Anatole, conducteur de train à Saint-Lazare. Un reportage d’Anaëlle Verzaux

Cheminot, le train-train de vie d’un nanti Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Dans la cabine d’Anatole

Cheminot.
C’est de la faute du cheminot. 
Autrefois on disait lampiste, c’est de la faute du lampiste,
l’ouvrier avec sa lampe, c’était de sa faute.
Manière de rigoler.
Faire porter le chapeau au plus modeste.

Pour Emmanuel Macron, c’est le cheminot, c’est de la faute du cheminot. Le privilégié c’est lui, si les trains sont en retard, c’est lui, si la SNCF a des dettes, c’est le cheminot...

Mais qui sont ces privilégiés ?
À quoi ressemble le boulot d’un cheminot, le train-train quotidien d’un privilégié ? 

Anatole est conducteur de train, il a 30 ans, travaille à la SNCF depuis ses 19 ans et gagne 1500 euros net par mois sans ses primes, 2500 euros net avec les primes, et donc les heures de nuit, et les « découchés », au dortoir de Mantes-la-Jolie.

Un salaire de privilégié !

Et sa retraite ?
Il peut faire valoir ses droits dès 52 ans. Il fait en effet partie des 14 000 conducteurs de train qui bénéficient de ce droit, soit 10% des cheminots - pour les 90 % restants, c’est 57 ans minimum.

Mais s’il veut toucher sa retraite à taux plein, étant né après 1973, Anatole devra cotiser 43 ans, comme n’importe quel salarié.

« Dans les faits, rappelle le journal Marianne [1], un cheminot qui souhaite quitter son poste à 57 ans en ayant cotisé 38 ans ou moins, ce qui correspond à tous les salariés embauchés après l’âge de 19 ans, ne touche donc que… la moitié de son dernier salaire à titre de retraite ». Pas énorme pour des « privilégiés »…

Une journée dans la vie d’un cheminot.

C’est un reportage d’Anaëlle Verzaux
Réalisation Jérôme Chelius

Programmation musicale :
- Eric Toulis : Dans les T.G.V
- D. Ace : SNCF

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.