Un grand reportage de Dillah Teibi en trois volets

Ça cracke à Stalingrad (1/3) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Ça cracke à Stalingrad (1/3) [RADIO]

Place de la Bataille-de-Stalingrad, le crack, ça craint. C’est à peu près le même titre depuis une vingtaine d’années, sur ce quartier du 19ème arrondissement de Paris. La routine : une agression, une indignation, une pétition, quelques déclarations et ça continue.

Le crack, c’est connu, vous déglingue et vous rend dingue. C’ est un dérivé fumable de la cocaïne. Une « drogue du pauvre » ultra-addictive et à l’effet immédiat, qui désocialise presque illico celui qui y touche. Les usagers seraient de 10 à 20 00 en France et 5000 à 6000 au total dans la région parisienne.

Place Stalingrad, à la nuit tombée, par tous les temps, crackeurs et dealeurs sont là depuis des années sous le regard des associations et de la police. Des caméras partout, des grilles partout, la place Stalingrad est devenue une salle de fumette de crack à ciel ouvert. Pour l’héroïne, il existe des salles de shoot, mais pas pour le crack qui se fume. C’est comme ça. Alors en attendant, c’est là. Il faut bien les mettre quelque part, nous dit un élu, que voulez-vous.

À part ça, la place Stalingrad est un endroit superbe et vivant, avec toutes sortes de populo qui se croisent, de toutes les couleurs et de toutes les histoires, avec la Rotonde de Ledoux, le bassin de la Villette, le MK2, le métro aérien, les joueurs de boule et aussi le local de Là-bas si j’y suis ! Tout un tas de belles et bonnes choses, mais il y a ces walking deads, ces morts-vivants qui errent et plombent quelque peu le paysage. Comme nous dit une "usagère" dans le reportage, « pour se procurer sa dose, le crackeur vole, la crackeuse se prostitue. En gros. » Et c’est là que ça se passe.

Alors y a t-il des solutions ? Eh bien oui. Il y en a, dans d’autres pays, comme le Portugal, qui ont tenté d’autres politiques, non-répressives. Et ça marche ! Les exemples sont connus. Associations, addictologues, élus, magistrats, tous connaissent ces expériences. Mais la France maintient sa politique, la plus répressive en la matière. Car en France, le saviez-vous, il y a un « verrou moral ». C’est ce qu’on nous a répété. C’est quoi, un verrou moral ? Et qui sont ces paumés, ces morts vivants ? Et qui sont ceux qui leur vendent cette saloperie de caillou ?

Premier volet d’un grand reportage de Dillah Teibi.


Programmation musicale :
- Babx : Crack Maniac

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.