16 septembre 2016. Évacuation des Réfugiés. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS

Les réfugiés de Stalingrad Abonnés

Le

Bataille de Stalingrad ? Non, personne n’a dit ça. Personne n’a parlé de rafle non plus. Rafle du Vel’ d’Hiv’ ? Non, pourtant il y avait des bus, des flics, des gens qu’on embarquait, des enfants. Non, ces références historiques n’ont pas été évoquées. Et pourtant ce fut un moment historique , mais de notre histoire d’aujourd’hui.


Le 16 septembre 2016 sera à marquer d’une pierre blanche dans l’ histoire de Là-bas si j’y suis. Ce jour-là, on était en phase complète avec tout le pays, avec la France du 16 septembre. Comment ? Simplement à travers trois personnes rencontrées à l’arrêt du bus 54, avenue de Flandres à Paris ; Rachida, Victor et Madame Lemaire. À eux trois, ils représentent, tout ce que nous vivons aujourd’hui.

Victor  : c’est le jeune associatif, engagé, le brave gars qui a envie que ça change… Et des Victor, il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit et qu’on ne le dit dans ce pays.

Rachida  : la dame d’origine marocaine, vous allez voir, c’est un archétype, c’est un personnage que des grands tragédiens, des grands auteurs n’auraient pas loupé. Naguib Mahfouz ne l’aurait pas loupée, Doisneau ne l’aurait pas loupée.

Et puis Madame Lemaire ! Madame Lemaire, elle, représente exactement, le discours de dimanche dernier de Marine Le Pen. Elle est la figure qui va être au centre de notre vie politique, jusqu’aux prochaines élections. Prenez le temps d’écouter. C’était le 16 septembre 2016. Pourquoi la bataille de Stalingrad ? Parce que c’était tout simplement place de la Bataille de Stalingrad, à Paris dans le 19ème arrondissement, à l’arrêt du bus 54.

Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS.

REPORTAGE : les réfugiés de Stalingrad [EXTRAIT]

(photo : Thibaut CAVAILLÈS)

Les différentes séquences du reportage :

01. Rachida, en France depuis 40 ans

Programmation musicale :
- SEXY SUSHI : J’aime mon pays
- Les Ogres de Barback : Le Monde est dans ma poche

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Jérôme CHELIUS

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !