Second volet du reportage de Gaylord Van Wymeersch

Brésil : la dictature néolibérale est possible (2/2) Abonnés

1

Le

Le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, est arrivé en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 46,06 % des voix

[EXTRAIT] Brésil : la dictature néolibérale est possible (2/2) [REPORTAGE]

Second volet du reportage de Gaylord Van Wymeersch.

L’histoire sociale du Brésil est riche de ces combats qui ont fait les démocraties d’Amérique latine. Émancipation des minorités, noires et indiennes, bataille pour les droits sociaux, résistances à la dictature militaire dans les 1970-1980, mouvement social des années 2000 et aujourd’hui luttes écologistes d’avant-garde en Amazonie.

De ces combats, il en est un qui est particulièrement singulier, parce qu’aussi puissant que vaste et déterminé, le Mouvement des travailleurs ruraux Sans-Terre (MST) : des paysans pauvres obligés de fuir leurs terres pour les villes depuis plus d’un demi-siècle, et qui s’organisent maintenant depuis près de 30 ans pour pouvoir la cultiver à nouveau. La question de l’accès au foncier et la réforme agraire au point mort au Brésil en ont fait une lutte déterminante, férocement réprimée par les grands propriétaire terriens et l’agro-industrie.

Selon l’ONG Global Witness, 207 militants écologistes, défenseurs des droits des peuples, de la terre ou de la forêt ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2015. Soixante-et-un pour la seule année 2016 par les milices engagées par les grands propriétaires terriens [1].

C’est avec tout cela que Jair Bolsonaro propose aux Brésiliens d’en finir définitivement. Celui qui propose de liquider indistinctement les « marginaux », les « bandits », les « dealers », les « communistes », les indigènes et les « terroristes » du Mouvement des sans-terre obtiendrait 57 % des voix au second tour dimanche, si l’on se fie aux derniers sondages.

200 000 personnes emprisonnées, plusieurs dizaines de milliers torturées et 450 morts ou disparus sous la dictature militaire de 1964-1985 : le Brésil n’a jamais fait le travail de démantèlement de ses années de plomb. Ses institutions, une partie de sa classe politique, son armée en sont aujourd’hui les héritiers, nostalgiques du bruit des bottes. Et Bolsonaro en est le nom dans sa version 2018. Celle d’un libéralisme autoritaire qui arrive au pouvoir par un « coup d’État en douceur », comme le dit Noam Chomsky [2].

Gaylord Van Wymeersch

« Ordre et ? Liberté. Progrès. »(illustration : Gontran Guanaes Netto)

Merci à Rebeca du comité Lula Livre, merci au Collectif Alerte France Brésil, à Autres Brésils, ainsi qu’à João, Marilisa, Rosangela, Maria José Malheiros et Aline Piva.

Merci aussi à Dominique, Jean-Jacques Kourliandsky, Maud Chirio et Christophe Ventura.

Programmation musicale :
- Zélia Barbosa : Funeral do lavrador
- Chico Buarque : Apesar De Você

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.