11 novembre, à la mémoire des mutins de 1917

Le caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[REPORTAGE] Le caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple [26 novembre 1997]

Joseph Dauphin (1882-1917)

Je me souviens encore des petites patates de Mathilde et du gros rouge de Célestin. C’était le 11 novembre, il y a juste vingt ans, à Tauves, en Auvergne, après la cérémonie au monument aux morts où il ne voyait qu’un nom, celui de leur oncle, Joseph Dauphin, fusillé de la grande guerre et jamais réhabilité. C’était leur douleur et leur lutte éperdue, la réhabilitation du caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple le 12 juin 1917, suite aux mutineries. Ils avaient 80 ans à l’époque, il y a vingt ans, mais jamais Joseph Dauphin n’a été réhabilité à ce jour. Cette émission est à votre mémoire, Mathilde, Célestin, Joseph et à tous ceux qui mirent la crosse en l’air, nos héros à nous.

D.M.

Un reportage de Daniel Mermet, préparé avec l’aide de Raïssa Blankoff, diffusé pour la première fois le 26 novembre 1997 sur France Inter

Programmation musicale :
- Denis Tuveri et Marc Perrone à l’accordéon : La chanson de Craonne
- Hanna Schygulla : Der treue Husar


Joseph et François

Joseph Dauphin était un vaillant soldat. Né en 1882 dans une famille de dix enfants, il avait été incorporé dans les chasseurs alpins, il avait alors 32 ans, une femme et un enfant qu’il chérissait. Pour sa conduite exemplaire au combat, il avait eu la croix de guerre avec palmes, devenant même caporal. Au printemps 1917, le voici au Chemin des Dames. Le général Nivelle et l’état-major laissèrent 200 000 hommes se faire massacrer côté français, sans doute l’hécatombe la plus imbécile et la plus cynique de cette guerre. Survivants, Joseph et son copain François boivent un coup de cette affreuse gnôle qui ne manquait jamais, contre les poux, contre la peur, un coup, puis deux, puis trois, puis ils chantent, « j’ai deux grands bœufs dans mon étable… » On dit aussi qu’ils lèvent le poing, qu’ils crient « à bas la guerre, à bas Poincaré, vive la Russie, vive la Révolution ! » Depuis février, l’effervescence qui a éclaté à Petrograd gagne les esprits et les cœurs, mais Joseph et François ont-ils tenu des propos séditieux ? Ont-ils chanté l’Internationale ?

« S’ils s’obstinent ces cannibales
À faire de nous des héros
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux »

Quand il se réveille de cette cuite, Joseph s’attend à être puni, mais il ne devine pas que c’est le conseil de guerre qui l’attend et qui le condamne à être fusillé « pour l’exemple ».

C’est en juin, il fait beau, le 12 juin 1917, à la ferme de Fété près de Ventelay dans l’Aisne. Dans le peloton d’exécution, il y a François, son ami, François Brugière, du même village que lui, Tauves. François refuse de tourner son fusil contre son camarade, il sera condamné au bagne où il meurt d’épuisement quelques mois plus tard, le 12 février 1918.

Le pire, c’est lorsque les autres voient ces fusillés comme des lâches, des « morts en lâche », qui ont déserté face à l’ennemi, des couards sans honneur. Une honte qui s’étend à leurs proches et à leur famille.

Aucun des fusillés de 1917 n’a jusque là été réhabilité. Au total, sur les 600 exécutions estimées au cours de la guerre, seule une quarantaine ont été réhabilités. Une idée pour le centenaire, l’an prochain ?

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Bruno Carpentier
préparation : Raïssa Blankoff

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café repaire de Liffré portera sur le thème des Ehpads. Témoignage des personnels, différences entre l’associatif, le public et le privé, et alternatives en France ou à l’International ! Nous vous attendons mercredi 22 octobre dès 18h30 à l’Entre-Temps, 12 avenue François Mitterrand, 35340 (...)

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.

La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais » Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

La messe est dite pour les salariés de General Electric ! Retour sur notre enquête ALSTOM, MACRON, HISTOIRE D’UNE TRAHISON Accès libreVoir

Le

L’histoire de la vente de la branche énergie d’Alstom à son concurrent américain Général Electric est digne d’un film de James Bond ! Un polar dans lequel on retrouve mêlés le FBI, la justice américaine, des patrons de grands groupes, des histoires de pots de vin et de corruption... et Emmanuel Macron !