Didier PORTE ne comprend rien à l’amour, mais cette belle histoire peut lui ouvrir le cœur. Et vous ?

L’AMOUR FOU S’EN FOUT !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Théophile Alexandre Steinlen, Amants de village, 1902

L’âge ? La distance ? L’argent ? La beauté ? Les diplômes ? La couleur de peau ? L’amour fou s’en fout. Même si vous ne parlez pas la même langue, il s’en moque.

On parle de l’amour, le vrai, le grand, pas l’ordinaire tout plat, tout mou. La preuve ? L’ histoire des AMANTS DE BELFORT, Jeannette et Philippe, qui se retrouvent 48 ans après la guerre. Oui, ça ressemble à ces retrouvailles qui viennent de faire pleurer la terre entière (à part Didier Porte qui a un cœur de pierre). Sauf que nous, c’était en 1994, il y a 25 ans (!), qu’ANNE RIOU les a rencontrés sur le quai de la gare de Belfort.

Ouvrez vos oreilles et votre cœur (même toi Didier, essaie encore). Si cette histoire ne vous (re)donne pas le goût du bonheur, nous ne pouvons plus rien pour vous :

[RADIO] L’amour fou s’en fout [14 avril 1994]

Un reportage d’Anne Riou, diffusé la première fois sur France Inter le 14 avril 1994.

Programmation musicale :
- Adriana Caselotti : Someday my prince will come
- Rina Ketty : J’attendrai
- Jeanne Moreau : Le Tourbillon de la vie

reportage : Anne Riou
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Christian Rose

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable !

    Didier Porte n’a pas de cœur Abonnés

    Voir
    Ami abonné, tu ne peux pas être passé à côté du merveilleux reportage (?) du 20h (!) de France 2 (?!) mettant en scène les retrouvailles amoureuses d’un vétéran américain du débarquement et d’une petite Française qui a attendu qu’il débarque une (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »