Anatole, conducteur de train à Saint-Lazare. Un reportage d’Anaëlle Verzaux

Cheminot, le train-train de vie d’un nanti Abonnés

Le

[EXTRAIT] Dans la cabine d’Anatole

Cheminot.
C’est de la faute du cheminot. 
Autrefois on disait lampiste, c’est de la faute du lampiste,
l’ouvrier avec sa lampe, c’était de sa faute.
Manière de rigoler.
Faire porter le chapeau au plus modeste.

Pour Emmanuel Macron, c’est le cheminot, c’est de la faute du cheminot. Le privilégié c’est lui, si les trains sont en retard, c’est lui, si la SNCF a des dettes, c’est le cheminot...

Mais qui sont ces privilégiés ?
À quoi ressemble le boulot d’un cheminot, le train-train quotidien d’un privilégié ? 

Anatole est conducteur de train, il a 30 ans, travaille à la SNCF depuis ses 19 ans et gagne 1500 euros net par mois sans ses primes, 2500 euros net avec les primes, et donc les heures de nuit, et les « découchés », au dortoir de Mantes-la-Jolie.

Un salaire de privilégié !

Et sa retraite ?
Il peut faire valoir ses droits dès 52 ans. Il fait en effet partie des 14 000 conducteurs de train qui bénéficient de ce droit, soit 10% des cheminots - pour les 90 % restants, c’est 57 ans minimum.

Mais s’il veut toucher sa retraite à taux plein, étant né après 1973, Anatole devra cotiser 43 ans, comme n’importe quel salarié.

« Dans les faits, rappelle le journal Marianne [1], un cheminot qui souhaite quitter son poste à 57 ans en ayant cotisé 38 ans ou moins, ce qui correspond à tous les salariés embauchés après l’âge de 19 ans, ne touche donc que… la moitié de son dernier salaire à titre de retraite ». Pas énorme pour des « privilégiés »…

Une journée dans la vie d’un cheminot.

C’est un reportage d’Anaëlle Verzaux
Réalisation Jérôme Chelius

Programmation musicale :
- Eric Toulis : Dans les T.G.V
- D. Ace : SNCF

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour la première fois, depuis la création du Café Repère du Conflent, nous avons décidé de reporter le prochain rendez-vous de juin au quatrième jeudi du mois, plutôt que le troisième habituel, pour cause de Fête de la musique le 21. On se retrouvera donc le jeudi 28 juin à 19h30 au café du Canigou à (...)

    Villefranche de conflent

Dernières publis

Une sélection :

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?

Skouze-moi dérangé vous sivouplé. Un reportage de Sophie Simonot Je m’appelle Amadora, je suis Rom, j’ai douze ans AbonnésÉcouter

Le

Et elle éclate de rire. Pourtant il n’y a pas de quoi. En France les Roms sont de loin les plus rejetés, oui mais on ne peut pas se dire toute la journée qu’on est une victime. Pour tenir, il faut résister. Éclater de rire, c’est résister. Arrivée en France avec sa famille à l’âge de quatre ans, Amadora a vite appris le français et elle le parle parfaitement. Toute petite, elle est devenue l’interprète de tout le campement. Avec les flics, avec le médecin, avec l’assistante sociale, c’est comme ça qu’elle découvre la vie. Elle discute le prix des matelas que son père ramasse dans la rue, elle traduit sa mère qui dit qu’« en France, même les poubelles, tu peux en vivre, c’est comme un magasin ». La journaliste Dominique Simonnot est devenue sa grande copine. Ça a fini par donner ce livre unique sur l’histoire d’une famille Rom en France.

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Accès libreLire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :