Retour au camp d’internement de Montreuil-Bellay

Je ne t’oublie pas, Tsigane

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jacques SIGOT (à gauche), Daniel MERMET (au centre) et Jean-Louis BAUER (à droite) en janvier 1993

L’instituteur Jacques SIGOT a lutté 36 ans pour faire reconnaître le camp d’internement des Tsiganes de Montreuil-Bellay. Le 29 octobre, François HOLLANDE est venu reconnaître la responsabilité de la France de Vichy. Il a fallu attendre ces toutes dernières années pour que les médias s’intéressent à la persécution des Tsiganes en France durant la guerre.

En janvier 1993, il y a 24 ans (!), Daniel MERMET rencontrait Jacques SIGOT et Jean-Louis BAUER, un Tsigane surnommé « Poulouche », qui nous faisaient découvrir ce camp où plus de 2 000 tsiganes furent internés.

Écouter l'émission

  • 01. Ça sent la mort…

    - MP3 - 6.9 Mo

  • 02. On était mangé par les rats

    - MP3 - 14.6 Mo

  • 03. La promenade du dimanche

    - MP3 - 13.3 Mo

  • 04. Trompe-la-mort

    - MP3 - 13.8 Mo

  • 05. Un camp de concentration français

    - MP3 - 7.2 Mo

REPORTAGE : Je ne t’oublie pas, Tsigane (une émission du 15 janvier 1993)

Il a fallu 70 ans pour que la République reconnaisse la responsabilité de la France de Vichy dans la persécution des Tsiganes durant la Seconde guerre mondiale. Monsieur HOLLANDE en personne est venu prononcer un discours sur le camp de Montreuil-Bellay où 2 000 Tsiganes furent internés de 1941 à 1946.

Cette visite officielle aura-t-elle suffi à dissimuler au même instant l’ouverture de la chasse aux migrants à Calais comme à Paris ? Contre chiens errants, voyageurs ou migrants, le sédentaire a tôt fait de dresser CRS et barbelés. La « libre circulation » est limitée aux capitaux et aux marchandises qui engraissent les capitaux. On ne confond pas les voleurs de poule et les voleurs de foule.

Jusqu’en 1946, environ 2 000 hommes, femmes et enfants Tziganes (ainsi que des sans domicile fixe), furent internés à Montreuil-Bellay. Tous les « individus sans domicile fixe, nomades et forains ayant un type romani  » selon le préfet du Finistère.

La France de Vichy comptait 31 camps semblables où ont été enfermés environ 6 500 nomades. Depuis 1912, ils étaient soumis à un « carnet anthropométrique » qui fut pérennisé en 1969 en « livret de circulation ». La longue lutte des Tsiganes et de leurs amis a conduit samedi François HOLLANDE à promettre l’abrogation de ces mesures stigmatisantes depuis plus d’un siècle.

Le camp et les baraquements furent démantelés et il ne subsistait pratiquement aucune trace. Dans les années 1980, Jacques SIGOT, instituteur et « historien local », avec son ami Tsigane « Poulouche » qui y avait été interné avec ses parents, ont commencé une longue bagarre pour cette histoire que beaucoup — surtout dans la région — voulaient faire oublier. Poulouche est mort en 2007 et n’aura donc pas assisté à cette reconnaissance officielle.

Si les Tsiganes rassemblés en France dans ces camps ne furent pas directement déportés vers les camps de la mort, il faut rappeler qu’en Europe 250 000 Tsiganes furent victimes du génocide dans la période nazie. 19 000 périrent à Auschwitz sur les 23 000 internés. Le 16 mai 1944, dans le camp de Birkenau, des Tsiganes armés de pioches et de leurs outils de travail, réussirent à repousser les SS. Cette date donne lieu chaque année à la Fête de l’Insurrection Gitane. Mais dans la nuit du 02 août 1945, les 2 898 derniers Tsiganes internés, hommes, femmes, enfants, furent gazés. Les enfants qui avaient réussi à se cacher furent rattrapés et gazés le lendemain.

En juillet 2013, Gilles BOURDOULEIX, député maire de Cholet, fut poursuivi pour avoir déclaré au sujet des Rroms : « Hitler n’en a peut-être pas tués assez. » En France, le racisme contre les Rroms s’est beaucoup développé. Exemple, Christian LECLERC, maire de Champlan dans l’Essonne, qui s’est distingué en refusant l’inhumation d’un bébé Rrom de trois mois, Maria Francesca, dans le cimetière de la commune.

Les différentes séquences du reportage :

01. Ça sent la mort…
02. On était mangé par les rats

03. La promenade du dimanche
04. Trompe-la-mort
05. Un camp de concentration français

Programmation musicale :
- Gipsy Kings : Baila Me
- Bratsch : Nane Tsora
- Pouro Sinto : Foulitchay
- Gipsy Kings : Faena
- Django Reinhardt : La Marseillaise

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Michèle BEDOS et Khoï N’GUYEN

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Qui sont ces gilets jaunes ? Que veulent-ils au juste ? Jusqu’où iront-ils ? Et bien, venez leur poser la question ! Le Café repaire d’Angers vous invite à venir les rencontrer mardi 26 mars.

  • Laurent et Oliv’, deux beaux perdreaux matures rebelles, en manque de "repaires" dans leurs Yvelines verdoyantes, se lancent dans la crétaion d’un repaire. Pour ce faire on vous propose un premier rendez-vous pour faire connaissance, l’état des lieux et des envies de cette nouvelle aventure, ça ce (...)

  • Café repère du 20ème ! En général, pas de thème défini, chacun vient avec ses propositions et l’envie d’échanger et de partager. Pour celles et ceux qui le souhaitent la soirée se prolonge autour d’une bonne table !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec Daniel Bensaïd (2009) Daniel Bensaïd : Marx, mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

« À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Telle fut l’utopie de Marx et Engels, une utopie toujours partagée par des millions de femmes et d’hommes, mais une utopie qui fut souvent récupérée, détournée et pervertie. Maintes fois jeté dans les poubelles de l’histoire, Marx revient aujourd’hui dans la lutte contre la violence capitaliste. Le bicentenaire de sa naissance fournit l’occasion de (ré)écouter ces deux émissions de 2009 avec Daniel Bensaïd, auteur de Marx, mode d’emploi, avec des illustrations de Charb (La Découverte, 2009).

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON, t’es moins qu’un rat AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.