À Chicago, le premier premier Mai, la victoire des huit heures, la fête des travailleurs, en histoire, en images, en radio

Le Premier Mai, c’est pas la fête du Travail

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Monsieur Jeannot, « triangle rouge »

« Mon cauchemar, disait Monsieur Jeannot, c’est de regarder la manif depuis le balcon, et de plus être dans la rue avec les camarades. Tu comprends ça ? » Monsieur Jeannot finissait son existence à l’hôpital de Montfermeil. « Tu comprends ? » C’était notre voisin, celui qui nous avait installé le chauffe-eau. Il bossait en usine à Bobigny, tourneur-fraiseur. Là, il bossait plus. On voyait son vélo qui rouillait contre le mur de son jardin depuis qu’il était à l’hosto. Il avait chopé le crabe, Monsieur Jeannot. Rien à faire, plus un tif sur le caillou, plus que la peau et les os. Ma grande sœur lui disait : « ça reviendra, Monsieur Jeannot ». On lui apportait des bouchées au chocolat qu’il ne mangeait pas et on repartait. « Eh, avant, allume-moi une gauloise, les bonnes sœurs m’emmerdent ici ! »

Malgré toutes ces années, je pense à lui aujourd’hui en ce Premier Mai. Il avait été « triangle rouge », Monsieur Jeannot. Déporté communiste. Les tsiganes, c’était un triangle marron ; bleu, c’était les Témoins de Jéhovah, rose, c’était les homosexuels et ainsi de suite. Il y avait même jaune et rouge superposés pour les Juifs communistes. Il en faisait pas un plat de sa déportation, mais dans son petit salon, sur le buffet ciré avec les beaux verres en cristal taillé que Madame Jeannot sortait le dimanche quand ils nous invitaient pour l’apéro, il y avait un bout de tissu rouge en forme de triangle avec un « F » dessus, cousu sur un carré de toile grise, tout ça dans un cadre bien propre, à côté d’une Sainte Vierge en plâtre car Madame Jeannot, elle, c’était l’Église. Catho et coco, c’était pas rare à l’époque dans notre banlieue rouge, un Lénine et un crucifix, on était les mêmes gens.

Il ne jouait pas au héros avec sa déportation, mais il en faisait quand même une histoire. Et chaque Premier Mai, à l’apéro, avec les biscuits Gondolo, ça embrayait pareil : « le Premier Mai, c’est pas la fête du Travail ! », lançait Monsieur Jeannot. Et nous – Maman, surtout, disait : « ah bon, comment ça, Monsieur Jeannot ? Moi qui croyais que… » Et là, il nous débitait toute l’histoire. « Non, c’est pas la fête du Travail. Ça, c’est un truc sous Pétain en 1941. La fête du Travail et de la Concorde sociale, ils avaient appelé ça comme ça, ces fumiers. Bien sûr, pour eux, ce qui compte, c’est le travail, c’est pas les travailleurs. Et la concorde sociale ? Pas du tout ! Nous, c’est la lutte sociale ! La lutte contre les gros, Marguerite. » Marguerite, c’était Maman. « Eh, oui, c’est bien vrai, Monsieur Jeannot. » Avec mon frangin, on se demandait qui c’était, « les gros ». Ma grande sœur expliquait : « c’est les gros bourgeois ». On n’en connaissait pas, mais on les haïssait déjà, ces salauds.

« Et le triangle rouge, vous savez ce que c’est ? continuait Monsieur Jeannot. Le triangle rouge, c’est la lutte pour la journée de huit heures. Il y a trois pointes : une pointe, c’est huit heures de travail, une pointe, c’est huit heures de sommeil, une autre pointe, c’est huit heures pour vivre. C’est ça, le Premier Mai. Et, vous le croirez ou non, c’est les Ricains qui ont inventé ça. Oui, les Américains, à Chicago, en 1886, y’a eu des morts et des camarades qui ont été pendus, pour ça, pour la journée de huit heures. » Deux mots comme « camarades » et « Américains » aussi rapprochés, ça faisait drôle à l’époque.

