Cette lettre qui a changé votre vie [INTÉGRALE] Abonnés

1

Le


L’été, on s’éloigne, les liens s’étirent, le nous se dénoue et on en renoue au fil des vacances, mais comment rester en contact avec les copains, les amours et la famille quand on prend la tangente ?

Fut un temps où l’été était le mois de la correspondance, les petits mots avec des fleurs séchées, les grandes bafouilles détaillées, et les amours débutantes sur des pages de cahier qu’on envoyait « poste restante ». Sans parler des cartes postales, en noir et en couleurs, avec des tarifs différents selon le nombre de mots, un vrai rituel qui finissait à la poubelle, ou bien punaisées au mur ou gardées précieusement en secret au fond d’un tiroir. Mais ça, c’était avant. Avant les SMS, les mails, Snapchat, WhatsApp et Instagram. Une façon d’écrire bien sûr, une façon nouvelle, mais qu’en reste-t-il ? Quelle trace ? Et d’ailleurs qui écrit encore des lettres ? Et vous, quelle est LA lettre qui continue de vous hanter, après toutes ces années ? Une question anodine, que vous pose Sophie, l’air de rien. Sauf qu’à chaque fois, on rencontre un monde, une manière d’être, une manière de voir, de croire, de rire, de dire, si différente et si proche. Avec Sophie, personne n’est plus surprenant que votre voisin de palier.

ÉPISODE 01/08 : On n’est pas au Moyen Âge !

Dans un parc, des jeunes gens se charrient gentiment, en gardant un œil attentif aux messages « écrits » qu’ils ne cessent de recevoir sur leurs téléphones portables…

ÉPISODE 01/08 : On n’est pas au Moyen Âge !

ÉPISODE 02/08 : Fatia

Devant le « carrefour des solidarités », une association de personnes âgées, rencontre avec Fatia, auxiliaire de vie scolaire, qui raconte les lettres de son ancien amoureux corse…

ÉPISODE 03/08 : Lettre du front (de l’épidémie)

Croiser Mariam sur un banc relève de l’exploit : en ce moment, elle travaille 60 heures par semaine au centre de vaccination près de chez elle, à Villiers-le-Bel.

ÉPISODE 04/08 : Le père

C’est l’histoire d’une lettre qui n’a jamais été envoyée. Une lettre écrite comme une thérapie, « car le fait de l’écrire, c’est la preuve de quelque chose ».

ÉPISODE 05/08 : Les Claude

Les Claude ramassent des feuilles mortes dans un parc pour une association de réinsertion. Des lettres, Claude en a attendu toute sa vie, souvent pour des mauvaises nouvelles…

ÉPISODE 06/08 : Le pilote de ligne

André est pilote de ligne. Et André garde tout. Il est pointilleux, exigeant, il se méfie. Et il n’a pas toujours tort.

ÉPISODE 07/08 : la lettre de cette mère que je n’ai pas connue

Mais d’où vient cette violence que Brigitte a en elle ? Et si c’était le seul héritage d’une mère qu’elle a très peu connue ? C’est ce qu’une lettre vient révéler…

ÉPISODE 08/08 : Le « Système de traitement des infractions constatées »

Le Stic, c’est le « Système de traitement des infractions constatées ». « Stic », et non pas Styx, comme le fleuve de la mythologie grecque : les deux peuvent pourtant mener aux Enfers, comme le raconte ce salarié croisé dans le quartier de la Défense…

Programmation musicale :
- Videoclub : SMS
- Guy Béart : Poste restante
- Nina Simone : I’m gonna sit right down and write myself a letter
- Louis Ville : De la main gauche
- Oxmo Puccino : La lettre, tant de choses à te dire
- Yves Simon : Lettre à Monsieur le Receveur de Paris 23
- Serge Gainsbourg : En relisant ta lettre
- Yves Montand : Cartes postales

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Sophie Simonot
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

« LE JOURNALISME DOIT DÉFIER L’AUTORITÉ. » Le journaliste Robert Fisk est mort à 74 ans QUAND ROBERT RENCONTRE BEN LADEN Accès libreÉcouter

Le

Le grand journaliste Robert Fisk est mort. Pas du tout l’air d’un baroudeur, mais plutôt d’un brave irlandais, amateur de rugby, qui sort de son pub. Depuis quarante ans, il était sur tous les coups et toutes les guerres : Liban, Syrie, Irak, Iran, Algérie, Bosnie, Afghanistan, la liste est longue. Toujours à rebrousse-poil et à contre-courant, toujours sur le terrain, le calepin à la main. Contesté, jalousé, respecté, ses papiers – très suivis par le public – agaçaient les professionnels de la profession. Il avait reçu quantité de prix et de récompenses.

Texte à l’appui. Une grande enquête de David Garcia (texte) Sportifs, militaires, travailleurs, fous de Dieu et Joe Biden : tous dopés ? AbonnésLire

Le

Diego Maradona est mort l’année dernière. Le divin footballeur argentin se dopait, comme le président Kennedy avant lui, ou un empereur chinois il y a 5 000 ans. Belligérants du conflit mondial de 1939-1945, militaires français de la première guerre du Golfe, combattants de l’État islamique se gavaient de stimulants. En 2021, étudiants, cadres d’entreprise, intellectuels, journalistes, travailleurs en général, gentilles et méchantes personnes, tout le monde se dope… Loin d’être un phénomène cantonné au monde du sport, le dopage gangrène toutes les sociétés, et depuis toujours. Où il y a compétition entre les hommes, entre les entreprises, entre les États, il y a dopage. Dès lors que le néolibéralisme mondialisé pousse vers toujours plus de « concurrence libre et non faussée », le dopage a de beaux jours devant lui. Entretien documenté avec le docteur Jean-Pierre de Mondenard, le spécialiste du dopage qui n’épargne personne.

Joe Biden est-il devenu président des États-Unis grâce au dopage ? « Ses performances lors des débats ont été INÉGALES comme jamais, pour dire les choses gentiment. Seuls des médicaments ont-ils pu provoquer ces écarts ??? », tweetait Donald Trump le 27 septembre 2020, à l’avant-veille du premier débat télévisé entre les deux candidats. Avant d’exiger « avec fermeté un test antidopage pour Joe Biden l’endormi ». Tout en promettant de passer lui-même au contrôle…