19 mars 1962 : cessez-le-feu en Algérie, il y a 60 ans

ILS EURENT VINGT ANS DANS LES AURÈS (1/3)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(PHOTO : archives ecpad)

En 1998, LÀ-BAS faisait entendre la parole refoulée des sans-grade de la guerre sans nom. Avec des voix inédites évoquant la solitude, la violence, l’amertume d’une génération perdue. Pour la première fois, ils parlaient de la torture qu’ils avaient pratiquée. Et des ordres qu’ils avaient reçus. Et des lettres d’amour attendues. À l’heure où l’extrême droite exacerbe rancune et refoulement, nous vous proposons une nouvelle version de ces témoignages en trois parties.

Écouter le reportage

Un soldat français, devant une affiche de l’OAS, appelant à prendre les armes contre l’indépendance algérienne, à Oran (Algérie), le 15 mai 1962. HORST FAAS / AP

Papy, qu’est-ce que tu as fait en Algérie ? [1]

Il faut se dépêcher, les papys ont tendance à s’éclipser peu à peu, en emportant leur mémoire. Entre 1954 et 1962, plus d’un million et demi de jeunes Français furent « appelés » en Algérie. Un million et demi de familles françaises ont donc un papy qui était là-bas, revenu plus ou moins cabossé, sans compter les 24 000 morts et les 60 000 blessés. Enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, ça en fait du monde concerné par cette histoire. De toutes les mémoires des protagonistes de cette « guerre sans nom », la mémoire des appelés est celle qui continue de ronger le pays au plus profond. Longtemps, cette mémoire fut refoulée. Presque quarante ans de silence et de déni. À la fois, ils puaient la défaite, ils étaient les perdants, avec en plus le soupçon des saloperies accomplies, la torture au premier rang. La honte. Mais au tout début des années 2000, des recherches, des articles, des témoignages, des révélations ont permis de dénouer ces silences et d’éclairer cette histoire.

En 1998, grâce au militant Georges Mattéi et à l’historienne Claire Mauss-Copeaux, nous avons diffusé des témoignages d’appelés. Chacun avec son parcours, ses vérités et ses oublis. Deux d’entre eux reconnaissaient avoir torturé et s’en expliquaient. C’était une des premières fois que le grand public entendait de tels témoignages. La torture était dénoncée depuis longtemps, dès les années 1950, mais rares étaient les témoignages « physiques » parmi les appelés.

Nous avons reçu beaucoup de messages d’auditeurs, consternés ou violents. Ces témoignages sont devenus des documents que nous avons diffusés à nouveau au fil des évènements. Nous vous proposons de les (re)découvrir dans une nouvelle version en trois épisodes.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.