Après chaque massacre, la crainte d’une limitation sur les armes pousse les clients chez les marchands d’armes et dans les stands de tir. Un jour chez CLARK’S GUN SHOP. Reportage radio 2004. PODCAST

GOD BLESS GUNS ! Que Dieu bénisse les armes ...

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Samedi, il y aura du monde chez CLARK’S GUN SHOP. Chaque tuerie de masse réjouit les marchands d’armes aux États-Unis. Le 24 mai, à Ulvade, au Texas, 19 écoliers et deux enseignantes ont été assassinés à bout portant par un tueur de 18 ans. Il venait de s’offrir un flingue pour son anniversaire justement, une arme de type militaire. Après chaque massacre, la question de la restriction des armes est posée et la crainte de la confiscation fait grimper les ventes, on a assisté à des achats records dans la peur d’un durcissement des lois au temps d’OBAMA. Mais la National Rifle Association (NRA) veille, le puissant lobby des armes finance grassement les partis politiques, surtout les Républicains. D’ailleurs ce vendredi, trois jours après la tuerie, à Houston, dans ce même état du Texas, le NRA tient son congrès annuel. 55000 visiteurs sont attendus et Donald TRUMP lui même prendra la parole. Les manifestants anti-arme seront là aussi mais quelle arme face aux armes ? GOD BLESS GUNS !

Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil, diffusé une première fois sur France Inter le 29 octobre 2004.

[RADIO] God bless guns ! Dieu bénit les armes ! [29 octobre 2004]

Un homme inspecte les fusils Benelli au congrès annuel de la National Rifle Association (NRA), en 2012 à Saint-Louis, Missouri (photo : Whitney Curtis/GETTY IMAGES)

Une tuerie parmi les 222 fusillades depuis le début de l’année aux États-Unis. Jamais l’Amérique n’a connu autant de meurtres de masse, jamais il n’y a eu autant d’armes aussi facilement accessibles. Sur le net, sans aucun contrôle, vous pouvez acheter des armes de guerre à monter vous-même facilement. Un business florissant. 12 000 entreprises fabriquent des armes, 140 millions ont été fabriquées dans les 20 dernières années.

Deux images s’opposent aujourd’hui. D’un côté les visages des 19 gosses assassinés dans leur classe avec leurs deux enseignantes, Irma et Eva. De l’autre côté trois lettres, NRA, National Rifle Association, le plus puissant groupe de pression au monde, 5 millions de membres, une chaîne de télé, 300 millions de dollars de budget qui servent à financer les campagnes électorales, surtout côté républicain. Donald Trump a reçu des dizaines de millions de la NRA, 31,2 millions de dollars selon Le Monde [1].

Pour la NRA, le problème n’est pas la prolifération des armes, bien au contraire. Il faut s’armer d’avantage contre ces tueurs de masse. Et ne croyez pas que la facilité d’avoir une arme facilite ces crimes. Pas du tout. Trois jours après ce massacre, à Houston dans ce même état du Texas, la NRA tient son congrès annuel avec Donald TRUMP en invité vedette. On va prier pour les victimes et affirmer que ces criminels sont des malades mentaux, il faut au contraire augmenter les armes pour les neutraliser et protéger les braves gens. Le deuxième amendement est sacré, liberté d’abord !

Cette liberté-là est celle des libertariens. Quand on tape ce mot, la correction automatique écrit « libertaire ». Il faut insister pour écrire « libertarien ». Il y a une cloison parfois bien mince entre libertaire et libertarien. Le libertarien, c’est le libertaire moins le social. C’est le moi je, c’est le « moi-ma-gueule ». C’est la liberté de la propriété privée, de l’entreprise privée, le refus de toute assistance de l’État, et d’abord et avantout, c’est la liberté de porter des armes. C’est la loi du plus fort et du plus malin, c’est le principe de base du néolibéralisme qui s’est répandu depuis bientôt quarante ans sur ce pauvre monde.

Chaque tuerie de masse réjouit les marchands d’armes aux États-Unis. Après chaque massacre, la question de la restriction est posée et la crainte de la confiscation fait grimper les ventes, on a assisté à des achats records dans la peur d’un durcissement des lois au temps d’OBAMA, mais beaucoup moins, c’est vrai, avec Donald TRUMP, chaud partisan des armes à feu qui disait, parlant de ses deux fils : « ils ont tellement de fusils et d’armes, parfois même moi ça m’inquiète un peu. »

D’ailleurs, Donald TRUMP l’avait dit à la NRA : « vous avez un vrai ami à la Maison-Blanche. » Aux États-Unis, vous avez bien peu de chance d’être élu si vous contestez la NRA. Pour la majorité des Américains, avoir une arme, c’est la démocratie, le symbole même de la liberté. On ne manque jamais de vous répéter le deuxième amendement de la Constitution : « une milice régulée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit du peuple à détenir et à porter une arme ne doit pas être enfreint. »

Si vous doutez encore, on vous dira qu’en démocratie, le pouvoir ne peut pas détenir seul le monopole de la violence. Si vous insistez encore, on vous citera (peut-être) Robespierre, le 08 mai 1793 : « que des foyers s’élèvent sur les places publiques où l’on fabriquera des armes pour armer le peuple. » On vous dira que la détention d’armes garantit la démocratie : « si un tyran voulait prendre le pouvoir, nous serions 200 millions à prendre les armes. » Et si vous insistez encore, on vous fera chanter la Marseillaise : « aux armes, citoyens ! »

En fin de mandat, Barack OBAMA avait osé passer un décret visant à interdire la possession d’armes à feu aux personnes souffrant de troubles mentaux. Mais Donald TRUMP à peine élu, le Sénat a voté l’abrogation du décret OBAMA. À nouveau, comme tout le monde, les malades mentaux peuvent avoir des armes et tirer. On estime leur nombre à 75 000.

Alors ce week-end, bienvenue chez CLARK’S GUN SHOP. Se payer un nouveau flingue ou deux, passer la journée à tirer avec des petits ou des gros calibres, ça vous tente évidemment. Chez CLARK, il y a tout ce que vous voulez. Venez seul ou entre amis, amenez vos enfants, apprenez leur à tirer, offrez-vous des flingues en amoureux pour la Saint-Valentin, amenez votre vieille maman pour qu’elle s’entraîne, et vous, montrez un peu ce que vous savez faire, les gars, ici il y a toutes les armes de guerre que vous voulez, ici c’est l’Amérique, la vraie. !

D.M.

Programmation musicale :
- Mike Ladd : God Blessed the Infesticons
- Kiss : Love Gun

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).