Un reportage à Beaumont-en-Véron de Thibaut CAVAILLÈS

« C’est ici que DAECH va frapper ! » Abonnés

Le

« Au pire, on peut imaginer une attaque de Daech sur le centre pour libérer leurs compagnons. » C’est la grande peur des habitants de Beaumont-en-Véron depuis qu’un centre de DÉRADICALISATION a été ouvert dans leur village le 13 septembre. Un an après les attentats, le PLAN D’ACTION CONTRE LA RADICALISATION lancé par Manuel VALLS n’est pas un franc succès. Le pouvoir est-il parvenu à terroriser les terroristes ? Pas certain. Par contre, au nom de la sécurité, il a réussi à exacerber partout la peur et le repli jusque dans ce paisible village.

Il y a le sens des mots et il y a ce que les mots suggèrent. Le halo autour des mots. Déradicalisation. Dé-RAT-dicalisation. Ça rappelle raton ! Le raton ! Le bougnoule, le métèque. Contre le raton, c’était la ratonnade. Et le rat, c’est la peste, la peste qui s’étend. Comment lutter contre l’épidémie qui gagne jusque dans nos campagnes ?

L’attentat terroriste, est une aubaine pour le pouvoir, le semeur de terreur est son meilleur allié. Quand le terroriste se fait sauter, il faut sauter sur l’occasion ! Voyez George W. BUSH, voyez VALLS et HOLLANDE. Exacerber la peur tant qu’on peut.

En mai 2016, Manuel Valls a lancé un « plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme ». Le budget alloué — cent millions d’euros sur trois ans — a aussitôt attiré entreprises et associations plus ou moins qualifiées. Une vitrine médiatique qui a attiré plus de journalistes que de familles concernées. Incompétence, détournement, mise en examen, le business de la déradicalisation n’ est pas une franche réussite.
Destiné à des jeunes majeurs de 18 à 30 ans, le premier centre de déradicalisation a été ouvert en septembre 2016, en Indre-et-Loire, à Pontourny.

Comment allaient réagir les habitants ? Ils ont été rassurés, ce ne sont pas des terroristes, ce sont des volontaires, des jeunes fragiles, avec des carences éducatives, avec des problèmes d’insertion. Pas de fichés S. Seulement celles et ceux qui pourraient devenir… mais comment les détecte-t-on ? Comment les trouve-t-on ? Pas facile, d’autant qu’il ne faut pas chercher les causes ni les explications, Monsieur Valls est contre, il l’a dit, « expliquer, c’est excuser ». On reste dans l’émotion et dans la peur.

Utiliser la peur, l’amplifier, la manipuler, c’est une vieille stratégie bien commode en politique pour faire taire l’opposition, inhiber le débat politique et donner une légitimité au pouvoir qui protège et sécurise. On se souvient, il y a un an, ces appels à la guerre, nous sommes en guerre, c’est la guerre, répétait partout Monsieur Hollande. « Le terrorisme a frappé la France, mais pas pour ce qu’elle fait – en Irak, en Syrie, ou au Sahel – mais pour ce qu’elle est », ajoutait le Premier ministre le 19 novembre 2015 à l’Assemblée nationale. Résultat, un an après, les villageois en sont sûrs, c’est chez eux que « ILS » vont frapper. Mission accomplie, la France a peur.

Un reportage à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) de Thibaut CAVAILLÈS.

REPORTAGE : « C’est ici que DAECH va frapper ! » [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. « On extrapole toujours dans le pire… »

Buvons un dernier coup de Chinon avec Monsieur Maurice, qui nous a quittés depuis sa rencontre avec Thibaut CAVAILLÈS :

Programmation musicale :
Vincent PEIRANI : Le Cirque des mirages
Vincent PEIRANI : Hunter
Philippe KATERINE : Petite ville de campagne
Georgette PLANA : Mon Val De Loire

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Yannis Youlountas partage sa vie entre la Grèce, l’Espagne et la France, là où les hommes se battent pour sortir de l’impasse mortifère du capitalisme et du productivisme. Il plonge à la fois son regard et ses bras dans la rébellion active en témoignant, plume aux doigts ou caméra au poing de la façon (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).