« Et l’églantine, disait Madame Jeannot, c’était quand ? » Madame Jeannot connaissait la réponse. « L’églantine, c’était à Fourmies dans le nord, disait Monsieur Jeannot, une grande manifestation, la police tire dans le tas, dix morts, dont une jeune femme qui portait un petit bouquet d’églantines. » Petit silence. « Tombant sous la feuille en gouttes de sang », ajoutait Madame Jeannot en remettant un coup de Cinzano. Et après, il y avait le muguet. Encore une saloperie des gros. Du blanc pour faire oublier le rouge de l’églantine. C’est pour ça que Madame Jeannot nous offrait des brins de muguet mais avec un petit ruban rouge qu’elle avait acheté au marché, aux gars qui vendaient L’Huma. Et puis après voilà. Elle nous montrait le cadre, avec le triangle rouge, avec un « F ». Il y avait une lettre par pays. « P », c’était les Polaks, « I », c’était les Ritals, « F », c’était nous, la France. « Oui, c’est ça aussi quand même la France, disait Maman, et moi faut que j’aille voir mon gigot. » Et ça trinquait encore un petit coup. Et la déportation alors c’était comment ? Le récit de la déportation, c’était pas n’importe quand. « Pas à tout bout de champ, disait monsieur Jeannot, en levant le poing, mais c’est pour dire – au cas où nous n’aurions pas compris – que le Premier Mai, c’est pas la fête du Travail, c’est la fête des travailleurs. »

Monsieur Jeannot n’est jamais remonté sur son vélo. J’espère que son triangle rouge avec un « F » a été conservé quelque part respectueusement et n’a pas fini comme chiffon pour astiquer les chaussures d’un « gros ».

Surtout je me souviens de ce tout petit instant ou l’on retraversait la rue vers notre gigot avec un petit coup dans le nez et une fierté immense qui nous gonflait le cœur.

Daniel Mermet


(version colorisée d’une gravure parue en 1886 dans l’hebdomadaire Harper’s Weekly)

Le Premier Mai a une histoire. Cette histoire commence le 4 mai 1886 à Chicago. Sur Haymarket Square, lors d’une manif dans la longue lutte pour la journée de huit heures, une bombe explose, des policiers sont tués, huit hommes sont arrêtés et accusés de meurtre.

Le procureur Julius Grinnel est très clair : « ces hommes sont choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient… Messieurs du jury, condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société. »

C’est donc avant tout le procès du mouvement ouvrier. Tous sont condamnés, quatre sont pendus en public, un autre se suicide en prison à la dynamite. L’événement aura un grand retentissement à travers le monde. Après des décennies de révoltes ouvrières, la journée de travail de huit heures en France sera votée en avril 1919, sans diminution de salaire.

[VIDÉO] Howard Zinn, une histoire populaire américaine, extrait du film de Daniel Mermet et Olivier Azam (2015)

L'HISTOIRE DU 1ER MAI - Extrait du film Howard Zinn, une histoire populaire américaine
par lesmutins.org

[REPORTAGE RADIO] 4 mai 1886, massacre à Chicago

journalistes : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Jérôme Chelius et Franck Haderer
montage : Jonathan Duong

Une émission diffusée la première fois le 30 avril 2014 sur France Inter.

Programmation musicale :
- May Day Orchestra : This Land is not Free
- Utah Phillips : Joe Hill
- Émile Combes : La Marche du Premier Mai

[VIDÉO] Studs Terkel : « il y a 110 ans, ici même, l’histoire a été écrite »

En mai 1996, 110 ans après le massacre de Haymarket Square, le journaliste Studs Terkel rendait hommage à la lutte des travailleurs pour la journée de huit heures. Une églantine au poing, il concluait : « let’s keep battling », continuons le combat !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils ont inventé le chômage Le chômage tue 100 fois plus que le terrorisme AbonnésVoir

Le

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en 2015, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.
Voici une farce lucide et grinçante contre les inventeurs et les profiteurs du chômage jouée par des chômeurs, les Z’EN TROP.

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.