Un grand reportage de Dillah Teibi en trois volets

Ça cracke à Stalingrad (2/3) Abonnés

1

Le

(photo : Jérémie Younes)

[EXTRAIT] Ça cracke à Stalingrad (2/3) [RADIO]

Deuxième volet d’un grand reportage de Dillah Teibi.

Des années que ça dure : Stalincrack ! Place de la Bataille-de-Stalingrad, à deux pas du local de Là-bas. Toujours les mêmes images qui reviennent : caméras cachées, visages floutés, reportages policiers, tons dramatiques et indignés sur les mains gonflées et les ongles noirs des pauvres camés hébétés.

Eh, d’ailleurs, vous avez remarqué, on ne voit jamais les riches camés. Les jours où les flics arrêteront les riches camés, il y aura moins de monde à la télé, moins de monde à l’Assemblée, moins de monde sur les vélos du Tour de France et moins de monde à Cannes pour monter l’escalier. Au total, le tabac fait autant de dégâts que l’héroïne. Vous le saviez ? Les plus gros dealers sont les labos et les pharmaciens. Et je ne vous parle pas de mon marchand de vin !

Alors, qu’est-ce qu’on en fait des pauvres camés de Stalingrad, qu’est-ce qu’on en fait à part des reportages désespérants ?

Depuis longtemps, des associations s’occupent de ces égarés. Des associations qui sont là pour limiter la casse, pour réduire les risques et qui savent beaucoup de choses. Depuis longtemps, médecins, addictologues, chercheurs, juristes ont des propositions et même des solutions, sans parler des flics des stups et des usagers eux-mêmes. Et oui, les camés ont des idées sur la légalisation, sur la lutte contre la prohibition. On connaît des exemples et des expériences dans d’autres pays, le Portugal par exemple, qui a décriminalisé la consommation de toutes les drogues avec succès depuis des années.

Mais ici, le pouvoir, les élites et les élus ne sont pas trop chauds pour se pencher là-dessus. Entre deux pétards et trois lignes de coke, on préfère passer tout ça sous le tapis ! Du point de vue électoral, il n’y a que des coups à prendre avec ces camés. C’est pas avec ça qu’on sera réélu ! Tant que ça ne gueule pas trop, tu fais le mort, tu t’arranges avec les dealers et si ça se gâte tu refoules tout ça dans le 93. Prends pas de risques. De temps en temps, tu changes le pansement. C’est tout. Tu sais bien, faut pas confondre changer le pansement ou penser le changement !

Daniel Mermet

Programmation musicale :
- NWA : Dopeman
- Sage Francis : Crack Pipes
- Necro : I Need Drugs

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.