-Pyrénées incite, lui, ses troupes à la violence contre les militants de la campagne BDS. Le nouveau ministre de l’Intérieur sévira-t-il ?

  • Souveraineté ou fonds de pension ? Nos vies ou leurs profits ? LUXFER, UNE LUTTE EMBLÉMATIQUE Abonnés

    -

    Voir

    Relocaliser, nationaliser, retrouver notre souveraineté. La crise sanitaire a mis à nu notre vulnérabilité. Le constat a été brutal et unanime. S’il y a bien un monde d’après, c’est celui là : « rebâtir » une souveraineté stratégique, nous disait Monsieur Macron, « réduire notre dépendance » à l’extérieur, « produire plus sur le sol national ». Voilà la bifurcation que souhaite une majorité du pays, voilà ce que souhaitent les 136 salariés licenciés de Luxfer, qui fabriquaient les bouteilles métalliques nécessaires aux pompiers et aux hôpitaux. Mais toujours un peu tête en l’air, Monsieur Macron semble avoir déjà oublié ses beaux discours. Pour lui rappeler, les LUXFER ont réuni du monde le 25 juin avec Philippe Martinez (CGT), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), Raphaël Glucksmann (Place publique) et Éva Sas (Europe Écologie-Les Verts). Et LÀ-BAS qui était là.

  • EHPAD : les personnels ne veulent pas être les oubliés de la crise. (PODCAST 30:25) NOS HÉROS LES PLUS MAL PAYÉS Abonnés

    -

    Écouter

    Manque de masques, manque d’équipement, manque d’effectifs, elles étaient en première ligne, seules avec la mort à bras-le-corps. Aujourd’hui, deux d’entre elles risquent des sanctions pour avoir alerté sur les conditions catastrophiques de travail dans leur EHPAD. Personnel, élus et familles de résidents sont venus manifester pour les soutenir. Une vaillante manif à Livry-Gargan dans le 93. Mais où sont ceux qui applaudissaient nos héros, et les bobos du show-biz tout émus qui s’étalaient sur les réseaux, où sont-ils donc ? Et les promesses de Macron ? Y a-t-il beaucoup de pouvoirs qui ont autant menti et trompé aussi vite en profitant du désarroi général ?

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »