L’HÔPITAL PUBLIC DÉBORDE, RÉSULTAT DE CHOIX POLITIQUES COMBATTUS DEPUIS DES ANNÉES

HÔPITAL GRAND CORPS MALADE : LES SOIGNANTS RÉPONDENT À MONSIEUR MACRON Abonnés

1

Le

La deuxième vague de l’épidémie était redoutée, mais elle était attendue. Pendant la première vague, l’hôpital public a tenu le choc, surtout grâce au dévouement des soignants et à une autre gestion que celle de la bureaucratie. Les problèmes de l’hôpital public ont été unanimement reconnus :
 manque de lits
 manque de matériel
 vétusté des locaux
 manque de personnel
 manque de reconnaissance

La réponse a été le « Ségur de la santé », qui s’est tenu à la fin juin, censé apporter des solutions à coups de milliards d’euros et de promesses qui n’ont pas convaincu tout le monde. Infirmières et aide-soignants ont continué de quitter des emplois parmi les plus mal payés de l’OCDE. Le 28 octobre, Emmanuel Macron a rappelé tout ce qui a été mis en œuvre pour mieux armer l’hôpital public dans la guerre que livre le pays. Mais il n’a pas vraiment convaincu, surtout celles et ceux qui sont chaque jour sur le terrain.

Pourtant, syndicats et collectifs de soignants n’ont pas cessé d’alerter depuis des années. En 1988, après le « tournant de la rigueur » du pouvoir socialiste, les infirmières manifestaient en scandant « NI NONNES, NI BONNES, NI CONNES ». La lutte n’a pas cessé depuis. 100 000 lits ont été fermés entre 1993 et 2018. Cet été, entre les deux vagues de coronavirus, ces suppressions ont continué. Pire, en plein Covid, la chambre des comptes d’Occitanie vient de recommander la suppression de lits et de médecins au CHU de Toulouse, pour des raisons financières. Le document a été rendu public le premier octobre [1].

Aujourd’hui encore, une décision prise en pleine crise sanitaire illustre à elle seule la crise hospitalière : l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris vient d’annoncer la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital parisien. Les soignants seront redéployés ailleurs, notamment à l’hôpital Cochin, pour pallier le manque de personnels face au Covid.

Écoutez-les. Nous avons demandé à des soignants, dans différents services, de répliquer à ces fake news d’État. La peur et le cynisme dominent à tel point qu’on oublie qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !