La queue basse, les fanfarons de l’anticommunisme se font discrets

LA CHUTE DE LA CHUTE DU MUR

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« La prochaine fois, on fera mieux », Marx-Engels-Platz, Berlin

Le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin arrive sans tambour ni trompette. La queue basse, les fanfarons de l’anticommunisme se font discrets. Il a fallu le titre du Monde Diplomatique évoquant L’ANNEXION pour qu’ un Cohn-Bendit et quelques insurgés médiatiques s’agitent, mais au fond le coeur n’y est plus, le vent a tourné et les vestes aussi. À cela, plusieurs raisons : un néolibéralisme de plus en plus brutal et discrédité, un désastre climatique lié au productivisme et au consumérisme, une domination de l’extrême droite dans les Länder de l’ex-République démocratique allemande (RDA) tout ça ressemble au crépuscule d’une autre illusion. La leur. Celle d’il y a trente ans, celle de la fin de l’histoire, celle du capitalisme triomphant à jamais, sans autre alternative possible.

C’était la mondialisation heureuse, la gauche libérale s’y vautrait avec entrain. Faire entendre un bémol, une modeste dissidence, et vous voilà repeint en « rouge-brun » à la machine à café par les vrais journalistes de la rédaction. C’est ce qui nous est arrivé pour nos premiers reportages à Berlin, il y trente ans, lors de la chute du mur. Nous n’imaginions pas que nous nous lancions dans un sport de combat pour au moins les trente années suivantes. À l’époque, oser dire « oui, mais maintenant, qui est-ce qui va faire peur aux riches ? » ou encore, voir dans cet effondrement « l’avènement d’un temps sans promesses » faisait de vous l’équivalent de celui qui aujourd’hui aurait des complaisances affichées pour le djihad islamique.

Dans ces premiers reportages, c’était la parole des dissidents qui chagrinait le camp du bien, c’était la parole de ceux qui depuis des années se battaient de l’intérieur pour faire exister une autre voie, qui ne soit ni stalinienne ni capitaliste. C’était un vaste mouvement populaire contre la dictature, mais qui voulait aussi garder et développer les réussites sociales.

Des foules se réunissaient chaque lundi dans les églises, scandant le fameux « wir sind das Volk », d’abord à l’église Saint-Nicolas à Leipzig puis à travers le pays. On réclamait la liberté d’agir et de circuler mais surtout, nous disait Markus, un étudiant, « tout ce qu’on voulait, c’était réaliser les idéaux socialistes qu’on nous avait inculqués depuis l’enfance ».

Et c’est exactement ça qui fut écrasé par la chute du mur, voilà ce qu’il fallait absolument étouffer. C’est pourtant ce profond mouvement de l’intérieur qui a fait basculer l’histoire, et non pas le néolibéralisme triomphant. Encore aujourd’hui, pour beaucoup de ceux de l’Est, la chute du mur fut une révolution volée, et on peut voir dans cette dépossession une des causes du succès actuel de l’extrême droite dans la région.

C’était l’un de nos premiers « grands » reportages. Pour une émission qui devait être cousue de belles histoires, de voyages pittoresque dans le genre « étonnants voyageurs », c’était loupé. C’est surtout l’entretien avec l’écrivain Harald Hauser qui choquait. Cet ami de Bertolt Brecht disait que le communisme renaîtrait de ses cendres, tout comme le christianisme avait survécu à la Sainte Inquisition. Nous l’avions rencontré après une balade à Kreuzberg :

[RADIO] Balade à Kreuzberg [18 janvier 1990]
(un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil à Berlin, diffusé la première fois sur France Inter le 18 janvier 1990)

Soudain, des cris et des sirènes, un début d’incendie plus haut dans la rue. Une petite foule furieuse tentait de pénétrer dans le local de la Stasi pour récupérer des archives compromettantes. La monstruosité du contrôle de tous par tous allait masquer tout le reste. On n’irait pas plus loin dans le bilan des quarante années d’existence de la RDA. Une grande prison, un grand goulag, voilà tout. Tout était prêt pour applaudir la réunification grâce à la générosité de l’Ouest et de l’Europe. La page était tournée. Les millions de tonnes de gravats de la chute du mur allaient écraser toutes les issues et inhiber toutes les voix dissidentes durant des années. Comme toujours, les vainqueurs écrivirent l’histoire.

Mais aujourd’hui, trente ans plus tard, la fête est finie, la brutalité de la réunification a mis à nu la stratégie du camp néolibéral. On ne peut pas tout maquiller tout le temps. Il y a encore dix ans, pour le vingtième anniversaire en direct de Berlin, la direction de Radio France avait eu l’idée très originale d’inviter le philosophe BHL pour mettre en garde l’auditeur face à l’enfer totalitaire communiste, si jamais il le trouvait sur son chemin. Et peu importe que la bête immonde fut morte et enterrée depuis vingt ans, car son ventre est toujours chaud malgré le temps qui passe, comme vous devez le savoir. L’émission animée par Nicolas Demorand, avec Bernard Guetta et leurs invités, reste un moment d’anthologie où l’arrogance des justiciers se déboutonne sans vergogne.

