Le rentier a tué le routier. Un grand reportage radio de Sophie Simonot

Le blues du routier (1/2) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Le blues du routier (1/2)

(photo : Sophie Simonot)

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand, toi ? Routier, on disait. Routier. Routier c’était comme pompier, pilote de guerre, ou scaphandrier. Le routier, c’était un héros, c’était la légende. C’était la chanson d’Yves Montand [1], c’était Max Meynier, avec ses grosses moustaches. Les routiers sont sympas ! Les routiers c’était la nuit, c’était la route, « on the road again ». Et on disait « beau comme un camion », ça se disait ça. Vous aviez les cabines, avec les pin-up, on regardait ça en biais quand on était gamin. Et puis il y avait la Cibi (Citizen Band), ô la Cibi, les routiers avec leur Cibi avaient constitué un vrai réseau. Ça déplaisait complètement au pouvoir, c’était une vraie confrérie. Et puis les petits restaurants, les routiers. Nappes à carreaux, blanquette de veau : casser la croûte sur la route, c’était l’expression.

Hé bien, tout ça c’est un peu fini. « C’est parti » comme on dit, peut-être pour longtemps, peut-être définitivement. La roue tourne : il y a eu la libéralisation en 1993 [2], souvenez-vous, et puis la désindustrialisation, et puis l’irrésistible déclin, la concurrence européenne, les grandes boîtes qui ont préféré exploiter le routier bulgare ou polonais à moitié-prix du routier français. Et puis bientôt, le camion sans chauffeur, des convois de camions sans chauffeur. La révolution numérique risque même d’inventer le train de marchandises !

Tout ça n’est pas très gai, tout ça est un blues. Le blues d’Antoon, aujourd’hui. S’il ne reste qu’un routier, ce sera celui-là : Antoon, avec qui Sophie Simonot est partie faire un tour en camion.

Écoutez le reportage par chapitres :

Programmation musicale :
- DIO : Holy Driver
- Thorbjorn Risager : Precious Time
- Niobé : Le routier
- Renaud : Le camionneur rêveur

Merci à Antoon Janssens, à sa famille Corinne, Lucille et Justine, à son patron Christian Ferouel de la société Staf et aux exploitants Hubert et Charlotte pour nous avoir permis de passer deux jours dans le camion d’Antoon.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Sophie Simonot
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jérôme Chelius et Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Yves Montand - Le routier (1997)

[2Règlement (CEE) n° 3118/93 du Conseil des communautés européennes, du 25 octobre 1993, fixant les conditions de l’admission de transporteurs non-résidents aux transports nationaux de marchandises par route dans un État membre

Sur notre site

À écouter

  • Le rentier a tué le routier. Second volet de ce reportage « beau comme un camion »

    Le blues du routier (2/2) Abonnés

    Écouter
    Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand, toi ? Routier, on disait. Routier, c’était comme pompier, pilote de guerre, ou scaphandrier. Le routier c’était un héros, c’était la machine, c’était la route, c’était la nuit. Et aujourd’hui ? (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Une pieuvre dans la baignoire ! Reportage de Sophie Simonot (février 1995). PODCAST Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? Accès libreÉcouter

Le

Le tonnerre dans la nuit, le trou d’air dans l’avion, la pieuvre dans la baignoire, C’est fou la peur, c’est flou. C’est parce que c’est flou que ça fait peur, c’est tapi, c’est caché en nous, c’est l’inhumain dans l’homme. Il y en a de belles des peurs...Aujourd’hui la peur, les jetons, les moules, la trouille, les avoir à zéro...

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.