Quand le beau Monde ne veut pas salir son image...

Victoire des travailleurs sans papiers qui occupaient le futur siège du journal Le Monde Abonnés

1

Le

Comme toutes les histoires de sous-traitance, ça commence par une multinationale avec un chiffre d’affaire de 16,6 milliards d’euros, Eiffage, et ça finit par des travailleurs sans papiers exploités sur un chantier. Particularité de celui-ci : il s’agit du chantier des futurs locaux du journal « Le Monde ».

Le journal français de référence peut-il accepter que son fastueux futur siège soit construit par des travailleurs en provenance du Mali, du Sénégal ou de la Côte d’Ivoire, non-déclarés, payés 40 euros la journée, maltraités et mis en danger par des conditions de travail dignes du 19e siècle ? Le Monde ne se doutait peut-être pas, en refilant le chantier de son siège à l’honorable société Eiffage, fleuron français du batiment, que c’est ce qui se produirait. Pourtant, c’est un schéma classique, mille fois vu et rarement combattu : la multinationale Eiffage sous-traite à une société fantoche, Golden Clean, qui elle se charge d’employer les sans papiers et de les payer avec des chèques sans ordre ou en liquide, de la main à la main.

Ainsi, tout en tirant les bénéfices d’une main d’oeuvre moins chère, la multinationale n’est pas salie : « Eiffage, à chaque fois ils nous disent que chez eux y’a pas de sans papiers », confirme Bernard, syndicaliste à la CNT-SO, qui accompagne les travailleurs. Et chez les sous-traitants ?

À bout, les travailleurs ont envahi hier matin le chantier pour exiger leurs régularisations ainsi que des dommages et intérêts.
Un reportage de Taha Bouhafs et Jérémie Younes :

La chance de ces travailleurs, c’est que le chantier sur lequel ils travaillent est celui du journal Le Monde. Et Le Monde ne peut pas se permettre une tâche sociale pareille. De même que les autres rédactions qui occuperont ce nouveau siège (Télérama, L’Obs, Courrier International et Rue89). Celle de Télérama a tenu deux assemblées générales hier dans la journée pour réfléchir à la façon de soutenir les travailleurs dans leur lutte, comme le rapporte le journaliste Samuel Gontier sur twitter.

Résultat : en moins de 24h, les travailleurs sans papiers obtiennent un rendez-vous avec le directeur général d’Eiffage et Louis Dreyfus, le président du directoire du Monde. Ce dernier, raconte les syndicalistes de la CNT-SO, va peser de tout son poids dans la négociation avec Eiffage. Et après quelques heures, l’issue de la réunion est positive : les sans-pap ont gagné, un protocole est signé avec le sous-traitant Golden Clean, tous les travailleurs recevront leurs fiches de payes de ces derniers mois et obtiendront des Cerfa, le document administratif nécessaire à la régularisation par le travail !

Une victoire éclatante en quelques heures, on ne perd pas toujours ! Mais n’oublions pas que cette situation de sous-traitance se reproduit en ce moment, partout, et que tous ces travailleurs n’ont pas la chance d’avoir le journal Le Monde dans la boucle qui doit sauver sa réputation. D’ailleurs, pour bien montrer qu’il ne s’agit pas seulement d’une question d’image, Le Monde, Telerama et les autres, vont immédiatement partir en guerre contre l’exploitation des sans papiers.

Une bien bonne nouvelle !

« Victorieux mais pas naïfs », les travailleurs continuent d’occuper ce matin le chantier, en attendant les contrats de travail.

L’occupation continue ce matin sur le chantier du futur siège du journal Le Monde (photo : CNT-SO)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

images : Taha Bouhafs
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.