À LIRE : Mathias Reymond, « BHL, Bernard Guetta et Nicolas Demorand sous le mur de Berlin », Acrimed, 16 novembre 2009

À Berlin, dans cette célébration unanime, à nouveau comme vingt ans auparavant, Là-bas faisait tache. Tache rouge naturellement. Voilà qui nous donna la chance de ne pas être invités aux agapes de la direction et de sortir boire avec des étudiantes berlinoises peu intéressées par ces commémorations et qui ignoraient jusqu’à l’existence de BHL. C’était pourtant une grande journée spéciale Radio France à Berlin, dont le président fit rapporter à grands frais un énorme morceau du mur qu’il fit installer triomphalement devant la maison de la Radio. Qui sait ce qu’est devenu cet encombrant trophée qui intriguait nos amis maliens qui passaient la cireuse dans nos couloirs ? C’était vingt ans après l’événement, mais le temps ne compte pas pour les défenseurs de la liberté et du rapprochement entre les peuples.

À quelques rares reporters près, aucun des collaborateurs de Radio France à cette grande journée n’était sorti de Berlin, voire de son hôtel, alors même que ce petit monde était censé faire comprendre les réalités allemandes à quelques millions d’auditeurs, pas forcément tous comblés par les fines analyses des deux Bernard, Guetta et Henri Lévy. À quoi pouvait ressembler la vie de ces « Ossies » (ceux de l’Est) en dehors du film Good Bye, Lenin ! ? Pas la moindre idée. Aussi nous voilà à Templin, ville natale d’Angela Merkel, dans l’ex-RDA. Et voilà quelques dames à peu près du même âge qu’Angela. Aimables et joyeuses, elles nous racontent leurs vies d’aujourd’hui et d’hier. Une fois enjambée la nostalgie, peu à peu elles dessinent ce qui fut leur vie quotidienne dans cette RDA. La tyrannie du pouvoir, l’enfermement, le contrôle permanent de la Stasi, voilà pour l’ombre, l’ombre lourdement portée. Mais ce n’est pas tout. Il y avait l’éducation gratuite, comme la santé, le logement, il y avait le travail garanti, l’absence de propriété, des projets écologiques, la place des femmes, la place des personnes âgées… certainement pas le paradis sur terre mais des expériences qui laissent entrevoir les possibilités d’un monde libéré du capitalisme. Des possibilités dont nous n’avons pas encore idée.

[RADIO] Les dames de Templin [09 novembre 2009]
(un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil, diffusé la première fois sur France Inter le 09 novembre 2009)

À l’heure où nous découvrons ahuris l’ampleur du désastre où nous conduisent le productivisme et le consumérisme, ces expériences vécues méritent d’être mieux connues. Aujourd’hui, le mur est encore dans les têtes et le décalage reste important. Selon une étude récente, près de 60 % des « Ossies » se considèrent comme des citoyens de seconde zone, leur revenu est inférieur de 20 % par rapport à l’Ouest et le taux de chômage est le double [1].

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte prend un cours de syndicalisme policier Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné qui, tel ton serviteur, détestes au plus haut point l’arbitraire et son alliée de toujours, la violence, tu apprécieras sûrement d’apprendre que le journaliste citoyen David Dufresne n’est plus seul à dénoncer avec une légitime indignation la multiplication des bavures policières. Depuis quelques semaines, il a été rejoint dans son juste combat par un certain Emmanuel Macron, qui en connaît un rayon en matière de bavures, puisque c’est lui-même qui, pendant plus d’un an, a demandé à son ministre de l’Intérieur, le très rustique Christophe Castaner, d’autoriser ses forces de l’ordre à se faire franchement plaisir pendant les manifs, en donnant libre cours à leur imagination et leur créativité spontanée dans les domaines de la création d’hématomes, de l’énucléation à distance et de l’arrachage de métacarpe sans anesthésie.

  • Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI !… Accès libre

    -

    Lire

    MERCI POUR CETTE SUPERBE FÊTE MODESTE ET GÉNIALE POUR LES TRENTE ANS DE LÀ-BAS. NOUS VOILÀ REGONFLÉS À BLOC POUR LES CASTAGNES À VENIR, COMME POUR LES BAISERS DANS L’HERBE TENDRE. Des grands moments avec Mathilde LARRÈRE, François RUFFIN, Olivier BESANCENOT, Corinne MASIERO, Jean-Luc MÉLENCHON, Gérard FILOCHE, les MOTIVÉS, les MOLOTOV BROTHERS, Roch HAVET et GUILLAUME et d’autres encore, mais surtout SÉVERINE et son compagnon MANU, « gilet jaune » avec un bandeau noir sur son œil arraché par un tir dans une manif, sur ordre de la bande à Macron.

  • Derrière la fashion week Le monde merveilleux de la mode Abonnés

    -

    Voir

    Chouette, c’ est la fashion week ! Du 20 au 23 janvier c’est la mode femme, venez vite refaire votre look. Ne dites pas que vous n’en rêvez pas. Rien qu’en France, le chiffre d’affaires annuel de la mode c’est plus de 150 milliards d’euros, soit plus que l’aviation et l’automobile réunis. Glamour, rêve et passion, des milliers de jeunes rêvent de faire mannequin. 10 000 chaque année se présentent au concours de l’agence Elite. Très peu réussiront. Et dans quelles conditions ? Il y a les stars, mais les autres sont beaucoup moins bien payés, voire pas payés du tout. Mais malheur à quiconque vendra la mèche. Malgré l’omerta, quelques-unes et quelques-uns osent se défendre et parler.

  • Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie Abonnés

    -

    Écouter

    « Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.

  • Quand le méprisant de la République va au théâtre TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit… Accès libre

    -

    Voir

    Le dangereux militant TAHA BOUHAFS, qui se fait passer pour un simple journaliste, a été remis en liberté après sa détention en garde à vue. La veille, il avait organisé un attentat contre le chef de l’État, qui heureusement a échoué grâce au courage et sang-froid de notre police. Il a été fanatiquement accueilli par des militants violents (certains étant d’aspect musulman). Et bien sûr, l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS était là !

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte Hebdo : la 100e ! Abonnés

    -

    Voir

    Il n’a pas dû t’échapper, ami abonné, que dès qu’on associe le mot « politique » à « police » ou « sécurité », tout de suite on se dit qu’il y a une embrouille dans le sous-texte, une arrière-pensée qui pointe le bout de son nez, une manip qui rode, une intention, pas forcément bonne, qui se balade ou une de ces intox dont la maison poulaga est friande. Je ne te cacherai pas que lorsque j’ai vu et surtout entendu l’exécutif opérer un virage à 180 degrés, en dénonçant du jour au lendemain la toxicité pour la démocratie du déchaînement de violence policière que lui-même avait suscité puis encouragé au cours de ces derniers mois, j’ai eu la nette impression que cette volte-face était prévue depuis plusieurs mois, dans la perspective des municipales ; bof, j’ai sûrement tort.

  • Selon les médias ça s’essouffle, mais dans la vraie vie ça craque de partout ! Abonnés

    -

    Voir

    Santé, éducation, transports, énergie, justice… ça craque de partout. Matraquage policier, matraquage médiatique, rien à faire, la rue tient bon ! Mardi 14 janvier, Là-bas si j’y suis ne savait plus où donner de la tête, tellement les mobilisations se multiplient. À 10h, Gaylord Van Wymeersch et Kévin Accart étaient devant l’université Paris-Sorbonne (dans le 5e arrondissement) où les collectifs d’enseignants d’Île-de-France ont mené une action avant le départ de la manifestation contre la réforme des retraites. Puis à midi, ils étaient à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour la conférence de presse de 1 200 médecins et chefs de service, qui ont présenté leur démission – historique – à la ministre « des Solidarités » et de la Santé, Agnès Buzyn. Enfin à 13h, ils rencontraient les grévistes de la RATP venus soutenir un des leurs, Hani Labidi, chauffeur de bus menacé de révocation. L’incendie se propage et les foyers de contestation s’intensifient face à un gouvernement pyromane. Mais rassurez-vous, Christophe Castaner a enfin découvert les violences policières.

  • Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (épisode 05) Daniel Bensaïd, fragments mécréants Accès libre

    -

    Écouter

    Suite de notre hommage à Daniel Bensaïd, disparu il y a juste dix ans, le 12 janvier 2010. En 2005, avec « Fragments mécréants », il analyse la fragmentation de notre société en autant d’ilots rivaux selon des critères identitaires, religieux, communautaires ou victimaires. Cette désintégration sous la pression des politiques néo-libérales remet en cause l’intégration républicaine et détruit les solidarités de classe sauf du côté de l’oligarchie où l’on sait s’entraider avec élégance et discrétion.

  • Reportage dans la manifestation du 9 janvier à Rouen La régression sociale ne se négocie pas : elle se combat ! Abonnés

    -

    Écouter

    "Le Chemin de l’espoir d’une victoire". C’est dans l’effervescence d’une manif qu’on entend des mots comme ça. Là c’est à Rouen, du docker à l’avocat, de l’aide soignante à l’enseignante, de la mère célibataire au licencié du "plan social", du gilet jaune au gilet rouge. Dans la manif du 9 janvier, un reportage de Dillah Teibi.

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.