Un reportage de Dillah Teibi et Jonathan Duong aux Jardins Solidaires de Dinan, dans les Côtes d’Armor

C’est pas par ce qu’on est dans la galère qu’on doit mal bouffer

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Cécile, Zoé, Leila, Julie, Elodie, Rosa, Jeanne, Amélie, Dillah, Brendan, Olivier, Daniel, Jonathan, Sylvain... l’équipe de Là-bas, vous souhaite tout un tas de bonheurs, de luttes et d’amour !

C’est pas parce qu’on est dans la galère qu’on doit mal bouffer

C'est pas parce qu'on est dans la galère qu'on doit mal bouffer
par Là-bas si j'y suis

On s’est gardé ce sujet pour commencer l’année, histoire de vous filer la pêche, la patate, la courgette, l’oignon, le navet et tout ce qui pousse dans le Jardin Solidaire. Au Secours Populaire de Dinan, les pauvres mangent mieux que les bourgeois écolos grâce à ce Jardin qui a produit 32 tonnes de légumes bio en 2022 pour les bénéficiaires du Secours populaire. Oui, 32 tonnes ! Mais attention, les bénéficiaires eux mêmes participent au boulot dans la joie et la bonne humeur, sous la houlette du modeste et génial Joseph Argouarc’h, un retraité expérimenté en maraichage bio. Donc les aidés se mélangent aux aidants sans distinction. Les journées de récolte réunissent jusqu’à 60 personnes, y compris de nombreux jeunes migrants. Il ne s’agit pas d’une expérience unique et marginale, Joseph vous explique comment s’y prendre. D’ailleurs d’autres jardins semblables fonctionnent déjà.

Voilà de quoi larguer impuissance et renoncement. « Oui, mais qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ? » C’est la rengaine, plus ou moins lâche, des résignés. Bien sûr c’est des légumes, c’est pas la lune, c’est une tomate, c’est pas le grand soleil de la Révolution. Certes il ne faut pas perdre de vue les grandes espérances. Mais il y a aussi le concret, le tout proche, le possible. Il faut avancer sur deux pattes.

Le grand soir dans une main, un poireau dans l’autre, Là-bas vous souhaite toute la joie du monde pour cette année nouvelle, comme la patate du même nom.
L.B.

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Jonathan Duong
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Genèse du projet :

Le petit jardin des écoliers est une association créée il y a une trentaine d’année par Emmanuel Rolland (à Languenan). Son but était de sensibiliser les enfants à l’environnement à travers des activités de jardinage, d’observation de la nature...
Il y a une dizaine d’années, Joseph Ar-gouarch, ami d’Emmanuel et « jeune retraité », ancien formateur en agriculture bio, démarre une production de légumes sur une parcelle de 4000m2, pour son propre compte. Depuis 2018, il n’a plus besoin de ce revenu supplémentaire. Ne voulant pas arrêter cette activité qui est une véritable passion, il contacte le secours populaire afin de poursuivre le maraichage à destination des personnes accueillies.

En 2019, la rencontre entre l’association « le jardin des écoliers » (dont Joseph est devenu président) et le Secours Populaire du pays de Dinan établissent les bases de leur collaboration : La première association fournit la logistique (terre 4000m2, hangar, matériel de culture, outils à main, et 1300€) et le pilotage de la production.
Le Secours Populaire mobilise ses bénévoles, et des personnes accueillies pour assurer les travaux, et également 1300€. Il s’occupe de la distribution des légumes.

En 2020-2021 :
Au vu de l’affluence de personnes au champs et de l’augmentation de la précarité (donc du besoin en légumes) il a été décidé de cultiver une 2ème parcelle de 2000m2, sur la commune de Quevert, gracieusement mise à disposition par une maraichère voisine, membre du petit jardin des écoliers.

Petites chronologie des jardins :

- 2019 : mis en production de 0,4h à Languenan, en partenariat avec le Secours Populaire du pays de Dinan (3 bénévoles)

- 2020 : développement de la production sur 0,65 h
8 à 15 participants

- 2021 : - Création d’un jardin solidaire à Lanvallay, en partenariat avec la municipalité, le CCAS et le secours Populaire (9 bénévoles)

Création d’un jardin solidaire de 0,15h à Evran, en partenariat avec le CCAS de la ville et la Banque Alimentaire (6 participants)
Appui à la création d’un jardin solidaire à Callac qui mobilise 20 personnes / semaine (partenariat avec les restos du coeur et le secours populaire)

- 2022 : Deux jardins démarrent : à Saint Samson et Beaussais/mer

Les chiffres des récoltes :

​8 tonnes de légumes en 2019
14 tonnes en 2020
32 tonnes en 2021 (500kg/semaine au secours populaire de Dinan entre juin 2021 et mars 2022)

Autours des participants :

6 à 20 bénévoles par jardin
Près de 100 personnes participent aux activités des jardins (+ une vingtaine à Callac)
Près de 5000 heures de bénévolat en 2022

Ambiance conviviales et joyeuse malgré les tâches parfois routinières. Tout le monde devient bénévoles en arrivant au jardin : effacement de la séparation aidé - aidant.

Deux journées collectives de récolte (qui réunissent plus de 60 personnes)

De nombreux jeunes migrants accueillis se sont impliqués dans cette activité et ont tissés des liens sociaux sur place

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :