Un grand reportage de Dillah Teibi en trois volets

Ça cracke à Stalingrad (1/3) Abonnés

Le

[EXTRAIT] Ça cracke à Stalingrad (1/3) [RADIO]

Place de la Bataille-de-Stalingrad, le crack, ça craint. C’est à peu près le même titre depuis une vingtaine d’années, sur ce quartier du 19ème arrondissement de Paris. La routine : une agression, une indignation, une pétition, quelques déclarations et ça continue.

Le crack, c’est connu, vous déglingue et vous rend dingue. C’ est un dérivé fumable de la cocaïne. Une « drogue du pauvre » ultra-addictive et à l’effet immédiat, qui désocialise presque illico celui qui y touche. Les usagers seraient de 10 à 20 00 en France et 5000 à 6000 au total dans la région parisienne.

Place Stalingrad, à la nuit tombée, par tous les temps, crackeurs et dealeurs sont là depuis des années sous le regard des associations et de la police. Des caméras partout, des grilles partout, la place Stalingrad est devenue une salle de fumette de crack à ciel ouvert. Pour l’héroïne, il existe des salles de shoot, mais pas pour le crack qui se fume. C’est comme ça. Alors en attendant, c’est là. Il faut bien les mettre quelque part, nous dit un élu, que voulez-vous.

À part ça, la place Stalingrad est un endroit superbe et vivant, avec toutes sortes de populo qui se croisent, de toutes les couleurs et de toutes les histoires, avec la Rotonde de Ledoux, le bassin de la Villette, le MK2, le métro aérien, les joueurs de boule et aussi le local de Là-bas si j’y suis ! Tout un tas de belles et bonnes choses, mais il y a ces walking deads, ces morts-vivants qui errent et plombent quelque peu le paysage. Comme nous dit une "usagère" dans le reportage, « pour se procurer sa dose, le crackeur vole, la crackeuse se prostitue. En gros. » Et c’est là que ça se passe.

Alors y a t-il des solutions ? Eh bien oui. Il y en a, dans d’autres pays, comme le Portugal, qui ont tenté d’autres politiques, non-répressives. Et ça marche ! Les exemples sont connus. Associations, addictologues, élus, magistrats, tous connaissent ces expériences. Mais la France maintient sa politique, la plus répressive en la matière. Car en France, le saviez-vous, il y a un « verrou moral ». C’est ce qu’on nous a répété. C’est quoi, un verrou moral ? Et qui sont ces paumés, ces morts vivants ? Et qui sont ceux qui leur vendent cette saloperie de caillou ?

Premier volet d’un grand reportage de Dillah Teibi.


Programmation musicale :
- Babx : Crack Maniac

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Voir aussi

-  Le site de l’Autosupport des Usagers de Drogue : www.asud.org

Sur notre site

À écouter

  • Un grand reportage de Dillah Teibi en trois volets

    Ça cracke à Stalingrad (2/3) Abonnés

    Écouter
    Des années que ça dure, Stalincrack ! Place de la Bataille-de-Stalingrad, à deux pas de Là-bas. Toujours les mêmes images qui reviennent, caméras cachées, visages floutés, reportages policiers, tons dramatiques et indignés sur les mains (...)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.