Anatole, conducteur de train à Saint-Lazare. Un reportage d’Anaëlle Verzaux

Cheminot, le train-train de vie d’un nanti Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Dans la cabine d’Anatole

Cheminot.
C’est de la faute du cheminot. 
Autrefois on disait lampiste, c’est de la faute du lampiste,
l’ouvrier avec sa lampe, c’était de sa faute.
Manière de rigoler.
Faire porter le chapeau au plus modeste.

Pour Emmanuel Macron, c’est le cheminot, c’est de la faute du cheminot. Le privilégié c’est lui, si les trains sont en retard, c’est lui, si la SNCF a des dettes, c’est le cheminot...

Mais qui sont ces privilégiés ?
À quoi ressemble le boulot d’un cheminot, le train-train quotidien d’un privilégié ? 

Anatole est conducteur de train, il a 30 ans, travaille à la SNCF depuis ses 19 ans et gagne 1500 euros net par mois sans ses primes, 2500 euros net avec les primes, et donc les heures de nuit, et les « découchés », au dortoir de Mantes-la-Jolie.

Un salaire de privilégié !

Et sa retraite ?
Il peut faire valoir ses droits dès 52 ans. Il fait en effet partie des 14 000 conducteurs de train qui bénéficient de ce droit, soit 10% des cheminots - pour les 90 % restants, c’est 57 ans minimum.

Mais s’il veut toucher sa retraite à taux plein, étant né après 1973, Anatole devra cotiser 43 ans, comme n’importe quel salarié.

« Dans les faits, rappelle le journal Marianne [1], un cheminot qui souhaite quitter son poste à 57 ans en ayant cotisé 38 ans ou moins, ce qui correspond à tous les salariés embauchés après l’âge de 19 ans, ne touche donc que… la moitié de son dernier salaire à titre de retraite ». Pas énorme pour des « privilégiés »…

Une journée dans la vie d’un cheminot.

C’est un reportage d’Anaëlle Verzaux
Réalisation Jérôme Chelius

Programmation musicale :
- Eric Toulis : Dans les T.G.V
- D. Ace : SNCF

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.