Mort de Dario Fo à 90 ans. Rencontre en 2002 au Piccolo Teatro

Hommage à Dario Fo, grotesque et génial

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Une rencontre avec Dario FO, en 2002 au Piccolo Teatro de Milan, un moment de jubilation pour donner envie de continuer la lutte magnifique de Dario Fo et aussi de sa compagne, Franca Rame. De son théâtre, il disait « Ce n’est pas du comique, c’est du grotesque. »


Seul en scène, il jouait UBU devant une salle comble. Ubu, c’était Berlusconi, aujourd’hui c’est Sarkozy, ou Trump, ou les autres. « Fustiger le pouvoir et restaurer la dignité humaine », c’est la raison pour laquelle il avait reçu le prix Nobel en 1997. L’auteur de théâtre italien le plus joué dans le monde après Goldoni, est mort à 90 ans.

Un théâtre populaire et politique, un merveilleux comédien parfaitement sincère dans son jeu comme dans son engagement politique. Il aimait dire :« Si tu es sincère, le rire devient féroce. » Non pas un rire qui édulcore et qui euphémise, au contraire, un rire qui grince, un rire qui coince et qui mord. Et même un rire qui ne riait pas du tout.

Un reportage à Milan de Daniel MERMET et Francesco GIORGINI du 13 mai 2002.

[RADIO] Hommage à Dario Fo, grotesque et génial (un reportage du 13 mai 2002)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journalistes : Daniel MERMET et Francesco GIORGINI
réalisation : Antoine CHAO et Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Voir aussi

[Ubu Roi, une pièce d’Alfred JARRY (1896)

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.