11 novembre, à la mémoire des mutins de 1917

Le caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[REPORTAGE] Le caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple [26 novembre 1997]
Joseph Dauphin (1882-1917)

Je me souviens encore des petites patates de Mathilde et du gros rouge de Célestin. C’était le 11 novembre, il y a juste vingt ans, à Tauves, en Auvergne, après la cérémonie au monument aux morts où il ne voyait qu’un nom, celui de leur oncle, Joseph Dauphin, fusillé de la grande guerre et jamais réhabilité. C’était leur douleur et leur lutte éperdue, la réhabilitation du caporal Dauphin, fusillé pour l’exemple le 12 juin 1917, suite aux mutineries. Ils avaient 80 ans à l’époque, il y a vingt ans, mais jamais Joseph Dauphin n’a été réhabilité à ce jour. Cette émission est à votre mémoire, Mathilde, Célestin, Joseph et à tous ceux qui mirent la crosse en l’air, nos héros à nous.

D.M.

Un reportage de Daniel Mermet, préparé avec l’aide de Raïssa Blankoff, diffusé pour la première fois le 26 novembre 1997 sur France Inter

Programmation musicale :
- Denis Tuveri et Marc Perrone à l’accordéon : La chanson de Craonne
- Hanna Schygulla : Der treue Husar


Joseph et François

Joseph Dauphin était un vaillant soldat. Né en 1882 dans une famille de dix enfants, il avait été incorporé dans les chasseurs alpins, il avait alors 32 ans, une femme et un enfant qu’il chérissait. Pour sa conduite exemplaire au combat, il avait eu la croix de guerre avec palmes, devenant même caporal. Au printemps 1917, le voici au Chemin des Dames. Le général Nivelle et l’état-major laissèrent 200 000 hommes se faire massacrer côté français, sans doute l’hécatombe la plus imbécile et la plus cynique de cette guerre. Survivants, Joseph et son copain François boivent un coup de cette affreuse gnôle qui ne manquait jamais, contre les poux, contre la peur, un coup, puis deux, puis trois, puis ils chantent, « j’ai deux grands bœufs dans mon étable… » On dit aussi qu’ils lèvent le poing, qu’ils crient « à bas la guerre, à bas Poincaré, vive la Russie, vive la Révolution ! » Depuis février, l’effervescence qui a éclaté à Petrograd gagne les esprits et les cœurs, mais Joseph et François ont-ils tenu des propos séditieux ? Ont-ils chanté l’Internationale ?

« S’ils s’obstinent ces cannibales
À faire de nous des héros
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux »

Quand il se réveille de cette cuite, Joseph s’attend à être puni, mais il ne devine pas que c’est le conseil de guerre qui l’attend et qui le condamne à être fusillé « pour l’exemple ».

C’est en juin, il fait beau, le 12 juin 1917, à la ferme de Fété près de Ventelay dans l’Aisne. Dans le peloton d’exécution, il y a François, son ami, François Brugière, du même village que lui, Tauves. François refuse de tourner son fusil contre son camarade, il sera condamné au bagne où il meurt d’épuisement quelques mois plus tard, le 12 février 1918.

Le pire, c’est lorsque les autres voient ces fusillés comme des lâches, des « morts en lâche », qui ont déserté face à l’ennemi, des couards sans honneur. Une honte qui s’étend à leurs proches et à leur famille.

Aucun des fusillés de 1917 n’a jusque là été réhabilité. Au total, sur les 600 exécutions estimées au cours de la guerre, seule une quarantaine ont été réhabilités. Une idée pour le centenaire, l’an prochain ?

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous lundi 19 février à partir de 19h au café Repaire de Saint-Lo, avec le chanteur Jacques Bertin. Chanteur à texte, poète et journaliste, il est sans compromissions. Ses chansons sont partagées entre une inspiration politique et une autre éminemment poétique. Il a obtenu deux fois le Grand (...)

    Saint-Lô

  • Pour ce rendez-vous au Café Repaire de Nice, nous passerons en revue le crédit d’impôt et l’emploi : crédit d’impôts recherche, zones franches, exonérations de taxe... Bref, les facilités comptables et niches en tous genre. Les gouvernements successifs depuis les années 80 ont taillé un environnement (...)

    Nice
    6 avenue Félix Faure

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Gardarèm lo Larzac ! Un reportage de Daniel Mermet (1995) ZAD ET LARZAC, MÊME COMBAT ? Écouter

Le

Un symbole phallique ? Une marque ésotérique ? Un signe cabalistique ? Non, un entonnoir. Sur l’une des pierres de la Blaquière, cette fameuse bergerie construite par des centaines de défenseurs du Larzac dans les années 1970, on peut voir ce signe en forme d’entonnoir. Pourquoi ? Et quel rapport avec la ZAD ? LARZAC et ZAD, même combat ? Pour comprendre le débat, d’abord un retour sur le Larzac en 1995 avec les héros modestes de cette lutte, dont un certain José Bové, encore inconnu du grand public à cette époque…

Mort de Charles Jenkins. Reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil au Japon (2010) Histoire incroyable du déserteur américain qui a survécu 40 ans en Corée du Nord Écouter

Le

Une nuit de l’hiver 1965, le sergent Jenkins boit une dizaine de bières et passe en Corée du Nord. Il préfère déserter plutôt que d’aller se faire tuer au Viêt Nam. Il va être retenu une quarantaine d’années dans ce petit paradis communiste, prof d’anglais, espion, acteur dans les films de propagande avant d’être libéré et de finir comme une attraction touristique dans une petite île japonaise. C’est là qu’il nous raconte son incroyable histoire en mai 2010.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?