Nouvelle manif hier. Malgré tout, le projet de loi a été voté

FLOUTAGE DE GUEULE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En matière de violences policières, on confond bien souvent le maître et le chien. À chaque bout de la laisse, il y a celui qui mord et celui qui donne des ordres. Cette histoire en apporte une nouvelle preuve.

Une nouvelle manifestation avait lieu mardi soir 24 novembre, place de la République à Paris, à l’appel d’associations pour dénoncer « les violences policières [de la veille] ainsi que la politique de non-accueil en France ».

Fumigènes, prises de parole, chants de résistance, les manifestants pacifiques étaient de nouveau plusieurs centaines, au lendemain de la « nuit de la honte ». Et puis, ça :

Malgré l’énorme indignation devant les images de policiers brutalisant des exilés et frappant des journalistes lors de l’évacuation violente d’un campement de migrant, ce lundi,

Malgré deux enquêtes ouvertes par le parquet de Paris pour ces faits de violence dont sont soupçonnés des policiers contre des migrants et contre des journalistes, notamment Rémy Buisine (Brut),

Malgré l’enquête dont a été chargée l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) à la demande du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin sur proposition du préfet de police Didier Lallement,

Malgré tout ça, l’Assemblée nationale a donné mardi le feu vert à la proposition de loi sur la « Sécurité globale » qui prévoit notamment de pénaliser la diffusion « malveillante » des images des forces de l’ordre (article 24). Dans un hémicycle presque plein, les députés ont adopté en première lecture le texte par 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions.

Mais tout n’est pas joué. Le texte va désormais être transmis au Sénat, où la majorité LR le juge « inapplicable et inconstitutionnel ». Le premier ministre Jean Castex a pris les devants, mardi, en saisissant lui-même le Conseil constitutionnel au sujet de l’article 24.

Nous voici donc rassuré.

On peut toutefois souligner un petit détail au sujet de l’enquête dont a été chargée l’IGPN à la demande du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin sur proposition du préfet de police Didier Lallement.

Le choix de cette procédure n’est pas innocente, comme le rappelle Libération [1]. Elle exclut la responsabilité du préfet de police de Paris, Didier Lallement. Car seule une enquête de l’Inspection générale de l’administration (IGA) aurait permis d’enquêter sur les ordres donnés par la préfecture en remontant la chaîne de responsabilité. Au mieux, l’enquête administrative de l’IGPN se limitera à la recherche d’une responsabilité individuelle de quelques policiers violents.

Les autres pourront continuer de taper en rythme sur leurs boucliers.

Là-bas

Notes

[1Ismaël Halissat, « Violences policières : un vent d’impunité soufflé par les autorités », Libération, 24 novembre 2020.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Jean Stern publie « Canicule » aux éditions Libertalia Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre AbonnésVoir

Le

Août 2003 : une vague de chaleur exceptionnelle recouvre l’Europe. L’inaction des pouvoirs publics français et la passivité des médias en plein cœur des vacances coûtera la vie à 19 490 personnes cet été-là en France. La surmortalité est telle que les autorités sont contraintes de réquisitionner un entrepôt réfrigéré de Rungis pour le transformer en chambre mortuaire.

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)

Texte à l’appui. CONNAISSEZ-VOUS LE PCPE ? Un texte de Daniel Mermet Enfin toute la vérité sur le PCPE, le plus grand parti au monde ! AbonnésLire

Le

Le PCPE est le plus grand parti du monde, et pourtant bien peu le connaissent. À cela, il y a deux raisons. La première, c’est que ceux qui en font partie gardent farouchement le secret. La seconde, c’est que la majorité de ceux qui en font partie ignorent totalement qu’ils en font partie. Les PCPE sont innombrables, mais ils l’ignorent. Vous avez, sans le savoir, un PCPE dans votre entourage, votre employeur, votre conjoint ou votre coiffeur, et eux-mêmes n’en ont pas conscience. De même, il y a peut-être en vous un PCPE qui sommeille à votre insu. Et c’est peut-être, allez savoir, le cas de l’auteur de ces lignes. Il est donc important de révéler toute la vérité sur le PCPE.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Comment on commémore chaque année (sans le savoir) les émeutes de Stonewall du 28 juin 1969 AbonnésVoir

Le

Saviez-vous que c’est en souvenir du 28 juin 1969 qu’est organisée chaque été la Marche des fiertés ? La nuit du 27 au 28 juin 1969, une descente de police vise un bar fréquenté par des homosexuels, le Stonewall Inn, situé au n°53 de la Christopher Street à New York. L’arrestation particulièrement violente des personnes en infraction – parce que dépourvues de carte d’identité ou portant des vêtements habituellement réservés au genre opposé – provoque une réaction inédite de la population de Greenwich Village, lassée des exactions contre les homosexuels.