Reportage de Dillah TEIBI

Dame de 85 ans jetée à la rue, à Paris c’est possible Abonnés

1

Le

Écouter l'émission

  • 01. Mourir par les pieds

    - MP3 - 7.6 Mo

  • 02. Où est la tutelle ?

    - MP3 - 9.6 Mo

  • 03. Ian Brossat, adjoint au maire de Paris, chargé du logement

    - MP3 - 5.5 Mo

Dame de 85 ans jetée à la rue, à Paris c’est possible

Faut-il vraiment rappeler des choses aussi simples ? Une société ne vaut que par la façon dont elle traite ses vulnérables. Longtemps, le plus souvent, leur sort fut tributaire des œuvres charitables et du bon vouloir des nantis. De longues luttes progressistes ont abouti à inscrire l’égalité et la solidarité dans le droit. Des « valeurs » comme on dit dans les beaux discours, « nos valeurs » défendre « nos valeurs » mais lesquelles quand une femme de 85 ans est légalement expulsée et jetée à la rue ? C’est ce qui est arrivée à Nadine Zuili le 12 juillet à Paris. Lorsqu’elle est revenue de ses courses, Nadine a trouvé un verrou posé sur sa porte, huissier, commissaire et serrurier avaient fait leur travail.

Chaque année, le mois de juillet est le pire mois pour les expulsions locatives. Entre 2014 et 2015, elles sont passées de 11 604 à 14 363, soit un bond de
24 %. L’association Droit Au Logement (DAL) constate que de plus en plus de personnes âgées sont concernées par ces expulsions.

Contre la spéculation immobilière à Paris, les pouvoirs publics affichent des airs navrés et impuissants. Selon l’INSEE, Paris compte 100 000 logements vides, dont 40 000 ne sont même plus raccordés à l’électricité. De quoi loger quelques Nadine, non ? Par ailleurs, on compte plus de 90 000 « résidences secondaires », des logements qui ne sont occupés que quelques semaines par an.

Écoutez l’émission par chapitre :
01. Mourir par les pieds
02. Où est la tutelle ?
03. Ian Brossat, adjoint au maire de Paris, chargé du logement

NADINE 85 ANS, CINQ JOURS ENFERMEE DEHORS

« Sortez-moi d’ici sinon je me suicide. J’ai envie de mourir ! Vous entendez ?!... »
Depuis sa chambre à l’hôpital Lariboisière dans le 10ème arrondissement de Paris, Nadine veut ouvrir la fenêtre et se jeter dans le vide.
Elle a déjà passé plusieurs nuits à errer dans les rues de Paris suite à son expulsion le 12 juillet.

Ce jour-là, alors qu’elle revient de la banque, elle ne peut plus rentrer chez elle. La serrure a été changée. Huissier, policiers et serruriers sont passés par là.
Elle se retrouve alors à la rue, en pleine chaleur, avec en poche des bons, qu’on lui a remis, pour deux semaines d’hôtel.

« Je n’y ai passé qu’une seule nuit. C’était sordide ! », dit Nadine.

Commence alors une errance pendant cinq jours.
Elle dort sur un banc dans le jardin de son immeuble. Puis, dans un lit de fortune mis à sa disposition par des voisins dans un café associatif où elle a ses habitudes. Elle y reste deux jours avant de disparaître.

Le 19 juillet, un de ses voisins, Fabrice Perrey, qui a créé avec d’autres un comité de soutien pour l’aider, découvre Nadine dans le hall de l’immeuble, auquel elle a encore accès avec ses clés.
Finalement, elle est accompagnée chez sa tutrice légale, qui prévient la police. Nadine est conduite à l’hôpital Lariboisière.

Fille d’un résistant communiste, Nadine Zuili, psychologue, écrivaine et éditrice, a travaillé comme secrétaire auprès de plusieurs professeurs du Collège de France, dont le Nobel de chimie Frédéric Joliot-Curie, une carrière qui lui permet aujourd’hui de jouir d’une retraite de 2700 euros par mois.
Parfois psychologiquement fragile, Nadine a été placée sous curatelle par un juge des mises sous tutelle.

Pour Ian Brossat, adjoint PCF au logement à la ville de Paris « c’est scandaleux, indigne, monstrueux ». Il promet : « On va examiner son cas avec humanité et bienveillance ».

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
réalisation : Anaëlle Verzaux et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.