80e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944. L’histoire officielle se fissure (reportage radio - 2004)

D-DAY, grand jour et sombre lendemain

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Il y a 80 ans, le 6 juin 1944, l’Amérique a sauvé la France. 5 000 navires, 150 000 hommes, le débarquement américain sur les côtes normandes est la plus grande opération militaire amphibie de l’histoire. Nous connaissons ces images héroïques par cœur. Sauf que le récit officiel prend l’eau chaque année un peu plus, l’histoire n’était pas si belle que ça.

Les civils en Normandie ont payé un lourd tribu à nos grands libérateurs. 20 000 morts entre juin et septembre 44, des dizaines de milliers de sinistrés, des villes entièrement détruites, des pillages et des viols.« Des scènes de sauvagerie et de bestialité » selon la Presse de Cherbourg. Des centaines, voire des milliers de Françaises ont été violées par des GI’s entre 1944 et avril 1945. Beaucoup de ces femmes se sont tues, beaucoup ont disparu, mais les recherches et les témoignages dévoilent peu à peu cette histoire.

ll y a vingt ans déjà, nous avions rencontré des historiens et des témoins du côté obscur de ces pages héroïques. Le D DAY est un mythe capital dans la course à la domination du monde. Il s’oppose et efface la terrible victoire de Stalingrad en 1943. On fait admirer aux enfants le sacrifice héroïque de ces braves GI’s. Ils se sont sacrifiés ou bien ils ont été sacrifiés ? Quelles ont été les relations entre les forces américaines et la population normande entre 1944 et 1946, alors que la ségrégation raciale sévissait pleinement dans l’armée américaine ?

Voilà de précieux éclairages de l’époque avec l’historien Stéphane Lamache, André Poirier, Madeleine et Michel (Reportage Claire Hauter).



Écouter le reportage :
[RADIO] D DAY, Grand jour et sombre lendemain



« Les françaises sont folles des yankees, voilà pourquoi nous nous battons » écrit le journal de l’armée Stars and Stripes le 9 septembre 1944. « Les Françaises sont insatiables » affirme le New York Times. Selon l’historienne américaine Marie Louise Roberts, 152 GI’s ont été jugés pour viol de femmes Françaises par les tribunaux militaires américains présents en France, 49 ont été condamnés pour viol et 29 ont été exécutés dont 25 afro-américains. Plus violeurs les hommes Noirs ? C’est ce qui a été affirmé. En vérité la ségrégation sévissait ouvertement et même légalement, les afro-américains seront les boucs émissaires. L’admirable armée américaine était parfaitement ségrégationniste. Dans les navires les GI’s Noirs étaient parqués dans les soutes. Un témoignage précieux est celui de l’écrivain Louis Guilloux, l’auteur du « Sang noir » qui a été interprète pour l’armée américaine, ce qu’il raconte dans « OK,JOE ! » publié en 1976 et qui fait l’objet d’un excellent film récent de Philippe Baron en accès libre.

Macron avec les chefs du monde célèbre le D DAY. Ça devient aussi chouette que le Puy-du-Fou. Avec Sardou qui braille « Si les requins n’étaient pas là ! ».


L.B.

OK JOE !, Philippe Baron, 2023 (52’)



Synopsis :
En août 1944, dans le climat chaotique de la Libération, des GI américains commettent des viols et des meurtres envers les populations civiles françaises. L’armée américaine met en place une cour martiale pour les juger. Presque par hasard, elle embauche l’écrivain Louis Guilloux comme interprète. Peu à peu, le romancier découvre que seuls les soldats afro-américains sont condamnés, souvent à des peines capitales. Il le raconte dans un court récit : Ok, Joe !.
En confrontant son récit à la réalité historique et aux souvenirs de témoins et de descendants, ce documentaire révèle plusieurs tabous de la 2e Guerre Mondiale : les exactions de l’armée US envers des populations civiles, les viols des femmes, la ségrégation raciale, les châtiments cruels et sélectifs qu’elle inflige à ses soldats noirs. Le film raconte une facette méconnue de la 2e guerre mondiale.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !