Un reportage à Beaumont-en-Véron de Thibaut CAVAILLÈS

« C’est ici que DAECH va frapper ! » Abonnés

1

Le

« Au pire, on peut imaginer une attaque de Daech sur le centre pour libérer leurs compagnons. » C’est la grande peur des habitants de Beaumont-en-Véron depuis qu’un centre de DÉRADICALISATION a été ouvert dans leur village le 13 septembre. Un an après les attentats, le PLAN D’ACTION CONTRE LA RADICALISATION lancé par Manuel VALLS n’est pas un franc succès. Le pouvoir est-il parvenu à terroriser les terroristes ? Pas certain. Par contre, au nom de la sécurité, il a réussi à exacerber partout la peur et le repli jusque dans ce paisible village.

Il y a le sens des mots et il y a ce que les mots suggèrent. Le halo autour des mots. Déradicalisation. Dé-RAT-dicalisation. Ça rappelle raton ! Le raton ! Le bougnoule, le métèque. Contre le raton, c’était la ratonnade. Et le rat, c’est la peste, la peste qui s’étend. Comment lutter contre l’épidémie qui gagne jusque dans nos campagnes ?

L’attentat terroriste, est une aubaine pour le pouvoir, le semeur de terreur est son meilleur allié. Quand le terroriste se fait sauter, il faut sauter sur l’occasion ! Voyez George W. BUSH, voyez VALLS et HOLLANDE. Exacerber la peur tant qu’on peut.

En mai 2016, Manuel Valls a lancé un « plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme ». Le budget alloué — cent millions d’euros sur trois ans — a aussitôt attiré entreprises et associations plus ou moins qualifiées. Une vitrine médiatique qui a attiré plus de journalistes que de familles concernées. Incompétence, détournement, mise en examen, le business de la déradicalisation n’ est pas une franche réussite.
Destiné à des jeunes majeurs de 18 à 30 ans, le premier centre de déradicalisation a été ouvert en septembre 2016, en Indre-et-Loire, à Pontourny.

Comment allaient réagir les habitants ? Ils ont été rassurés, ce ne sont pas des terroristes, ce sont des volontaires, des jeunes fragiles, avec des carences éducatives, avec des problèmes d’insertion. Pas de fichés S. Seulement celles et ceux qui pourraient devenir… mais comment les détecte-t-on ? Comment les trouve-t-on ? Pas facile, d’autant qu’il ne faut pas chercher les causes ni les explications, Monsieur Valls est contre, il l’a dit, « expliquer, c’est excuser ». On reste dans l’émotion et dans la peur.

Utiliser la peur, l’amplifier, la manipuler, c’est une vieille stratégie bien commode en politique pour faire taire l’opposition, inhiber le débat politique et donner une légitimité au pouvoir qui protège et sécurise. On se souvient, il y a un an, ces appels à la guerre, nous sommes en guerre, c’est la guerre, répétait partout Monsieur Hollande. « Le terrorisme a frappé la France, mais pas pour ce qu’elle fait – en Irak, en Syrie, ou au Sahel – mais pour ce qu’elle est », ajoutait le Premier ministre le 19 novembre 2015 à l’Assemblée nationale. Résultat, un an après, les villageois en sont sûrs, c’est chez eux que « ILS » vont frapper. Mission accomplie, la France a peur.

Un reportage à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) de Thibaut CAVAILLÈS.

REPORTAGE : « C’est ici que DAECH va frapper ! » [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. « On extrapole toujours dans le pire… »

Buvons un dernier coup de Chinon avec Monsieur Maurice, qui nous a quittés depuis sa rencontre avec Thibaut CAVAILLÈS :

Programmation musicale :
Vincent PEIRANI : Le Cirque des mirages
Vincent PEIRANI : Hunter
Philippe KATERINE : Petite ville de campagne
Georgette PLANA : Mon Val De Loire

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Spécial infogrèveEnvoyez-nous vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.