Grève nationale dans les EHPAD. Second volet du reportage de Sophie Simonot

Le soin, c’est de l’humain, pas du chiffre (2/2) Abonnés

Le


Pour la première fois, salariés, syndicats et directeurs des maisons de retraite manifestent unitairement le 30 janvier 2018 pour dénoncer la la prise en charge des personnes âgées en France et « l’insoutenable mépris de l’État » face à un dispositif proche de la rupture, aussi bien dans les Ehpad privés que publics.

Une unité rare, qui en dit long sur la crise traversée, attisée par le positionnement du gouvernement :
« dans certaines structures, notamment publiques, on sent que la capacité managériale n’est pas au rendez-vous. Nos leviers d’action pourraient peut-être être différents et ne pas passer uniquement par des budgétisations supplémentaires », disait la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 15 décembre dernier. Une déclaration jugée « blessante » par les directeurs, alors que les professionnels du secteur ne sont toujours pas reçus par l’Élysée.

Pour comprendre les enjeux de cette lutte, et savoir ce qui se passe réellement dans les maisons de retraite aujourd’hui, nous vous proposons de réécouter les deux volets du reportage de Sophie Simonot avec les grévistes des Opalines, cet Ehpad du Jura où la lutte a servi de déclencheur au mouvement d’aujourd’hui :

Écouter l'émission

  • 01. Irrégularités financières

    - MP3 - 8.7 Mo

  • 02. « On ne les couche pas, on les jette »

    - MP3 - 17 Mo

  • 03. Petit déjeuner avec les RG

    - MP3 - 12.3 Mo

  • 04. "Toute la journée, je m’emmerde"

    - MP3 - 12.8 Mo

  • 05. "Préserver notre culture commune"

    - MP3 - 6.3 Mo

[REPORTAGE] Maltraitance ordinaire dans une usine à vieux (2) [26 juillet 2017]

« On n’a pas le temps, c’est une cuiller pour trois en même temps, on les gave, on les regarde même pas… on n’a pas le temps, en principe c’est une douche par semaine, mais ils les ont jamais, j’ai déjà vu des gens pas douchés pendant plus d’un mois… » Manque de temps, manque de moyens, manque de personnel.

Voila pourquoi elles sont en grève, une dizaine d’employées des Opalines, un Ehpad à Foucherans, dans le Jura. À peine quelques échos jusque-là dans les médias.

Un cas de maltraitance ? Non, c’est comme ça en général en France au pays de la Silver économie, une « filière industrielle » lancée en France en 2013 par Ayrault et Montebourg, et qui représente 92 milliards d’euros. La France compte 600 000 personnes âgées dépendantes, un marché juteux, un placement sûr. Investissez dans l’or gris ! Sans doute le résultat le plus inhumain et le plus révoltant de l’idéologie néo-libérale et qui doit nous mobiliser.

Depuis plus de cent jours, elles sont une dizaine à résister. Finalement elles viennent de gagner au bout d’une grève de 117 jours ! Elles ont gagné une prime exceptionnelle de 450 euros, trois semaines de congés payés supplémentaires cette année, la création de deux postes supplémentaires et la création d’un observatoire du bien-être du personnel. Une lutte qui aussi a permis d’attirer l’attention sur les conditions indignes des personnes âgées en France.

Second volet du reportage à Foucherans de Sophie Simonot.


Nous avons été émus par vos témoignages suite à la diffusion de la première partie du reportage de Sophie Simonot : « Maltraitance ordinaire dans une usine à vieux (1/2) ». En voici quelques-uns parmi ceux que vous nous avez envoyés… Continuez à nous écrire !

« Pour avoir travaillé dans un EHPAD en tant que remplaçant aide-soignant pendant plusieurs étés, la situation décrite est effectivement celle-là dans de nombreux établissements en France. Alors, s’il est évident que les conditions de travail y sont moins difficiles qu’à l’usine, il ne faut pas oublier que ce travail touche directement l’humain. Il vise à s’occuper de personnes, dans leur intégrité, avec leur histoire et leur sensibilité, qu’il faut donc respecter. On ne parle pas de ramasser des tomates ou de fabriquer un piston. Et pour ce travail humain il faut du temps, et donc placer des ressources humaines adaptées. Sinon, la souffrance des soignants, et une certaine forme de maltraitance, peut vite s’installer. Mais ça, certaines directions d’EHPAD n’en n’ont que faire… »


« Bonjour,

J’ai fait des stages et travaillé en maison de retraite. J’ai vite compris que je ne pouvais rester car entre ce qui est dit en formation et la réalité, c’est un gouffre sans fond. En effet, la maltraitance au quotidien est dans tous les domaines de la journée. La direction et la finance en sont responsables, pas les personnes qui font de leur mieux jusqu’à épuisement dans ce travail. Les personnes âgées sont des « tiroirs-caisses » comme d’autres catégories. Les réactions de certaines familles sur le personnel sont aussi de la maltraitance, elles se trompent de cible… c’est les dirigeants qu’il faut viser. Merci. »


« Lorsque le personnel manifeste ou se met en grève, on ne voit jamais le reste de la population manifester à leurs côtés ; lorsque le personnel soignant s’affiche gréviste sur sa tenue au travail car réquisitionné, très peu de patients demandent pourquoi ou montrent qu’ils se sentent concernés. Peut-être pensent-ils que nous défendons notre petit confort personnel… Il faut bien comprendre que l’on ne fait pas ces métiers par hasard, et surtout pas pour l’argent.

Au départ, il s’agit pour nombre d’entre nous de faire un métier qui ait du sens et d’être utile à la collectivité. Et l’on se retrouve actuellement à exercer contre ces valeurs, on est amené à faire de la maltraitance sur des être humains ; jamais, en nous formant, nous n’aurions imaginé en être réduits à cela ; et lorsque l’on est amené à nier ses propres valeurs morales, on est marqué psychologiquement… jusqu’à commettre l’irréparable, mais qui nous semble le seul acte qui puisse nous libérer.

Et ce qui nous tue encore plus est le fait que PERSONNE dans la population ne semble se sentir concerné ; la santé et la bien-traitance est l’affaire de tous ! Nous sommes tous de futurs malades ou de futurs vieux dépendants (l’expression « personne âgée » m’énerve, elle ne sert qu’à cacher le fait qu’on abandonne nos vieux). »


« On peut clairement parler de maltraitance institutionnalisée dans les EHPAD, particulièrement celles qui reçoivent les personnes qui n’ont pas 4 000 ou 5 000€ mensuels à y consacrer.

Le courrier (repris par le Huffington Post), d’une aide-soignante bordelaise qui a préféré démissionner que continuer à collaborer :

"Aujourd’hui, je quitte mon poste d’aide-soignante en EHPAD, le cœur lourd. Lourd de pas avoir pu être entendue par ma hiérarchie. Lourd pour les personnes âgées dont je me suis occupée et qui vont souffrir de mon départ à la veille de l’été. Je m’en veux de les abandonner mais je n’en peux plus. Je mange des cachets de Xanax comme on mange des bonbons. Mon sentiment de mal-être, malgré des pleurs et des cris dans le bureau de ma cadre, n’a jamais été entendu. J’ai l’impression d’être une fleur qu’on met dans un coin et que l’on oublie. Mais je ne suis pas une fleur. Je suis un être vivant, comme la fleur, qui pense et qui a des sentiments. Oui, il est fini ce temps où l’on demandait aux aide-soignantes de faire sans réfléchir. On a un diplôme d’État et même une conscience professionnelle.

Aujourd’hui, pour mon dernier jour, j’ai pleuré. Pleuré à cause de ces personnes qui seront maltraitées à cause des règles des institutions. Non, ce n’est pas normal de faire manger 15 personnes en moins de 45 minutes quand on est quatre. Non, ce n’est pas normal de n’accorder que 7 minutes à une dame pour la lever, l’habiller, l’installer en sécurité, lui servir un pichet d’eau fraîche. Même si elle a Alzheimer et qu’elle aura oublié aussi vite que je serais passée. Ce n’est pas normal, car moi je n’oublie pas. Je ne veux pas que l’on accorde aussi peu de temps à mes parents le jour où ils seront malades ou juste vieux.

J’ai le cœur lourd, car je l’ai crié, mon mal-être, et on m’a juste répondu : « mais tu as fait le meilleur de ce que tu as pu ce matin ». Mais non ! Je n’ai pas fait le meilleur de ce que j’ai pu, sinon je ne pleurerais pas autant, je ne me rendrais pas amnésique à coup d’anxiolytiques pour oublier ce sentiment d’être maltraitante. Je m’en vais avec ma conscience professionnelle mais je culpabilise.

À mes chers résidents dont je me suis occupée, je vous prie d’accepter mes excuses.

Je suis désolée de ne pas m’être beaucoup plus battue pour vous. Je suis épuisée de me battre contre un monde où ils ont oublié que vous n’êtes pas des fleurs, mais des êtres humains.

Ce n’est pas une excuse, mais je m’en veux de vous abandonner. J’espère que vous garderez en tête toutes nos chansons chantées ensemble, nos danses, nos rires et tous ces moments qui m’ont permis de me lever tous ces matins et de ne pas abandonner plus tôt.

Prenez soin de vous." »

Pour soutenir les Opalines en grève, vous pouvez leur envoyer un chèque (libellé à l’ordre de CGT OPALINES), à l’adresse suivante :

Mme Pelletier
14 rue du Doubs
Appartement 5
39100 Gevry

Programmation musicale :
- Trio Laperche  : Les Vieux
- Les Berthes : Le Mouroir

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • La PAC, les différents traités, l’environnement, le climat et la bio-diversité : nous avons invité une douzaine de partis, seuls 4 à 6 seront présents, le débat n’en sera que plus approfondi et portera sur ces 3 sujets principaux. Rendez-vous donc mardi 21 mai, 20h à Thonon - Espace des Ursules, entrée (...)

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a plus envie d’être otage Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, je ne te mentirai pas, j’ai été sidéré par l’« accueil » réservé aux deux amateurs de safaris enlevés au Bénin et secourus dans la foulée par un commando de nos prestigieuses forces spéciales. Mais pas autant (spéciales) que la réception à laquelle ils ont eu droit de la part des plus hautes autorités de la Nation. Sept personnes, plus trois porteurs de parapluie, sont allés les chercher à leur descente d’avion. Foin de bises, encore moins d’accolades, ils ont dû se contenter d’une courte poignée de main du chef de l’État, 45 secondes de discussion, et hop, demi-tour et retour au pas de charge vers le parking, avec un des otages qui cavalait derrière Macron pour essayer de lui dire un mot, mais n’y arrivait pas. À mon avis, les deux gars, ils sont rentrés de Villacoublay en RER. Bien fait pour eux, assassins !

  • Vite, profitez de l’abonnement spécial « merci Macron » GRAND PROCÈS DE MACRON : LA VIDÉO ! [deuxième partie] Abonnés

    -

    Voir

    Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs…

  • La Confédération générale du travail tient son 52e congrès à Dijon Au congrès de la CGT, cinquante nuances de rouge Abonnés

    -

    Écouter

    Est-ce une CGT affaiblie qui tient son 52e congrès cette semaine à Dijon ? La Confédération générale du travail a essuyé plusieurs revers ces dernières années : échec de la mobilisation contre la loi Travail en 2016, échec de la mobilisation contre les ordonnances Travail en 2017, échec de la mobilisation contre la réforme de la SNCF en 2018. Pire, en novembre dernier, la CGT a hâtivement pris ses distances avec les « gilets jaunes », avant de rétropédaler et de soutenir le mouvement. C’est aussi en plein cœur des « gilets jaunes » qu’ont eu lieu les dernières élections professionnelles, qui ont vu la CGT perdre sa place historique de premier syndicat de France au profit de la CFDT. Le nombre d’adhérents est passé de 695 000 en 2012 à 636 000 en 2017.

