À FUKUSHIMA en 2011. Reportage Daniel Mermet et Giv Anquetil

IL FAUT FUIR IDATE ! À CHAQUE MOT, LEUR MONDE S’EFFONDRE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Une photo banale, sauf qu’à chaque mot, leur monde s’effondre. 2011 restera l’année de Fukushima. Le 11 avril, un mois jour pour jour après la catastrophe, nous sommes à IDATE, une petite ville de 6 000 habitants. Le maire a réuni les habitants pour leur annoncer qu’il faut évacuer pour échapper aux émissions radioactives, sans pouvoir dire si l’on reviendra.

À chaque mot leur monde s’effondre. Au japon, les dizaines de milliers d’habitants évacués attendent toujours un improbable retour. Début décembre le gouvernement japonais vient d’annoncer la stabilisation de la situation.
Mais nombreux sont les experts et les observateurs pour douter de ces annonces dont les sources sont toujours opaques et sur un sujet où les lobbies sont particulièrement virulents.

Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil.

Traduction Atsuko Ushioda.

[ARCHIVE] Il faut fuir Idate ! À chaque mot leur monde s’effondre (5 mai 2011)

reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Khoi Nguyen
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».