Un document étonnant ! En 1993, IDIR et JOHNNY CLEGG se parlent et jouent ensemble par écran interposé, à 10 000 kilomètres de distance, comme les confinés d’aujourd’hui ! En hommage

IDIR, notre ami

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Daniel Mermet, Idir et sa fille Tanina au Cabaret Sauvage, le 3 juillet 2014, pendant la soirée de soutien à Là-bas si j’y suis (photo : Laurent Laborie/POLITIS)

C’est une petite photo, mais c’est un grand moment pour nous. C’est Idir avec sa fille Tanina, qui chantent en soutien à Là-bas en juin 2014. Grande émotion ! IDIR était un vrai et fidèle ami.

Pierre Bourdieu, qui avait étudié le monde kabyle, disait : « ce n’est pas un chanteur comme les autres, c’est un membre de chaque famille ». C’est incroyablement vrai pour nous. J’ai rencontré Idir dans les années 1970, il était l’ami d’une amie, avec qui il venait chez nous, dans une maison pleine d’enfants, de chiens, de chats, de poules, de chèvres, d’ânes et de dangereux révolutionaires.

C’était au tout début du succès d’A vava inouva. Il ne savait pas qu’il allait devenir bien plus qu’un musicien et que le public allait l’investir d’un véritable rôle de griot, porteur de la poésie profonde de son peuple et de son histoire, mais ouvert aussi aux mouvements vivants du monde. Au contraire de l’enfermement « indigéniste », Idir a redonné de la fierté et du courage aux siens, mais avec fenêtres et portes ouvertes à tout les oiseaux de passage.

On se croisait de temps à autre, chacun a suivi sa piste mais en juin 2014, quand Là-bas si j’y suis a été viré de France Inter, Idir était là, à notre soirée au Cabaret Sauvage, simplement, en famille, en frangin, et le mot « fraternité » ce soir là est redevenu tout neuf.

Idir et sa fille Tanina au Cabaret Sauvage, le 3 juillet 2014, pendant la soirée de soutien à Là-bas si j’y suis (photo : Laurent Laborie/POLITIS)

Pour nous, le plus bel hommage c’est celui de Kamel, sur le répondeur aujourd’hui. Rien à ajouter.

Kamel, de Gardanne

Et pour les confinés que nous sommes, voici un documentaire étonnant : IDIR ET JOHNNY CLEGG A CAPELLA

Produit par Point du Jour, en association avec Internews, avec Idir et Johnny Clegg qui échangent par écran interposé, chacun chez soi, en France et en Afrique du Sud, à 10 000 kilomètres, pendant trois jours.

On a l’impression que c’était hier, mais le documentaire a été réalisé en 1993, et comme l’a écrit son réalisateur Jean-Jacques Birgé dans un blog de Mediapart qui décrit les coulisses du tournage, « à l’époque du tournage il n’y avait ni Skype ni téléphone connecté. La saga Vis à Vis avait été un exploit. Le film se terminait de manière freudienne, les deux chanteurs jouant ensemble à des milliers de kilomètres de distance en hommage à leurs mamans » [1] :

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Jean-Jacques Birgé, « En souvenir de Johnny Clegg », blog Miroir de drame.org, 17 juillet 2019.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.