PREMIER MAI AU BALCON, À CHICAGO, EN HISTOIRE, EN IMAGES, EN RADIO

Le Premier Mai, c’est pas la fête du Travail Abonnés

1

Le

Monsieur Jeannot, « triangle rouge »

« Mon cauchemar, disait Monsieur Jeannot, c’est de regarder la manif depuis le balcon, et de plus être dans la rue avec les camarades. Tu comprends ça ? » Monsieur Jeannot finissait son existence à l’hôpital de Montfermeil. « Tu comprends ? » C’était notre voisin, celui qui nous avait installé le chauffe-eau. Il bossait en usine à Bobigny, tourneur-fraiseur. Là, il bossait plus. On voyait son vélo qui rouillait contre le mur de son jardin depuis qu’il était à l’hosto. Il avait chopé le crabe, Monsieur Jeannot. Rien à faire, plus un tif sur le caillou, plus que la peau et les os. Ma grande sœur lui disait : « ça reviendra, Monsieur Jeannot ». On lui apportait des bouchées au chocolat qu’il ne mangeait pas et on repartait. « Eh, avant, allume-moi une gauloise, les bonnes sœurs m’emmerdent ici ! »

Malgré toutes ces années, je pense à lui aujourd’hui, à cause du balcon bien sûr, notre misère d’aujourd’hui, sauf que nous, en plus, rien à voir dans la rue, pas le moindre camarade pour ce Premier Mai. On n’est pas près de les revoir, les « gilets jaunes », et les drapeaux rouges, et les drapeaux noirs. Et je pense à lui aussi parce qu’il avait été « triangle rouge », Monsieur Jeannot. Déporté communiste. Il en faisait pas un plat de sa déportation, mais dans son petit salon, sur le buffet ciré avec les beaux verres en cristal taillé que Madame Jeannot sortait le dimanche quand ils nous invitaient pour l’apéro, il y avait un vieux bout de tissu rouge en forme de triangle avec un « F » dessus, cousu sur un carré de tissu gris, tout ça dans un cadre bien propre, à côté d’une Sainte Vierge en plâtre car Madame Jeannot, elle, c’était l’Église. Catho et coco, c’était pas rare à l’époque dans notre banlieue rouge, on était les mêmes gens.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

MACRON, APRÈS LA COVID, LE VIDE Déboulonner des statues ou les repeindre en rouge ? Accès libreÉcouter

Le

Déboulonner, c’est bien, mais après, c’est fini, on n’en parle plus. Tandis que repeindre en rouge, couper une oreille ou une main d’une statue, ça vous interpelle, ça appelle une explication… Vous vous dites, quelle horreur, couper une oreille ou une main d’une statue, mais c’est atroce ! Sans doute, mais un peu moins tout de même que le châtiment des oreilles coupées pratiqué par les maîtres sur leurs esclaves, comme l’exigeait le Code noir, rédigé par le ministre Jean-Baptiste Colbert en 1665, et dont la statue trône toujours aujourd’hui devant l’Assemblée nationale à Paris.

AUTONOMES. Un documentaire de François BÉGAUDEAU François Bégaudeau : « Tu te fais des drôles d’amis quand tu t’attaques à la bourgeoisie » AbonnésVoir

Le

Sortir du système, vivre une autre vie, en rupture, en marge, autrement, être indépendant, être autonome. Des vieux mots, des vieux rêves. Mais qui se vivent parfois, qui se risquent, qui marchent ou qui se plantent , mais qui ont en commun le même vieux désir de tordre les barreaux de la cage et d’aller voir là-bas si j’y suis.

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.