VIOLENCES POLICIÈRES : « UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS » (LA SUITE…)

ILS M’ONT FRAPPÉ, J’ÉTAIS COMME UN BALLON DE FOOT : le témoignage de Samir

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS ». Le 26 avril, une vidéo montrait de nouvelles violences policières et des insultes racistes contre un homme qui s’était jeté dans la Seine pour échapper aux policiers. L’affaire est montée jusqu’au ministre de l’Intérieur et deux policiers ont été « suspendus ». Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Nous avons retrouvé la victime. Il s’appelle SAMIR, il témoigne :

Ils m'ont frappé, j'étais comme un ballon de foot : le témoignage de Samir
par Là-bas si j'y suis

RETOUR SUR LES FAITS

Le 26 avril, à deux heures du matin, à L’Île-Saint-Denis (93), un homme poursuivi par la police s’est jeté dans la Seine. Selon une vidéo tournée par un témoin, l’homme, une fois repêché, a fait l’objet d’insultes racistes et de violences policières : « UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS ! » ou encore « T’AURAIS DÛ ACCROCHER UN BOULET AU PIED ! ».

Dans un message adressé à l’AFP, la préfecture de police a affirmé saisir l’Inspection générale de la Police nationale afin de « déterminer l’identité des auteurs des propos entendus ».

Selon la préfecture, les policiers intervenaient dans le cadre d’un vol en réunion.

Selon les premiers éléments obtenus, « l’homme a été conduit à l’hôpital après sa chute dans la Seine », a déclaré la procureure de la République de Nanterre Catherine Denis, selon qui aucune plainte n’a été pour l’heure déposée.

Selon la magistrate, les policiers intervenants n’appartiendraient pas au commissariat de Villeneuve-la-Garenne, comme l’affirme la vidéo, mais dépendraient néanmoins de la Direction territoriale de la sécurité de proximité des Hauts-de-Seine.

Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, a réagi en rappelant les massacres par noyade du 17 octobre 1961 dans ces mêmes lieux :

Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis
par Là-bas si j'y suis

PAR LA SUITE :

Deux policiers ont reconnu avoir tenu des propos racistes. Ils ont été suspendus. Suspendus et non révoqués. Les coups et violences subies ne sont pas évoqués.

L’homme maltraité, âge de 27 ans, serait de nationalité égyptienne. Hospitalisé après sa chute, il a été ensuite placé en garde à vue. Il a été remis en liberté. L’obligation de quitter le territoire a été prononcée. Dans un tweet, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est indigné et a promis de faire toute la lumière sur les faits [1]. La Ligue des Droits de l’Homme et SOS Racisme ont porté plainte.

Le préfet de police de Paris a demandé la suspension de deux policiers mis en cause pour des propos racistes. « Avec l’accord du ministre de l’Intérieur, le préfet de police Didier Lallement a demandé au directeur général de la police nationale (DGPN) la suspension des deux policiers mis en cause dans la tenue de propos racistes entendus dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux », a indiqué la préfecture.

Selon une source policière, ces deux agents ont reconnu être les auteurs des propos incriminés tenus à l’encontre d’un suspect, qualifié de « bicot ».

Samir prévoit de porter plainte pour « violence volontaire avec arme et insultes à caractère raciste ».

journaliste : Taha Bouhafs
images : Kévin Accart
montage : Cécile Frey
traduction : Ahmed Azaz

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Christophe Castaner sur Twitter, 27 avril 2020.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café repaire de Liffré portera sur le thème des Ehpads. Témoignage des personnels, différences entre l’associatif, le public et le privé, et alternatives en France ou à l’International ! Nous vous attendons mercredi 22 octobre dès 18h30 à l’Entre-Temps, 12 avenue François Mitterrand, 35340 (...)

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.

La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais » Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

La messe est dite pour les salariés de General Electric ! Retour sur notre enquête ALSTOM, MACRON, HISTOIRE D’UNE TRAHISON Accès libreVoir

Le

L’histoire de la vente de la branche énergie d’Alstom à son concurrent américain Général Electric est digne d’un film de James Bond ! Un polar dans lequel on retrouve mêlés le FBI, la justice américaine, des patrons de grands groupes, des histoires de pots de vin et de corruption... et Emmanuel Macron !