Un reportage à Beaumont-en-Véron de Thibaut CAVAILLÈS

« C’est ici que DAECH va frapper ! » Abonnés

1

Le

« Au pire, on peut imaginer une attaque de Daech sur le centre pour libérer leurs compagnons. » C’est la grande peur des habitants de Beaumont-en-Véron depuis qu’un centre de DÉRADICALISATION a été ouvert dans leur village le 13 septembre. Un an après les attentats, le PLAN D’ACTION CONTRE LA RADICALISATION lancé par Manuel VALLS n’est pas un franc succès. Le pouvoir est-il parvenu à terroriser les terroristes ? Pas certain. Par contre, au nom de la sécurité, il a réussi à exacerber partout la peur et le repli jusque dans ce paisible village.

Il y a le sens des mots et il y a ce que les mots suggèrent. Le halo autour des mots. Déradicalisation. Dé-RAT-dicalisation. Ça rappelle raton ! Le raton ! Le bougnoule, le métèque. Contre le raton, c’était la ratonnade. Et le rat, c’est la peste, la peste qui s’étend. Comment lutter contre l’épidémie qui gagne jusque dans nos campagnes ?

L’attentat terroriste, est une aubaine pour le pouvoir, le semeur de terreur est son meilleur allié. Quand le terroriste se fait sauter, il faut sauter sur l’occasion ! Voyez George W. BUSH, voyez VALLS et HOLLANDE. Exacerber la peur tant qu’on peut.

En mai 2016, Manuel Valls a lancé un « plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme ». Le budget alloué — cent millions d’euros sur trois ans — a aussitôt attiré entreprises et associations plus ou moins qualifiées. Une vitrine médiatique qui a attiré plus de journalistes que de familles concernées. Incompétence, détournement, mise en examen, le business de la déradicalisation n’ est pas une franche réussite.
Destiné à des jeunes majeurs de 18 à 30 ans, le premier centre de déradicalisation a été ouvert en septembre 2016, en Indre-et-Loire, à Pontourny.

Comment allaient réagir les habitants ? Ils ont été rassurés, ce ne sont pas des terroristes, ce sont des volontaires, des jeunes fragiles, avec des carences éducatives, avec des problèmes d’insertion. Pas de fichés S. Seulement celles et ceux qui pourraient devenir… mais comment les détecte-t-on ? Comment les trouve-t-on ? Pas facile, d’autant qu’il ne faut pas chercher les causes ni les explications, Monsieur Valls est contre, il l’a dit, « expliquer, c’est excuser ». On reste dans l’émotion et dans la peur.

Utiliser la peur, l’amplifier, la manipuler, c’est une vieille stratégie bien commode en politique pour faire taire l’opposition, inhiber le débat politique et donner une légitimité au pouvoir qui protège et sécurise. On se souvient, il y a un an, ces appels à la guerre, nous sommes en guerre, c’est la guerre, répétait partout Monsieur Hollande. « Le terrorisme a frappé la France, mais pas pour ce qu’elle fait – en Irak, en Syrie, ou au Sahel – mais pour ce qu’elle est », ajoutait le Premier ministre le 19 novembre 2015 à l’Assemblée nationale. Résultat, un an après, les villageois en sont sûrs, c’est chez eux que « ILS » vont frapper. Mission accomplie, la France a peur.

Un reportage à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) de Thibaut CAVAILLÈS.

REPORTAGE : « C’est ici que DAECH va frapper ! » [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. « On extrapole toujours dans le pire… »

Buvons un dernier coup de Chinon avec Monsieur Maurice, qui nous a quittés depuis sa rencontre avec Thibaut CAVAILLÈS :

Programmation musicale :
Vincent PEIRANI : Le Cirque des mirages
Vincent PEIRANI : Hunter
Philippe KATERINE : Petite ville de campagne
Georgette PLANA : Mon Val De Loire

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.