TOUTE LA COMMUNE. (Re)Découvrez les célèbres émissions d’Henri Guillemin. Une série en 13 épisodes vidéo de 30’

#10 : Malgré l’héroïsme des Communards, les versaillais avancent sur Paris | #11 : Le moment de vérité

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Les Parisiens vivent encore dans l’illusion d’une concorde avec les Versaillais et d’une extension de la Commune. Ils vont tomber de haut au moment de l’attaque de la capitale. Georges Bernanos écrira plus tard : « Les généraux versaillais pataugeront dans Paris sur un lit de cadavres, du sang jusqu’à la braguette ». Dans cette épisode, Henri Guillemin évoque la question cruciale du manque d’organisation et du manque de discipline qui sera fatale malgré l’héroïsme des « Croyants de la Commune » qui proclamaient : « On tiendra la hampe du drapeau jusqu’à ce qu’on nous la casse entre les mains ». Mais à la fin « La trinité versaillaise souriait , du sabre, du goupillon et du coffre-fort. »



C’est l’assaut des Versaillais. La défense de Paris s’est relâchée à ses portes, mais les Communards résistent héroïquement dans les quartiers de la capitale. Henri Guillemin rend compte de ces journées sanglantes. Il évoque la phrase toujours répétée depuis cent cinquante ans, et encore aujourd’hui, au sujet de la Commune : « Il y a eu des atrocités des deux côtés ». Oui, c’est vrai, les communards ont exécuté au total 84 personnes, mais du côté du peuple parisien combien furent fusillés d’hommes, de femmes et d’enfants ? Entre 15 000 et 30 0000 selon les sources et les recherches. Sans parler des femmes violées, dit Guillemin : « Avant ou après qu’elles soient mortes ». Il cite pour finir la phrase la plus poignante : « Nos cadavres dans la terre, seront comme une semence rouge »
Non, la Commune n’est pas morte !.

À SUIVRE : les autres épisodes dans notre dossier « Comprendre la Commune de Paris »

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Entre guerre, covid et planète pourrie, la jeunesse se fait du souci. Des rencontres inattendues avec notre belle jeunesse. [PODCAST] Les élections ? Quelles élections ? La jeunesse elle en dit quoi ? [INTÉGRALE] Accès libreÉcouter

Le

Entre guerre, covid et planète pourrie la jeunesse se fait du souci. Pas le même genre de souci pour le fils à papa de Neuilly et la fille en galère dans sa piaule pourrie. Et alors les élections dans tout ça les jeunes, vous en attendez quoi ? Sophie a tendu son micro un peu partout. Voilà une série de rencontres inattendues, loin des chiffres et des vieux gros clichés sur notre belle jeunesse. Et surtout quel rapport avec ces candidats qui parlent et qui s’agitent ?

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Jean Stern publie « Canicule » aux éditions Libertalia Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre AbonnésVoir

Le

Août 2003 : une vague de chaleur exceptionnelle recouvre l’Europe. L’inaction des pouvoirs publics français et la passivité des médias en plein cœur des vacances coûtera la vie à 19 490 personnes cet été-là en France. La surmortalité est telle que les autorités sont contraintes de réquisitionner un entrepôt réfrigéré de Rungis pour le transformer en chambre mortuaire.

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)