  • Lundi 13 mai : ouverture du procès Balkany Balkany : Porte nous avait prévenus Abonnés

    -

    Voir

    Après notre procès Macron, voilà le procès Balkany qui commence. Détournement, corruption, chantages, arnaques : toujours impuni, toujours protégé. Pour les médias, Balkany est un régal depuis des années. Pas de doute pour les patrons de presse, le petit peuple aime les voleurs, écrasé par la loi, il aimerait être ce hors-la-loi. Avec Balkany, plus besoin des « Guignols de l’info », le guignol, c’est lui et ses amis jusqu’au sommet de l’État.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte décortique la « méthode Praud » Abonnés

    -

    Voir

    Il est plus que praud-bable, ami abonné, que tu ignores tout du dénommé Pascal Praud, jusqu’à son existence, et que tu t’en portes à merveille. Sache néanmoins que ce plus superflu que réellement sulfureux personnage anime un programme quotidien de blablatage inutile et tous azimuts sur CNews, le canal bolloréen de désinformation continue, et que si tu es une femme, écolo donc bobo, de surcroît candidate aux européennes sur une liste très vaguement de gauche et un peu cucul la praline sur les bords (liste Glucksmann !), ça peut valoir le coup de s’y faire inviter.

  • Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Le jour où je suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Lire

    C’est fou tout ce qu’on fait pour les pauvres ! Il y avait les vols low cost, les magasins hard discount et les obsèques à bas prix. Il y a maintenant la santé pour les faibles revenus. Si, comme la majorité des Français, tu n’as pas les moyens de t’offrir un sourire de vedette américaine chez ton dentiste, pas de souci, le marché européen libre et non faussé t’offre l’opportunité d’aller te faire refaire le bridge ou poser un implant dentaire ailleurs. Les sans-dents aussi peuvent profiter de la mondialisation heureuse ! Notre reporter Mathieu Colloghan est allé vérifier ce miracle européen en allant se faire arracher toutes les dents en Hongrie.

  • Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libre

    -

    Écouter

    Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

  • Les Illustres Illustrateurs n°08 Connaissez-vous Laurie Lipton ? Abonnés

    -

    Lire

    Si, comme beaucoup, vous ne faites plus que des cauchemars sans surprise, qui ne vous réveillent plus en hurlant, le dos glacé de peur, les dessins de Laurie Lipton vont repeupler vos nuits et vos jours. Je dis « repeupler » pour vous ménager, mais le vrai mot est « hanter ». Au bureau, en famille, en vacances, rien ne sera tout à fait comme avant, car Laurie Lipton a trouvé le moyen de fendre cette armure molle de banalité qui nous sert aujourd’hui d’uniforme.

    Il y a vingt ans, Cornelius Castoriadis parlait d’une « montée de l’insignifiance » pour qualifier l’effet du grand bond en arrière néolibéral. Le temps lui donne raison, mais cette médiocratie ne se limite pas au champ politique et intello-médiatique. La loi du marché et de la com’ a réussi à domestiquer, à aseptiser, à rétrécir la moindre recherche, la moindre audace intellectuelle ou artistique, le moindre déraillement. Depuis longtemps – disons au moins depuis Marcel Duchamp avec son lavabo et son Porte-bouteilles –, l’oligarchie a su parfaitement désarmer toutes les provocations et tous les outrages, en retournant les signes les plus subversifs à son avantage, en montrant par sa largesse la largeur de son esprit.

  • La Pitié-Salpêtrière, attaquée par des hordes sauvages ? Pitié-Salpêtrière : itinéraire d’une fausse information Abonnés

    -

    Voir

    Il a suffi que le ministre de l’Intérieur affirme mercredi soir qu’« on avait attaqué un hôpital » lors de la manifestation du 1er mai pour que nos chiens de garde habituels lui emboîtent le pas, sans distance. Est-ce parce que ça colle avec leur vision du monde ? On ne saurait le dire sans croiser nos sources ! Voici comment un bobard d’État a été démasqué par des citoyens modestes et géniaux. Itinéraire d’une fausse information.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable (avec ou sans Didier Porte) ! Une semaine dans la vie d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte est en vacances… encore ! Heureusement, Jonathan Duong, fidèle au poste, s’est demandé si Emmanuel Macron ne s’était pas sarkozysé. Finie la posture mitterrandienne, le président jupitérien à la parole rare, désormais le président est partout, tout le temps, sur toutes les chaînes de télé, dans toutes les conversations, il occupe l’espace. La preuve avec cette semaine passée en compagnie d’Emmanuel Macron.

  • Pour en finir avec Notre-Dame ! Abonnés

    -

    Voir

    Du bois, de la pierre, du métal détruits, et trois blessés légers. C’est finalement le bilan – heureusement faible – de l’incendie qui a détruit Notre-Dame de Paris. Pourtant, l’événement a suscité une émotion considérable, mondiale, de Donald J. Trump au pape, en passant par Arielle Dombasle et l’inévitable Stéphane Bern. « C’est un peu notre 11 septembre d’une certaine manière. On se souviendra tous où on était quand on a vu les premières images de Notre-Dame », s’est même émue Nathalie Loiseau, candidate aux élections européennes pour La République en marche [1]. Gérard Mordillat revient sur cet emballement médiatique et émotionnel.

  • Mai 1886 : massacre à Chicago Le 1er Mai a une histoire Accès libre

    -

    Voir

    Cette histoire commence le 4 mai 1886 à Chicago. Sur Haymarket Square, lors d’une manif dans la longue lutte pour la journée de huit heures, une bombe explose, des policiers sont tués, huit hommes sont arrêtés et accusés de meurtre. Le procureur Julius Grinnel est très clair : « ces hommes sont choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient… Messieurs du jury, condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. »

  • Mort de Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français Julien Lauprêtre : rendre la société moins injuste Accès libre

    -

    Écouter

    « Il faut que tu fasses quelque chose d’utile et que tu rendes la société moins injuste. » Toute sa vie, Julien Lauprêtre a répété ce que Manouchian lui avait dit quelques instants avant d’être fusillé avec les 23 de l’Affiche rouge, le 21 février 1944. « Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant ». Militant communiste puis président du Secours populaire français durant 61 ans (!), Julien Lauprêtre a consacré sa vie à rendre la société moins injuste. Un beau parcours, qu’il nous racontait dans cette émission du 26 février 2014, que nous vous proposons en hommage.

Une sélection :

Quand le plus haut sommet de l’Etat ment et diffuse des fake news pour disculper Benalla. Une enquête de Taha Bouhafs et Gaylord Van Wymeersch Affaire Benalla : petits montages et gros mensonges AbonnésLire

Le

Là-bas si j’y suis révèle aujourd’hui des vidéos exclusives qui font la lumière sur les étranges méthodes d’Ismaël Emelien, ex-conseiller du Président de la République et chargé de la cellule de riposte de l’Élysée au moment de l’affaire Benalla. Alors que le clan au pouvoir ne cesse d’accuser les « populistes » de toutes les turpitudes, on va voir que ces vaillants procureurs sont largement en tête dans la fabrication des fake news

Tout le monde a en tête la scène de cet homme déguisé en policier frappant un jeune homme place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai 2018. C’est cette fameuse séquence filmée à l’époque par notre journaliste Taha Bouhafs, qui permet deux mois et demi plus tard au journal Le Monde d’identifier le proche collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.