Un document étonnant ! En 1993, IDIR et JOHNNY CLEGG se parlent et jouent ensemble par écran interposé, à 10 000 kilomètres de distance, comme les confinés d’aujourd’hui ! En hommage

IDIR, notre ami

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Daniel Mermet, Idir et sa fille Tanina au Cabaret Sauvage, le 3 juillet 2014, pendant la soirée de soutien à Là-bas si j’y suis (photo : Laurent Laborie/POLITIS)

C’est une petite photo, mais c’est un grand moment pour nous. C’est Idir avec sa fille Tanina, qui chantent en soutien à Là-bas en juin 2014. Grande émotion ! IDIR était un vrai et fidèle ami.

Pierre Bourdieu, qui avait étudié le monde kabyle, disait : « ce n’est pas un chanteur comme les autres, c’est un membre de chaque famille ». C’est incroyablement vrai pour nous. J’ai rencontré Idir dans les années 1970, il était l’ami d’une amie, avec qui il venait chez nous, dans une maison pleine d’enfants, de chiens, de chats, de poules, de chèvres, d’ânes et de dangereux révolutionaires.

C’était au tout début du succès d’A vava inouva. Il ne savait pas qu’il allait devenir bien plus qu’un musicien et que le public allait l’investir d’un véritable rôle de griot, porteur de la poésie profonde de son peuple et de son histoire, mais ouvert aussi aux mouvements vivants du monde. Au contraire de l’enfermement « indigéniste », Idir a redonné de la fierté et du courage aux siens, mais avec fenêtres et portes ouvertes à tout les oiseaux de passage.

On se croisait de temps à autre, chacun a suivi sa piste mais en juin 2014, quand Là-bas si j’y suis a été viré de France Inter, Idir était là, à notre soirée au Cabaret Sauvage, simplement, en famille, en frangin, et le mot « fraternité » ce soir là est redevenu tout neuf.

Idir et sa fille Tanina au Cabaret Sauvage, le 3 juillet 2014, pendant la soirée de soutien à Là-bas si j’y suis (photo : Laurent Laborie/POLITIS)

Pour nous, le plus bel hommage c’est celui de Kamel, sur le répondeur aujourd’hui. Rien à ajouter.

Kamel, de Gardanne

Et pour les confinés que nous sommes, voici un documentaire étonnant : IDIR ET JOHNNY CLEGG A CAPELLA

Produit par Point du Jour, en association avec Internews, avec Idir et Johnny Clegg qui échangent par écran interposé, chacun chez soi, en France et en Afrique du Sud, à 10 000 kilomètres, pendant trois jours.

On a l’impression que c’était hier, mais le documentaire a été réalisé en 1993, et comme l’a écrit son réalisateur Jean-Jacques Birgé dans un blog de Mediapart qui décrit les coulisses du tournage, « à l’époque du tournage il n’y avait ni Skype ni téléphone connecté. La saga Vis à Vis avait été un exploit. Le film se terminait de manière freudienne, les deux chanteurs jouant ensemble à des milliers de kilomètres de distance en hommage à leurs mamans » [1] :

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Jean-Jacques Birgé, « En souvenir de Johnny Clegg », blog Miroir de drame.org, 17 juillet 2019.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.