Rencontre Régis DEBRAY, Philippe MARTINEZ à la Fête de l’Huma

Le poing tendu, les bras ouverts !

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Quelle différence entre un intellectuel et un ouvrier ? À la Fête de l’Huma, rencontre Régis DEBRAY, Philippe MARTINEZ.


Quelle différence entre un intellectuel et un ouvrier ?

L’ouvrier se lave les mains avant de pisser, l’intellectuel se les lave après. C’est Jacques Prévert qui fait cette différence. Elle avait son utilité au temps où les ouvriers étaient autre chose que des chômeurs et où les intellectuels étaient autre chose que des BHL. Au temps où l’on parlait des « travailleurs manuels et des travailleurs intellectuels » et où le Parti recommandait à ces derniers d’avoir « un pas en avant sur les masses, mais pas deux ».

La défiance est ancienne et non sans fondement. La bourgeoisie culturelle a fait de l’ouvrier un héros soviétique avant d’en faire quelques années plus tard un salaud lepéniste. Tant que les riches eurent besoin des pauvres, la classe populaire avait des armes et des charmes. Avec les délocalisations et le chômage de masse, la force ouvrière perdait sa force et sa grâce. Il faut le reconnaître, c’était malin de la part des « Gros », ainsi qu’on nommait la bourgeoisie au temps du Front Populaire.

Les intellectuels furent à l’avant-garde pour quitter un navire qui ne leur rapportait plus rien, ni place, ni médaille. Ils revinrent au giron natal. Et on vit tout ce clergé retourner sa soutane du côté néo-libéral, nouvelle philosophie, nouvelle gauche, et ne plus avoir le temps de se démaquiller d’un plateau de télé à l’autre. Rares furent les récalcitrants. Ronchon, grinçant, vieille France, Debray en fut. Un cas assez rare. Non pas qu’il alla à contre-courant, le bonhomme, non, mais il poursuivait son long sentier pas toujours lumineux, alors que les autres, eux tout en paillettes, faisaient les hardis rebelles du 20 heures, les guérilleros de Balladur, les Guy Môquet de Sarkozy, les grands déçus de Hollande, sans oublier leur mémorable soutien à l’Otan dans la « guerre humanitaire » au Kosovo.

Le profond mouvement de luttes de cette année ont redonné des couleur à la lutte des classes. Preuve en est, la grande presse qui a déversé son mépris sur Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Quant aux intellectuels, ils se sont prudemment tenus le plus loin possible de cette agitation. Régis Debray n’est pas prudent. Des geôles de Bolivie au bureau de Mitterrand qu’il confondait avec de Gaulle, c’est un familier des impasses. Il connaît les murs.

Mais voilà qu’avec toutes ces manifs du printemps, le vieux bougon érudit a eu envie d’offrir un coup de rouge, il ne désespère plus de les voir tomber ces murs, ou de les escalader ou de creuser dessous des souterrains assez vastes pour que l’humanité entière puisse se libérer. Philippe Martinez ne doit pas faire des rêves très différents. Rien de nouveau, l’humanité fait ces rêves depuis toujours. L’Humanité aussi — je parle du journal — et comme c’était la Fête (du journal), ils se sont rencontrés, histoire de lui redonner des couleurs ; poing tendu, bras ouverts ! Et LÀ-BAS était là…

Daniel MERMET

Une vidéo réalisée en partenariat avec Les Amis de l’Humanité :

La société des Amis de l’Humanité a été fondée il y a vingt ans. L’historien Michel Vovelle, l’écrivaine Edmonde Charles-Roux l’ont présidée, et le plasticien Ernest Pignon-Ernest assure, aujourd’hui, cette présidence. Leur première manifestation s’est déroulée le 1er mai 1996, à Paris, Maison de la chimie. Elle a confronté, déjà, le syndicalisme qui sortait de la grande grève de 1995, représenté par les cinq fédérations de cheminots, dont le leader du mouvement, Bernard Thibault, et des philosophes, cinéastes, écrivains, notamment Régis Debray, Robert Guédiguian, Gérard Mordillat, Jean-Claude Guillebaud.

L’association n’a cessé, depuis vingt ans, de cultiver cette relation du mouvement ouvrier et du mouvement intellectuel, dans le sillage du Front populaire dont on a fêté les quatre-vingt ans cette année. Avec le même objectif, ils ont initié, organisé, animé, le dialogue inédit du 9 septembre 2016, après le mouvement du printemps précédent, entre le philosophe Régis Debray et le syndicaliste, secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, qui n’excluent pas des « suites ». www.amis-humanite.com

Merci à Charles SILVESTRE, Philippe MARTINEZ et Régis DEBRAY.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

image : Jonathan DUONG et Jeanne LORRAIN
son : Franck HADERER et Sylvain RICHARD
montage : Pascale ALIBERT

(Vous pouvez podcaster cette vidéo en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Télécharger la vidéo au format .mp3 :

Rencontre Régis DEBRAY, Philippe MARTINEZ : le poing tendu, les bras ouverts !

Écouter la vidéo au format audio :

Rencontre Régis DEBRAY, Philippe MARTINEZ : le poing tendu, les bras ouverts !

Voir aussi

- Le site de la société des Amis de l’Humanité : amis-humanite.fr

- L’origine de cette rencontre, racontée par Charles SILVESTRE, vice-président des Amis de l’Humanité, à L’Humanite.fr : www.humanite.fr/videos/debat-debray-martinez-renouer-lalliance-entre-le-mouvement-social-et-les-intellectuels-615413

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?