La violence d’un capitalisme en déroute

CHILI, LE NÉOLIBÉRALISME À L’AGONIE FAIT TIRER DANS LE TAS Abonnés

1

Le

Lundi 14 octobre, à Santiago du Chili, des étudiants protestent contre l’augmentation du prix du ticket de métro. Une augmentation de 3% qui peut sembler dérisoire, c’est 30 pesos chiliens, soit 3,7 centimes d’euros. Mais c’est la goutte d’eau. 

« C’est pas seulement pour 30 pesos, c’est pour les 30 années de fausse démocratie que nous nous révoltons », disent des manifestants. La colère gagne le pays. Un pays pourtant encore traumatisé par la répression des années de dictature (1973-1990), les assassinats, la torture, l’exil. Mais la jeunesse a surmonté la peur et la rue s’est soulevée. Manif bon enfant d’abord. Mais la répression est délirante. Les masques tombent. 20 000 policiers et militaires mobilisés. Le président Sebastián Piñera fait tirer dans le tas, des centaines de blessés, au moins 18 morts, des manifestants sans arme. « Nous sommes en guerre » déclare Piñera, le « Berlusconi chilien », avec sa fortune de 2,8 milliards de dollars. 

Plus de 30 ans de politiques néolibérales, comme ailleurs, comme en France, mais en plus gros. Faut-il rappeler que c’est au Chili qu’est né le néolibéralisme en même temps que la dictature de Pinochet en 1973 ? C’est ici que Milton Friedman et ses Chicago boys ont mis en place ce qui allait être un modèle indépassable pour toute la planète et qui partout a entraîné précarité, inégalités, pauvreté avec partout l’enrichissement sans précédent d’une bande de roublards cyniques.

Éducation, équipement, santé, retraites, tous les secteurs ont été privatisés. Le Chili est le pays le plus inégalitaire de l’OCDE, 1% de la population détient 25% de la richesse nationale. Un Chilien sur deux vit avec moins de 480 euros par mois - le revenu minimum -, pendant que quatre familles se partagent les richesses, avec en tête, le toujours bronzé Président Sebastián Piñera. 

Vendredi 18 octobre donc, les policiers tirent sur les étudiants mobilisés.
Dès le lendemain, les principales villes du pays se soulèvent : manifestations pacifiques et joyeuses, assemblées générales, grèves.

En réponse le gouvernement impose l’état d’urgence avec un couvre-feu à partir de 19h, une première depuis 1987, depuis la dictature. Des milliers d’arrestations arbitraires, des humiliations, de fortes suspicions d’actes de tortures commis par des « agents de l’Etat » (d’après l’Institut National des Droits Humains au Chili, auprès duquel des plaintes ont été transmises) [1].

Manifestation des étudiants à Santiago du Chili, mardi 15 octobre : "El gobierno roba, la policia mata, la prensa miente" ("Le gouvernement vole, la police tue, la presse ment")

Après avoir déclaré que le pays était « en guerre contre un ennemi puissant implacable, qui ne respecte rien ni personne et qui est prêt à faire usage de la violence et de la délinquance sans aucune limite », le président Sebastian Piñera soudain se ravise et vient faire ses excuses au peuple chilien, demandant pardon, avec la franchise d’un mafieux de série B [2]. Sans doute sous la pression internationale ?

Des excuses qui arrivent trop tard.

Mardi 22 octobre, alors que son discours était diffusé à la télévision chilienne, la vidéo d’un homme tué froidement d’une balle dans la tête par un militaire circulait sur les réseaux sociaux.

Des mouvements se multiplient à travers le monde pour les mêmes raisons : le pouvoir d’achat, les inégalités, la précarité, le mépris. Avec les morts du Chili comme avec les yeux et les mains arrachées des Gilets Jaunes depuis un an, nous entrons dans une nouvelle séquence où la violence d’un capitalisme en déroute n’est plus seulement symbolique. Le Chili de Pinochet a montré que le néolibéralisme était non seulement compatible avec la dictature mais que c’était là le meilleur cadre pour faire son bonheur et prospérer à sa guise.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »