Un grand reportage de Dillah Teibi en trois volets

Ça cracke à Stalingrad (2/3) Abonnés

1

Le

(photo : Jérémie Younes)

[EXTRAIT] Ça cracke à Stalingrad (2/3) [RADIO]

Deuxième volet d’un grand reportage de Dillah Teibi.

Des années que ça dure : Stalincrack ! Place de la Bataille-de-Stalingrad, à deux pas du local de Là-bas. Toujours les mêmes images qui reviennent : caméras cachées, visages floutés, reportages policiers, tons dramatiques et indignés sur les mains gonflées et les ongles noirs des pauvres camés hébétés.

Eh, d’ailleurs, vous avez remarqué, on ne voit jamais les riches camés. Les jours où les flics arrêteront les riches camés, il y aura moins de monde à la télé, moins de monde à l’Assemblée, moins de monde sur les vélos du Tour de France et moins de monde à Cannes pour monter l’escalier. Au total, le tabac fait autant de dégâts que l’héroïne. Vous le saviez ? Les plus gros dealers sont les labos et les pharmaciens. Et je ne vous parle pas de mon marchand de vin !

Alors, qu’est-ce qu’on en fait des pauvres camés de Stalingrad, qu’est-ce qu’on en fait à part des reportages désespérants ?

Depuis longtemps, des associations s’occupent de ces égarés. Des associations qui sont là pour limiter la casse, pour réduire les risques et qui savent beaucoup de choses. Depuis longtemps, médecins, addictologues, chercheurs, juristes ont des propositions et même des solutions, sans parler des flics des stups et des usagers eux-mêmes. Et oui, les camés ont des idées sur la légalisation, sur la lutte contre la prohibition. On connaît des exemples et des expériences dans d’autres pays, le Portugal par exemple, qui a décriminalisé la consommation de toutes les drogues avec succès depuis des années.

Mais ici, le pouvoir, les élites et les élus ne sont pas trop chauds pour se pencher là-dessus. Entre deux pétards et trois lignes de coke, on préfère passer tout ça sous le tapis ! Du point de vue électoral, il n’y a que des coups à prendre avec ces camés. C’est pas avec ça qu’on sera réélu ! Tant que ça ne gueule pas trop, tu fais le mort, tu t’arranges avec les dealers et si ça se gâte tu refoules tout ça dans le 93. Prends pas de risques. De temps en temps, tu changes le pansement. C’est tout. Tu sais bien, faut pas confondre changer le pansement ou penser le changement !

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- NWA : Dopeman
- Sage Francis : Crack Pipes
- Necro : I Need Drugs

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]